Rien à foutre des clowneries à Fillon

Publié le 2 mars 2017 - par - 1 commentaire
Share

Que faut-il penser de la mascarade fillonesque ? N’est-il pas ridicule le matamore L.R ? Je ne céderai pas, je continuerai, mais qui vous le demande monsieur Fillon ? Aucun des deux ténors que vous évinçâtes lors de la primaire n’a voulu rependre le flambeau ? Il ne vous reste plus qu’à affronter la honte d’une déroute annoncée, après une victoire prophétisée.

Vous êtes seul, seul face à vos trahison, seul face à vos demandes de sanctions contre monsieur Sarkozy, seul face à l’opinion publique. Vos coreligionnaires en tartuferie politique déjà savourent votre défaite. Ils prendront votre place en disant que vous fûtes spolié par la gauche d’une victoire assurée, mais c’est votre impéritie qui vous condamne, aujourd’hui. Vos collègues de parti diront des mots pour la télé mais riront sous cape et se gobergeront de votre déroute. Monsieur Fennec a raison, Les Républicains auraient dû changer de candidat. Pas que le prochain soit meilleur pour la France, mais sûrement plus crédible pour les Français.

Monsieur Fillon, comment allez-vous pouvoir imposer des restrictions, des sévérités aux Français alors que vous même, vous servez grassement votre propre parentèle ? Pensez-vous vraiment que nous accepterons d’un tartuffe qu’il nous oblige à nous serrer la ceinture tandis qu’il nous a grugé durant des années ?

J’entends déjà les thuriféraires macronistes nous dire qu’il en va de même pour Marine, que nenni ! !

Madame Le Pen est véritablement victime d’une cabale européiste. L’Europe qui n’existe déjà plus ne veut pas mourir de sa belle mort, elle entend faire quelques cadeaux aux musulmans et aux pays du Golfe. L’Europe, enfin cette Europe des marchands sait que si Marine gagne, elle n’aura pas la partie facile. Il faudra qu’elle prouve que tout sa gabegie, toute ses politiques migratoires n’étaient pas calculées et voulues pour le bien être de quelques uns. Elle aura du mal la pauvre Europe des non-élus dictatoriaux.

Monsieur Fillon vous n’êtes qu’une pleureuse, vous n’avez pas la colonne vertébrale d’airain que possède Marine Le Pen. Vos atermoiement, vos reculades, vos emportements hystériques, vos résignations prostrées, vos yeux humides, vos je t’aime Pénélope sont d’un ridicule qu’aucune précieuse d’un Molière en verve ne voudrait. Tiens Molière ? N’est-ce pas un auteur Français, il me faut le dire à Monsieur Macron, la France s’honore d’auteurs, d’inventeurs, d’Histoire, de culture.

Trempée dans le granit des menhirs Marine Le Pen ne craint pas la tempête, quand le vent soufflera, elle saura faire face et tiendra le bateau France avec énergie et volonté. Quand l’Europe tempêtera, elle montrera le large et dira au peuple : « Nous franchirons ce cap et tous les autres ! » Quand Macron dira : « La France, elle est vilaine (comme, s’expriment aujourd’hui les bobos) » Marine dira : « La France est sereine parce qu’enracinée ! » Quand Fillon pleurera : « Aimez-moi ! » Marine criera : « Détestez-moi, mais aimez la France ! » Quand Mélanchon éructera « L’immigration doit être renforcée » Marine chantera : «  Douce France, je t’ offre en priorité aux Français ! »

 A quoi sert la mascarade fillonesque de ce midi ? A prouver que hors Marine point de salut !

Henri Lautréamont

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Robespierre

« Marine, point de salut », vous blasphèmez Lautréamont, à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle forme d’écriture automatique…