Rohingyas, de la fable à la réalité : démasquer la propagande islamique

Publié le 29 juin 2019 - par - 34 commentaires - 1 829 vues
Share

Un livre de Didier Treutenaere qui est un Français vivant en Thaïlande, spécialiste des textes bouddhistes en langue pali. Il connaît bien la Birmanie (pays appelé Myanmar depuis 1989) et le mode de vie de ses habitants.

Ce livre a une double ambition :

La première est de démontrer que l’analyse des médias et du monde politico-diplomatique au sujet du conflit avec les Rohingyas est une propagande qui sert à la fois la cause de l’islam et celle du mondialisme.

La seconde est de montrer que la réalité est plus complexe et que les enjeux et les protagonistes ne sont pas ceux qu’on nous désigne.

Pourquoi les Nations unies sont-elles partiales et souvent à charge contre le Myanmar ?

Parce que L’Onu se place sur le seul terrain de la promotion des « droits de l’homme ».

L’Onu s’est érigée en détenteur et défenseur d’une « morale universelle », ce qui fausse à la fois ses analyses et ses solutions, car elle ne s’attache qu’aux effets et non aux causes, c’est-à-dire à la surface des événements.

Soulignons que la Déclaration des droits de l’homme de 1948 s’affiche comme universelle, mais qu’il n’existe aucun consensus international.

Rappelons que les 57 pays musulmans n’ont pas reconnu cette Déclaration et ont créé de leur côté leur propre Déclaration islamique universelle des droits de l’homme en 1981, qui a été réaffirmée en 1990.

L’Onu a condamné les attaques de l’Arsa contre les postes de police et militaire d’août 2017, mais elle occulte totalement les massacres de centaines de villageois hindous et montagnards.

Elle oublie aussi les attaques de 2016. Dans quel but ?

1/ pour démontrer que ce sont les forces de sécurité qui ont poussé les Rohingyas à des formes de résistance et non l’inverse

2/ pour condamner l’emploi disproportionné de la force par le Myanmar contre les Rohingyas

3/ pour démontrer que la mort de « civils » constitue des « exactions ».

Les « solutions » de l’Onu sont les suivantes :

  1. « Mettre fin aux opérations militaires en cours qui ont alimenté les tensions entre les communautés et donné lieu à la violation systématique des droits de l’homme. »
  2. « Garantir le retour librement consenti et durable de toutes les personnes déplacées, contraintes à quitter le Myanmar. »

L’Onu demande donc le retour d’un peuple qui a tué des Arakanais de souche à plusieurs reprises depuis le XIXe siècle.

Il existe pourtant une autre solution : la réinstallation des Rohingyas dans leur région d’origine au Bangladesh et dans tout autre pays musulman.

  1. « Lutter contre l’incitation à la haine et les propos haineux qui conduisent à la violence, et combattre la discrimination à l’égard des minorités nationales, ethniques, religieuses ou linguistiques. »

Là encore, on procède à une inversion. Pour l’Onu, ce sont les propos haineux qui conduisent à la violence et non la violence qui suscite des propos haineux.

Il s’agit en réalité d’un appel à la censure et à la répression des bouddhistes et des nationalistes birmans qui « divisent la communauté ».

Il est nécessaire ici de faire 2 remarques :

– la 1re : La « haine » n’est pas définie, ce qui permet d’y inclure tout discours politiquement incorrect, comme par exemple critiquer l’islam ou démontrer l’impossibilité du « vivre-ensemble » ;

– La seconde remarque : Seules les violences et les discriminations à l’égard des minorités sont condamnables. La violence contre les majorités est légitime. C’est la raison pour laquelle les massacres contre les bouddhistes et les Arakanais sont minorés.

Maintenant, il faut que vous sachiez quelque chose de très important :

La résolution 72/248 de l’Onu relative à ce conflit a été préparée et soumise à l’Assemblée par l’OCI (l’Organisation de la coopération islamique). Elle a été adoptée par 122 voix, dont les voix des 57 pays que compose l’OCI. Dix pays ont voté contre et vingt-quatre se sont abstenus. La Chine et la Russie se sont opposées à cette résolution, ainsi que la Syrie et les Philippines.

