Rire ou pleurer des néo-féministes ?

Publié le 17 avril 2019 - par - 30 commentaires - 1 269 vues
Share

Ainsi, voici le retour des simplettes émotives de Molière, alliages grotesques de Femmes savantes et de Précieuses ridicules.

Ainsi, voici confirmé le génie de Sigmund Freud, nous décrivant cliniquement dans sa première topique le complexe d’Œdipe.

Car aujourd’hui les néo-féministes nous offrent cet indicible plaisir d’assister à une comédie psychanalytique. Plaisir intense à ne surtout pas bouder.

Enivrées de leur découverte, étourdies de l’écume des jours, névrosées des réseaux sociaux, de “Me Too” à “Balance ton porc”, ces adolescentes attardées n’en finissent plus de nous combler. Car leur découverte est double et subjuguante : elles sont femmes, elles sont victimes.

Polymorphes, ces rayonnantes victimes sont également des obsédées sexuelles : elles ne voient plus aucun humain, l’humanité n’importe plus, elles ne voient plus que des femmes magnifiées, elles ne voient plus que des hommes monstrueux.

Elles demandent l’égalité. Elles demandent la parité. Elles réécrivent le Français. Elles pleurent. Elles sont battues. Elles sont violentées. Elles crient. Elles sont exploitées. Elles sont discriminées. Elles ne parlent que d’elles. Elles s’aiment. Elles s’adorent. Elles portent plainte. Elles sont harcelées. Elles ont le droit à l’enfant. Elles détestent le droit de l’enfant. Elles veulent être protégées. Mais non, elles ne veulent surtout pas être protégées. Leurs grand-mères et leurs mères étaient toutes battues. Elles prennent des cachets pour dormir.

Tempête sous un crâne. Elles pensent. Elles naissent.

Leur ennemi est l’homme, ledit mâle, de préférence Blanc, et systématiquement hétérosexuel (rappel : l’hétérosexuel est un être dégénéré qui aime les personnes de l’autre sexe par pure convention sociale, tandis que l’homosexuel est un être évolué, raffiné, qui a réfléchi, et qui par conséquent s’est éloigné de la bestialité ainsi que de ce concept ringard qu’on appelle la Nature). Cet ennemi donc, ce mâle Blanc hétérosexuel, est la bête immonde. Il faut l’abattre. Sigmund nous l’a si bien expliqué en parlant de Papa.

Les auxiliaires de ces néo-féministes sont de diverses variétés : les dépressifs modernistes et transhumanistes LGBT, quelques militants beauvoiristes et soixante huitards fossilisés, les immigrationnistes pathologiques, quelques individus coupables d’être de mauvais fils, de mauvais maris, de mauvais frères, de mauvais pères. Ajoutons-y quelques idiots utiles, tels les islamo-gauchistes.

En revanche, ici, point de musulmans qui sont – mais ces tendres néo-féministes ne le savent pas encore – les ennemis les plus farouches du féminisme et de son cortège idéologique dit “progressiste” (et oui, chères néo-féministes, quelques petits problèmes en perspective…).

Mais ouf, fort heureusement, la “Tribune des 100 femmes” vient nous rassurer sur l’état de santé mentale de l’humanité et nous rappelle opportunément ceci : l’immense et écrasante majorité des femmes va bien et ne suit aucune psychanalyse.

Ces innombrables femmes – qui vont bien et qu’on n’entend jamais – sont des personnes sacrées, protégées, choyées, admirées, aimées.

Elles l’étaient hier. Elles le sont aujourd’hui. Elles le seront demain.

Ces femmes sont les filles des pères.

Ces femmes sont les soeurs des frères.

Ces femmes sont les mères des fils.

Ces femmes sont les épouses des maris.

Jacqueline Berrinot

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Pierre Desjouan

Bravo Madame Berrinot !
Excellent article qui synthétise à merveille tellement de choses.
CET ARTICLE FERA DATE.

chris83

L’excès en TOUT est un défaut dit le proverbe… c’est vrai. Femme je suis, féministe ne suis pas, j’ai eu 2 grands pères adorables un père correct et un mari charmant (mais j’avais bien choisi…) Alors si certaines femmes font de mauvais choix qu’elles réfléchissent avant de s’engager… Il faut choisir dans la vie et ce n’est pas facile. Les hommes sont parfois « infectes » mais les femmes aussi! Ce n’est pas réservé à un sexe.

Marjolaine

C’est vrai que la parité obligatoire m’énerve et que c’est souvent débile, c’est vrai que certaines féministes aujourd’hui poussent trop loin le bouchon et en deviennent ridicules.. Mais arrêtez de ranger les féministes dans le camp des mal baisées, des mochetés.Il y a des tas de belles femmes qui en ont assez des machos de tous poils et les « agresseurs », ça existe. Et les belles femmes le savent encore plus que les autres.La généralisation, c’est comme ceux qui vous traitent de fasciste et de nazi quand vous n’êtes pas de gauche et dans la pensée unique.

bob

Très joli texte, je demanderais bien son auteur (autrice ?) en mariage…
Juste un oubli, celui de la débilité nommée parité.

le Franc

faire gaffe, elles demandent le doigt aujourd’hui, demain ça sera le bras, et après demain la sécession territoriale.

zéphyrin

ça fait longtemps qu’elles ont eu le bras…et le reste. on a intérêt à filer doux (sourire) la parité ? pas trop, il s’agit de volonté de pouvoir . C’est mieux pour draguer et convaincre.
bon pas grave, nous avons les mêmes parmi nous. Comme disait l’ex ministre des iles  » ne craignez rien messieurs il en restera toujours assez pour vous » Je suis reconnaissant aux femmes qui me regardent comme « quelque chose de pas dangereux » et qui jouent l’éternel jeu de la séduction avec nous. Merci les filles.

