Rêvons d’un référendum sur le voile au pays des Lumières

Publié le 2 décembre 2009 - par

Des minarets, des voiles dans nos rues, quelle différence ?

La classe médiatico-politique, gardienne de la non-Révolution
de la Pensée Unique et de la bienpensance est scandalisée !

Pourtant, il n’y a pas de différence.

La religion musulmane a investi notre champ visuel.

Tous les jours, encouragée par des édiles angéliques,
Elle grignote nos modes de fonctionnement et ses rappeurs nous sodomisent…

La religion est une affaire INTIME, pourquoi l’exhiber ?

Pour provoquer ?

Oui à son exercice dans les lieux de cultes ou la sphère privée. Les musulmans sont ostracisés ? Ne font-ils pas tout pour n’être qu’une minorité que … TROP visible ?

Pour être moins visible : que les femmes n’imposent pas dans notre espace public leurs accoutrements-marqueurs, que certaines rues ne soient pas interdites pendant les prières, que nos médecins mâles puissent examiner les femmes, que les cantines, les piscines, les cours de gym ou de sciences(…)

Enfonçons le clou : le problème n’est pas l’Islam, c’est l’Islam invasif, démonstratif et, pour les enragés, conquérant.
Les voiles sont les armes du prosélytisme islamique, les filles
sont pour la plupart obligées très tôt par leurs frères de les arborer .

Répéter que s’attaquer à ces insignes c’est refuser une religion
est entaché de la plus mauvaise foi . Dire que les défenseurs
d’une laïcité vigoureuse sont des racistes est de la même eau .

Les Républicains de 1905, eux, peuvent être scandalisés par les transgressions progressives des lois laïques .

Johnny Halliday se présente à la ville et à la scène avec une croix
métallique agrémentée de chair, les sportifs (football, tennis…)
se signent avant et/ou après leur match, l’Etat subventionne
en catimini les cultes par les voies les plus imaginatives , etc…

Il y a 15 ans les kippas étaient invisibles dans les rues, bref,
c’est la surenchère dans les exhibitions de signes religieux
certainement plus provocatrices que quelques minarets muets qui,
limités, ont pour seul avantage de faire naître un début de débat .

Deux conclusions :

Il n’est que temps d’interdire toute exhibition de signes religieux
dans les lieux publics et ceci, toutes religions confondues,
afin d’éviter de stigmatiser UNE religion . Voici qui préservera
l’harmonieux vivre ensemble , credo des bienpensants
évanescents tant de gauche que de droite .

La liberté d’opinion (n’est-ce pas Madame Kintzler & Co) n’est pas mise en cause car la religion n’est pas une opinion : les millions d’êtres retournés et retournant aujourd’hui encore
violemment à l’état de carbone sont là pour le prouver.

Il faut faire vivre le débat car nos politiques vont tout tenter
pour escamoter le sujet en discréditant ceux qui l’abordent .
S’ils avaient anticipé le séisme suisse, ils n’auraient pas créé
une Commission pour une mise en cause-alibi de la burqa .

Rêvons d’un referendum au pays des Lumières sur le port du voile et de signes religieux …

Nos Alcestes politico-médiatiques risqueraient d’être à nouveau « scandalisés » . Mais non, ne rêvons pas, il faudra du sang et des larmes pour régler un problème que la République doit affronter parmi d’autres.

Christian Vigneron

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi