Riposte Laïque n'a pas eu le droit de signer la pétition contre la venue du Pape

Ce mercredi 10 septembre a été animé, et, reconnaissons-le, plein de fous rires, pour notre rédaction. Ce fut d’abord un portrait de Caroline Fourest, paru dans Libération de ce jour, où nous avons eu la surprise de voir qu’on parlait de nous. « Le site ripostelaique.com l’accuse de «soutenir que l’islam doit être défendu si l’on veut contrer l’intégrisme islamique». (1) Le site en question, il faut le préciser, considère l’islam comme un «péril mortel pour la démocratie». »
Nous apprécions à sa juste valeur la pointe de méchanceté de la dernière phrase, tirée d’une partie du titre des conférences données par un des collaborateurs de Riposte Laïque. Le journaliste chercherait à amalgamer notre discours à celui de l’extrême droite qu’il ne s’y prendrait pas autrement ! Or, il suffit de parcourir notre journal pour comprendre que là où la loi du Coran, la Charia, remplace la loi républicaine il n’y a plus de démocratie, notamment parce que la femme n’a plus droit au chapitre et que la liberté de conscience n’existe plus ! C’est simple, limpide et sans appel.
Quant à la première assertion, tirée d’un article de Radu Stoenescu (3) il y a de la malhonnêteté à ne prendre que la conclusion de toute une longue démonstration voulant rappeler les dangers de la superstition, de la religion en général et de l’islam en particulier pour les valeurs républicaines. En voici deux passages particulièrement éclairants : « La République est en guerre ouverte avec les bigots, car de cette valeur absolue de la personne humaine découle la promotion de la liberté absolue de conscience » ou encore « La lutte contre l’intégrisme, c’est le succédané de la lutte véritable que devrait être menée pour sauvegarder la laïcité, à savoir la lutte contre l’obscurantisme, contre la crédulité, contre l’arriération réelle prêchée par l’islam, à travers le Coran, les hadiths et l’exemple de Mahomet, dans les mosquées ou sur Internet ». Vous avez dit manipulation et désinformation ?
Mais ce n’était qu’une mise en bouche. Nous recevions, quelques minutes plus tard, une pétition à signer, intitulée « La laïcité ne doit pas plier devant Benoit XVI » (2). Surpris qu’une pétition contre la venue du Pape soit proposée uniquement 48 heures avant l’arrivée du principal intéressé, nous avons regardé quels en étaient les principaux initiateurs. Les deux premières organisations signataires étaient l’Ufal et Prochoix, les autres étant moins connues.
Bien que perplexes, nous avons pensé que puisque la pétition était lancée, il était mieux qu’elle ne soit pas un échec. Deux membres de la rédaction se sont alors proposés pour la signer, en mentionnant notre appartenance à « Riposte Laïque ».
Dans la demi-heure qui suivit, leurs noms furent biffés !
On s’est alors amusé à parier sur la suite des événements, certains prétendant que les deux noms avaient été supprimés par erreur ou fausse manipulation, d’autres arguant que cela ne pouvait qu’être délibéré et que les initiateurs de la pétition étaient probablement allergiques à la seule mention de «Riposte laïque», pour des raisons inconnues de nous.
La suite leur a donné raison : deux autres membres de Riposte Laïque ont à leur tour tenté leur chance : ils n’ont pas tenu un quart d’heure !
Une rédactrice a alors essayé de faire suivre son nom de ses responsabilités à l’Ufal avant d’ajouter son appartenance à Riposte Laïque : de nouveau virée !
Une autre, qui tenait absolument à signer la pétition, a choisi de biaiser : elle a inscrit son nom, avec la mention « militante laïque » : gagné ! Elle est encore parmi les signataires.
Après avoir balancé entre l’indignation et le rire, nous avons voulu savoir quel était ce cerbère qui faisait preuve d’une telle efficacité dans le filtrage. Nous avons appris que le site avait été ouvert par Nicolas Gavrilenko, secrétaire général de l’Ufal, président des Amis de Respublica. Ledit Nicolas Gavrilenko ne fait rien sans demander l’autorisation de son président, Bernard Teper.
Nous savons donc d’où vient le coup.

Nous avons passé l’âge de nous laisser intimider. Au-delà du côté comique, ridicule et grotesque de telles pratiques, se pose une question plus sérieuse : certains laïques ont-ils décidé d’excommunier d’autres laïques, en les faisant passer pour des militants aussi infréquentables que s’ils étaient d’extrême droite ? Si la direction de l’Ufal voulait aller sur ce terrain, elle devrait se souvenir qu’elle a été victime en personne de ce type d’anathème, à cause d’un article crapuleux de Xavier Ternisien, paru dans « Le Monde », en novembre 2004.
Faut-il rappeler que, dans la foulée du « Monde », les vrais adversaires de la laïcité, le Mrap et la LDH, ont multiplié cet amalgame, pour intimider notre camp ?
Les autres organisations, dont Prochoix, ont-elles été informées de cette censure ? La cautionnent-elles ? Il nous étonnerait, les connaissant, que les premières personnalités signataires cautionnent de telles pratiques.
A contrario, notre journal considère qu’il y a un camp laïque, composé d’organisations qui ont leur histoire et leurs divergences. Refusant le sectarisme, nous avons mis, sur notre site, les liens de toutes les associations qui le demandent. Nous répercutons toutes les initiatives qui nous parviennent. Il peut y avoir des débats particulièrement vifs, chez les laïques, et nous savons que la spécificité de nos positions y contribue. Nous acceptons les sollicitations d’associations de terrain qui invitent un membre de la rédaction à débattre. Notre soutien inconditionnel à Fanny Truchelut n’y fait pas l’unanimité : nous le déplorons, certes, mais nous argumentons, cherchons à clarifier, et, si possible, à convaincre.
Rien ne justifie les anathèmes, et encore moins les excommunications : cela est indigne de nos traditions et de notre culture. N’en déplaise à nos censeurs, Riposte Laïque fait partie de la famille laïque : il n’est qu’à voir le succès et le nom des signataires de notre pétition en faveur de Fanny Truchelut.
C’est d’ailleurs avec joie que nous accueillerions, sur cette pétition, la signature des dirigeants nationaux de l’Ufal, comme nous avons accueilli celle de nombre de ses responsables locaux, sans aucune exclusive.
Cyrano
(1) http://www.liberation.fr/transversales/portraits/351047.FR.php
(2) http://manifestepape.info/
(3) http://www.ripostelaique.com/Caroline-Fourest-un-prejuge-de.html

image_pdf
0
0