Rokhaya Diallo déteste Joséphine Baker encore plus que la France

RokhayaDialloraciste.jpg

Joséphine Baker a donc été panthéonisée hier quarante cinq ans après sa mort (cela a pris plus de temps que pour la controversée Simone Veil).

Apparemment cela dérange Rokhaya Diallo qui dit que la France en sacralisant Joséphine Baker, le fait pour masquer son racisme. Imaginons qu’il n’y ait aucun noir au Panthéon, madame Diallo serait la première à monter au créneau, à parler de racisme en soulignant cette absence. La France est toujours perdante dans cette logique: soit on ne nomme pas des personnes issues de la diversité donc on est raciste, soit on les nomme et ce sont des nominations alibis. Perdant, perdant.

Maintenant allons plus au fond, il faut comprendre que Rokhaya Diallo déteste encore plus Joséphine Baker que la France. Pour une simple raison, c’est que son parcours contredit toutes les théories anti-françaises prônées par Rokhaya Diallo.

En effet Joséphine Baker a quitté les Etats-Unis un pays où elle n’avait aucun droit pour arriver en France un pays où elle devient rapidement une immense vedette sans qu’on lui fasse le grief d’être noire. Au contraire on peut penser que la couleur de sa peau a été l’une des raisons de son succès. Elle le dit elle même «Je me suis sentie libérée à Paris.»

Après être devenue française en 1936, arrive la deuxième guerre mondiale. Joséphine Baker chante dans un premier temps pour les troupes françaises en 1939. Mais cela ne durera pas longtemps, défaite oblige. Elle intègre alors les services secrets de la France libre où elle jouera un rôle important.

Toute sa vie Joséphine Baker sera reconnaissante envers la France, n’oubliant à aucun moment d’où elle venait, une famille noire pauvre sans avenir dans son pays d’origine.

Une noire qui dans un premier temps constate qu’elle n’est pas jugée négativement sur sa couleur de peau dans son pays d’adoption, et qui au final aime la France car elle a compris que ce pays n’est pas raciste. Elle fut alors un modèle d’assimilation.

Par ailleurs elle fut aussi une croqueuse d’homme ce qui n’est jamais très bien vu par les féministes, donc elle perd encore un soutien politique possible. Bref sauf à modifier sa biographie, elle est irrécupérable par le camp des racistes anti-français qui se disent progressistes. Une femme noire patriote qui aime la France, cela leur est insupportable et contredit toutes leurs valeurs. Mais comme ils ne peuvent pas la traiter publiquement de «négresse de salon» même si ils le pensent, ils en profitent pour attaquer la France une fois de plus, la France toujours coupable à leurs yeux.

Vive Joséphine Baker, vive la France !

Platon du Vercors

image_pdfimage_print
15

16 Commentaires

  1. Cette femme a la haine en elle!
    Elle crève de jalousie d’être ce qu’elle est! Elle crève de jalousie de ne pas être blanche.
    Elle hait les français, les blancs et tous ceux qui aiment la France et le disent!
    Si elle ne supporte pas de voir des blancs, elle retourne dans le pays de ses ancêtres. C’est aussi simple que ça.
    Dénoncer le fait de voir trop de blancs en France c’est comme si je dis il y a trop de noirs au sénégal ou en côte d’ivoire ou encore au kenya!
    Quelle buse et en plus elle est invitée sur tous les plateaux de tv, on lui demande ses avis……..
    Elle fait le mannequin et chose étrange, là, elle a le sourire.
    Donc j’en reviens à ce que j’ai écris en préambule, cette femme à un problème d’identité!
    D’ailleurs, pourquoi se teint elle les cheveux en roux comme les momos, pour que l’on oublie pas sa religion?

    un jour, Pascal Bruckner ne l’a pas ratée………

  2. R. Diallo déteste J. Baker, la France, écrivez-vous. Elle déteste, en premier lieu, les blancs et leur civilisation !

  3. Un modèle d’intégration ne signifie pas forcément l’assimilation! Quand cesserez-vous de prôner aux noirs cette assimilation illusoire? Un noir ne peut pas s’assimiler en Europe même s’il le voulait, soyons réalistes!

  4. Un modèle d’assimilation? Quand cesserez-vous de prôner cette illusion aux noirs?
    Cette femme était, certes un modèle d’intégration mais pas d’assimilation! Un noir ne pourra jamais s’assimiler même s’il le voulait!

  5. A part Zemmour, et comme disait Victor Hugo dans La Légende des siècles : « mes yeux cherchent en vain un brave au cœur puissant ».
    Quasiment tous les politiques et avec eux les médias et ceux qui tirent leurs ficelles sont des lâches, des menteurs, des vendus, des corrompus, ils puent tous la mort de la France.

  6. une femme , une métis (noire+ latino) qui ne crachait pas sur son pays d’adoption, une traitresse donc!
    dialo ou yade s’en désespèrent , je ricane

  7. joséphine BAKER est une bonne claque à toutes ces haineuses qui élevées dans le confort de l’état français ne cesse de lui cracher dessus : JB a connu la misère et la ségrégation, pour elle la france a été un sauveur : les haineuses elles ont connu l’eau chaude , la vie facile, les aides en tout genre ils ne leur manquent que les coups de pieds aux fesses pour leur faire prendre conscience de leur chance innouie

  8. Évidemment, pour une rocailla, il est insupportable que la France fasse honneur à une femme comme Joséphine Baker qui a osé chanter les louanges de la France et l’a même défendue en entrant dans la Résistance, une Joséphine Baker, modèle d’intégration et qui savait de quoi elle parlait puisqu’elle venait des USA, pays hyper raciste à l’époque, où les noirs étaient traités comme des sous-hommes. Rocailla Diallo tient à semer la haine de la France et à la salir par ses calomnies. Une Joséphine Baker la montre telle qu’elle est, met en évidence ses calomnies et sa haine de la France et nuit donc à son combat mortel contre notre pays.

  9. Une chose est sûre, Rokhaya Diallo ne cache pas son racisme. Elle le cultive comme d’autres cultivent le cannabis.

  10. La France en ce temps-là était tellement raciste que le président du Sénat, 2ème personnage de l’Etat, Gaston Monnerville était Guyanais, le vice-président de l’A.N s’appelait Saïd Boualam, et siégeaient au gouvernement comme ministres d’Etat Senghor et Houphouët-Boigny, ainsi que Nafissa Sid Cara.
    On prenait alors en considération la valeur des individus, et non leur aspect « pittoresque » pour panacher comme fera le nain hongrois.

    • merci de rappeler ces noms brillants! intelligents qui se sont fait tous seuls à la force de leur cervelle

Les commentaires sont fermés.