Les prises de position du Haut-Commissariat aux droits de l’homme sont encore plus outrées.

Sachez que le Haut-Commissaire depuis 2014 est un Arabe musulman, cousin du roi de Jordanie.

Il affirme que « les autorités birmanes ont planifié un génocide de la minorité rohingya ». Il demande au Conseil de « prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin à cette folie ».

Il faut ajouter à cela les ingérences des ONG (Organisations non gouvernementales), dont certaines ont fait preuve de manque de neutralité.

Le Programme alimentaire mondial a aidé à nourrir les djihadistes de l’Arsa.

Médecins sans frontière a transmis de fausses informations venant du Bangladesh, comme par exemple la mort de 9 000 Rohingyas, alors que le bilan officiel faisait état de 400 morts d’insurgés.

Face à ces partis pris, les habitants de l’État de Rakhine ont manifesté en août 2017 pour demander l’expulsion des ONG et des agences de l’Onu.

On peut ainsi comprendre pourquoi le Myanmar se montre méfiant à l’égard de la « communauté internationale ».

Depuis la fin de l’année 2018, un accord a tout de même été trouvé. Le retour de 300 réfugiés par jour, sur deux ans, a été planifié. Mais les causes du conflit ne sont pas résolues.

Outre les enjeux territoriaux, sécuritaires, identitaires, religieux et ethniques, il ne faudrait pas oublier les enjeux économiques et géostratégiques.

Pendant que le grand public est submergé par l’émotion suscitée par le discours moralisateur de l’Onu relayé par les médias, un combat se joue entre de grandes puissances.

N’oublions pas que le Myanmar est un pays producteur de pétrole et de gaz naturel. Il se situe au 5e rang mondial pour ses réserves de gaz. Deux pays voisins, l’Inde et la Chine qui ont des besoins gigantesques, sont intéressés par ces ressources.

Un gazoduc relayant l’Inde et le Myanmar, en passant par le Bangladesh, existe déjà depuis longtemps. Son développement pourrait nuire aux pays pétroliers arabes.

De même pour la Chine. Il existe un projet de pipeline qui part du port de Kyaukpyu pour aller relier le réseau de gaz naturel chinois.

Et ce port permettrait aux navires pétroliers chinois d’éviter de contourner le Sud-Est asiatique, un gain de 3 000 km et d’une durée de deux semaines.

Cela pourrait ne pas plaire aux États-Unis qui seraient capables d’utiliser toutes sortes de moyens (comme l’instrumentalisation du djihadisme) pour contrer ce projet.

Louis Davignon

Ma recension vidéo du livre en trois parties :

https://youtu.be/sUA0m2eSs7g

https://youtu.be/hTPlE357qPs

https://youtu.be/DmhOBKNgx00

Print Friendly, PDF & Email
Share

34 réponses à “Rohingyas, de la fable à la réalité : démasquer la propagande islamique”

  1. Arno dit :

    Lima@poste 2 commentaires archi-faux. Ici « Les américains ont été jusqu’à faire former les combattants de l’Arsa »

    NON! Vous parlez sans savoir ce qu’il en est des mujaheens, etc. dans ce coin d’Asie du Sud-Est. Les « combattants » de l’ARSA & leur formation (au Pakistan) pour soulèvement des sans-papiers musulmans issus du Bangladesh -Pakistan installés illégalement sur sol birman, ont été financés par les mêmes sources que celles d’ISIS (l’EI) au Moyen-Orient.

    Parler des « américains » comme vous le faites ici, n’est que répéter l’argumentaire islamiste de l’Oumma & au sein des agences musulmanes onusiennes.

    Je dénonce ce que vous faites sur ce site: de la désinformation pro-islamiste.

  2. Patrick Granville dit :

    Interessante prestation sous un angle qui differe de la propagande onusienne. Merci.

  3. lucide dit :

    MERCI infiniment pour nous avoir transmis ces infos par vidéo. Nous devons nous procurer ce livre parce qu’il décrit une situation où interviennent plusieurs forces en présence et qui mènent à découvrir des SIMILARITES avec ce qui se passe en OCCIDENT.