Dupond

C’est du féminisme castrateur, bon pour les trans.

FDS

Dit et bien dit !
Mais ces « femelles » dévoyées sont « bouchées » par tous les trous !
Sourdes aux critiques, souvent véganes par la bouche, inodores à la Vie.
Je m’arrête là….

Conrad

Qu’elles s’achètent des sex toys si elles n’aiment pas les hommes.

CLV

Excellent article. Bravo.

wika

Néo-féministes non. Anti-féministes plutôt, car elles nous ridiculisent, nous autres femmes et ridiculisent le combat de nos mères et grands-mères.
Des enfants gâtées qui veulent le beurre et l’argent du beurre, qui couchent pour avoir un rôle, puis règlent leurs comptes.
Des gourdes qui profitent de la dictature des minorités.

Marjolaine

Parmi les femmes il y a de tout: celles qui ont de la chance, qui sont protégées, aimées, chorées, etc. Et il y a celles qui ne le sont pas, et qui ne sont pas forcément responsables de leur sort. Il y en a qui vivent dans des tours d’ivoire confortables et d’autres qui ont été durement lancées dans la vie. Chacune juge à partir de son parcours personnel et finalement chacune a raison car tout existe. Le problème , ce sont celles qui généralisent, exagèrent (et c’est valable dans les deux sens) et affichent des idées politiques à la con…

zéphyrin

hé bien jacqueline, vous m’avez fait sourire en lisant cette jolie prose. Nos rapports femme/homme n’ont jamais été simples , et ne le seront jamais.
c’est ce qui en fait tout le bonheur qu’on peut ressentir à être ensemble, et aussi parfois le prix élevé à le payer ensuite.
Vouloir s’affranchir des lois naturelles qui nous font si semblables et si différents, c’est méconnaitre cette richesse extraordinaire, cette recherche constante d’altérité heureuse.

Paskal

« Nos rapports femme/homme n’ont jamais été simples , et ne le seront jamais. » Ca dépend entre quelles femmes et quels hommes.

zéphyrin

paskal, l’expérience m’a appris à douter des hommes (surtout) qui n’ont jamais eu de problème et qui vivent une relation tout en équilibre et en facilité dans leurs relations avec les femmes. Sans doute avez vous eu plus de chance que d’autres, ou plus d’intelligence; tant mieux pour vous.

patphil

navrant plutot
signé: un septuagénaire

Shitting Bull

Ce qui leur manque, c’est de se faire ramoner un bon coup… Hugh !

Paskal

Tiens, un troll musulman !

Rosa Ire

Un coup de baguette magique, quoi !

Marjolaine

Vous méritez l’oscar du gros macho. Aucune autre réponse possible, aucune autre solution que : le cul !

Jacksoul

Bel et bien écrit…

alice braitberg

Lamentable pamphlet d’une néo gynéphobe

didile

Comment une gynéphobe ?
Une femme qui veut que les hommes la traite en femme et surtout pas en ennemie ,serait gynéphobe ?
Eh !messieurs ne vous laissez pas avoir !Sachez qu’il reste encore quelques arriérées qui aiment qu’on leur offre des fleurs ,des bijoux ,des madrigaux en SMS.
Pareil pour les enfants ,il y a quelques laboratophobes ,qui n’aiment pas beaucoup les surgelés.

zéphyrin

bisou didile (sourire)

didile

neo-gynéphobe .
Il y en avait donc avant .Lesquelles ? On est en droit de le savoir.

Conrad

Elles veulent des hommes effeminees et des femmes qui se comportent comme des mecs. Qu’elles aillent se tapper des transexuels alors.

Yohann le debattant

Franchement, Caroline de Haas, tu risque rien. Même un Weinstein sorti de prison après des années de « sevrage «  te toucherais pas. T’as rien à craindre, keep cool…

jeannot

Quelles épreuves a donc vécu cette goule pour tomber dans une telle haine vis à vis des hommes ? A moins que ce ne soient : jalousie, frustration, complexe de la castration, désolé madame, prenez vous en à l’évolution des espèces, les hommes n’y sont pour rien. et personne ne vous a privée de viande dans la caverne pour que votre cerveau soit atrophié
:-)

"à la" poubelle !

Bravo madame Berrinot ! Votre description de ces connes nuisibles ne manque pas de sel. En tant qu’homme, j’aurais pu écrire tout ce même texte au mot près, ce qui m’aurait valu les foudres de ces cinglées. Content de voir une femme partageant les mêmes idées et valeurs que les hommes, et non pas une accusatrice féministe enragée…

dupond

Quand on voit la tronche de De haas sur la photo on n’a qu’une envie c’est de fouiller au fond du tiroir pour trouver une ampoule de cyanure a lui administrer pour abréger ses souffrances !!!…..Avec une gonzesse pareille a la cagna la poupée gonflabe ne sera pas superflue et si en plus il faut lui payer une pension alimentaire alors là c’est l’apothéose
Donc aux grands meaux les grands remedes !!!
https://www.parismatch.com/Actu/Societe/Xdolls-la-maison-de-poupees-sexuelles-1475330