    On pourrait aussi inviter OMAR SY à lire ce livre ou à écouter les vidéos. Son attitude reposait sur l’émotion. Mais l’émotion ne peut tout excuser chez celui qu’on défend.

    L’ONU EST VRAIMENT UNE ORGANISATION DONT NOUS SOMMES EN DROIT DE DOUTER , QUI DEVIENT NOCIVE POUR PRESQUE TOUS LES PEUPLES.Sauf pour les 57 pays musulmans. ON NE PEUT QUE SOUHAITER SA DISPARITION.

  4. JACOU dit :

    « Parce que L’Onu se place sur le seul terrain de la promotion des « droits de l’homme . »

    L’ONU a oublier ce pourquoi elle a été faite.

    Les droits des Nations a disposer d’eux même.

  5. patito dit :

    en fait , je crois que tout le monde s’en fout hormis quelques militants islamobobos usurpant le titre de « journaliste qui essaient de faire pleurer dans les chaumières .

    • Sylvie Danas dit :

      Non, non, tout le monde ne s’en fout pas. Ça passionne le pape ! Il s’intéresse beaucoup aux Rohingyas. En tout cas beaucoup plus qu’aux Chrétiens d’Orient persécutés et aux 4.305 chrétiens assassinés en 2018 uniquement en raison de leur foi, concernant lesquels il garde un silence assourdissant. Il ne faut pas se tromper de priorités tout de même !

  6. POLYEUCTE dit :

    C’est la « Pire Manie » que de condamner les muzz !
    Ang San Suu Kiy a osé en « Birmanie ».

  7. Marie dit :

    C’est toujours le même scénario avec les musulmans. Ils s’imposent, ils agressent puis s’il y a des représailles ils se posent en victimes et la communauté internationale qui est aux bottes des musulmans les soutient.

  8. COHUET Mickaël dit :

    « (…) Et ce port permettrait aux navires pétroliers chinois d’éviter de contourner le Sud-Est asiatique, un gain de 3 000 km et d’une durée de deux semaines.

    Cela pourrait ne pas plaire aux États-Unis qui seraient capables d’utiliser toutes sortes de moyens (comme l’instrumentalisation du djihadisme) pour contrer ce projet.  » : La CIA a, en effet, joué un rôle fondamental pour mettre le feux au poudre de cette région stratégique qui s’inscrit dans le projet chinois de  » Belt and Road Initiative »…

    • lima dit :

      Les américains ont été jusqu’à faire former les combattants de l’Arsa par leurs grands amis Saouds afin de mettre le feu à la région et contrecarrer le projet de nouvelle route de la soie.
      Ils ne veulent en aucun cas que les chinois aient un port dans l’océan indien.

  9. Qu. dit :

    face à un M..
    lui dire que vous êtes J…
    ça le calme il sait qui a inventé sa R… de merde.

  10. paul nareffe dit :

    Comme tout bons musulmans qui se respectent, les Rohingyas peuple récemment venu du Bengale oriental, ont essayé de coloniser la Birmanie à leurs manières, interdire la consommation de viande de porc à tous les Birmans, enfin bref, nous n’allons pas réciter tous les bienfaits de leur « culture », que ces sous développés veulent imposer au monde entier, chacun connait leur programme.
    Mais, ces muzz sont tombés sur plus forts qu’eux, les autochtones Birmans ne se sont pas laissés faire, et les muzz ont été contraints de refaire leurs bagages dans le sens inverse.
    Si chaque pays suivait la politique Birmane, alors le monde vivrait en paix, car les sauvages seraient contenus dans leurs pays de merde.

    • lima dit :

      Il y a une inexactitude dans votre post: les bengalis, qui s’appellent eux-mêmes Rohingyas, sont en Arakhan depuis le XVème siècle.
      Tout se passait plutôt bien, jusqu’à ce que les américains fomentent une rébellion, afin de contrecarrer le projet de « Nouvelle route de la soie »

      • Arno dit :

        @lima: FAUX!
        Non seulement le mot « rohingya » est la contraction d’une expression populaire (quelque chose comme* « tigre perdu loin de son territoire ») des autochtones de l’état de Rakan (ancien royaume birman), pour désigner les transborders sans papiers et analphabètes issus des actuels Pakistan et Bangladesh, traversant le fleuve-frontière les séparant du Rakan (ou Arakan),

        mais vous ne faites que servir le prosélytisme islamiste en répétant les artifices créés par leur Ouma, qui ici encore ré-écrit l’histoire au gré de leurs besoins – stratégie de propagande archi-connue.

        *Les linguistes & historiens birmans se disputent plusieurs interprétations, vu qu’il y a retranscription d’une phonique populaire
        PS. ai vécu & +, en Birmanie, au temps de la junte.

  11. Lionel dit :

    Un article qui pretend dénoncer de la » propagande »… alors que c’est le point de vue sur les rohyngias d’un (pro) bouddhiste adepte des radios et des sites d’extrême droite…

    Je ne dis pas qu’il a tort sur tout, mais a priori on a vu plus neutre, non?

  12. François BLANC dit :

    tout parallèle avec ce qui se passe en France serait évidemment pure invention!

  13. patphil dit :

    remigration réussie!

  14. Penelope dit :

    Le haut commissaire est à moitié suédois et il est autant arabe que moi je suis évêque. Par contre il et musulman ceci expliquant cela.

  15. quiditvrai dit :

    Je suis en faveur de l’expulsion de ces intrus.

  16. lsd dit :

    Un lien pour l’achat du livre serait un plus a ce très bon article

  17. Yohan le débattant dit :

    Merci pour ce billet. Après les «palestiniens », le nouveau joujou des bobos islamophiles, c’est les rohyingas. Une fable inventée de toute pièce pour attendrir le gogo sur le sort des « pauvres victimes musulmanes » quitte à salir l’heroine birmane Ang San Suu Kiy…

    • Le king dit :

      Aucun rapport ! Les palestiniens vivent… en Palestine depuis toujours, eux ! Et si 3000 ans de résidence ne font pas de vous l’habitant légitime des lieux, alors on peut en dire autant des Français, par exemple…

      • zéphyrin dit :

        je rigole en pensant à nos amis basques qui ne sont pas légitimes chez eux.(une des plus vieilles langue d’europe vous vous rendez compte ?)
        c’est le nombre qui fait loi, et les français vont s’en rendre compte bien plus douloureusement qu’ils n’osent y penser

    • Le king dit :

      Pour les Palestiniens avec des guillemets ? Ils habitent en Palestine depuis 3000 ans au moins, soit beaucoup plus que tes ancêtres en France, s’ils ne sont pas légitimes la bas, tu ne l’es pas non plus ici…

      • Paskal dit :

        Tiens donc ! Il y a 3000 ans nos ancêtres s’appelaient Iberes, Ligures, Celtes comme les ancêtres des Palestiniens s’appelaient Cananeens, Philistins, Hébreux.
        Par contre je ne sais pas où Debbouze a vu des musulmans dans la future Gaule il y a 3000 ans (ni en Gaule ni nulle part).

      • Vincent L. dit :

        Certes ! certes mais les millions de musulmans qui ne sont pas du coin, pourquoi se mêlent-ils de cette affaire ? Ils n’ont pas vraiment leur mot à dire. Laissons les juifs et les « Palestiniens » s’occupaient tous seuls d’Israël et les moutons seront bien gardés.

      • Patapon dit :

        Les Palestiniens,ça commence à être usé,,alors,on découvre la noble cause des Rohinghas .On s’attendrit,les O.N.G sont sur les dents,les bons esprits se disent que la France devrait affréter des bateaux genre boat people,et débarquer tout ce joli monde a Marseille…O,patrie des droits de l’homme,tu as tellement de ressources insoupçonnées…

      • JACOU dit :

        Les guillemets sont appropriés.

        Palestinien vient de Philistin. Peuple venant de la mer du Nord de l’Egypte selon les écrits égyptiens antiques gravés dans la pierre.

        Donc pas des arabes si tu connais un peu la géographie de la Région.