Roland Hureaux : Macron, l’homme qui n’aimait pas la France

 
Ce bilan que Macron refuse aux Français, le voici ! Cet ouvrage majeur décrit en détail tout le mal accompli par Foutriquet et combien il a scrupuleusement rempli la mission de destruction de notre pays, que lui ont confiée les mondialistes.
 
« Fort de sa large connaissance des rouages de la sphère publique et de la société française, Roland Hureaux décrypte l’action du président Macron (dix ans, compte tenu du rôle essentiel qu’il a joué auprès de Hollande). Une politique qui ne conduit à rien moins qu’à la destruction de la France. Candidat à sa propre succession, Macron n’a pas trahi la gauche : il en incarne, au contraire, la figure achevée. À la poursuite d’idéaux utopiques, la gauche ne pouvait en effet que trahir, que ce soit au travers des totalitarismes d’hier ou du ralliement sans conditions d’aujourd’hui au capitalisme le plus déchaîné. Macron représente le dernier avatar de cette gauche contemporaine que l’on voit à l’œuvre aux États-Unis avec Biden : nouveau bloc historique alliant une poignée de multimilliardaires dont le Forum de Davos est l’expression accomplie, et les mouvements d’extrême-gauche hostiles à la famille, aux nations, aux libertés. 
 
En visite à Washington, Macron a avoué qu’il voulait « déconstruire la France ». Quoiqu’il n’ait cessé, plus qu’aucun de ses prédécesseurs, de favoriser les puissances d’argent, il est un inconditionnel du woke, idéologie antiraciste, antinationale, antifamiliale, qui gangrène l’Occident et ne cesse de stigmatiser, dans les médias ou les prétoires, l’islamophobie, l’homophobie, les climatosceptiques et maintenant les « antivaccins ». Macron a en même temps développé toutes les formes d’assistance, laissant filer les déficits et écrasant les classes moyennes, suspectes d’incarner une conscience nationale, religieuse ou civilisationnelle. Pour tous ceux qui ne résument pas la politique aux questions d’argent, Macron se situe, plus qu’aucun Président, à l’extrême gauche. Toute son action montre qu’il voue à la France un désamour, moins affectif qu’idéologique : la France n’a pas sa place dans le projet euro-mondialiste qu’il prétend porter. »
 
Dans une récente interview sur TVL, Roland Hureaux va plus loin,  soupçonnant Macron, comme beaucoup d’entre nous, d’avoir saboté les accords de Minsk… et donc conduit à ce conflit dont on est loin de mesurer toutes les conséquences…
 
Mitrophane Crapoussin
 

https://www.youtube.com/watch?v=XLv_uRc95MM

image_pdfimage_print

2 Commentaires

  1. Tout à fait d’accord sur tout ! pour l’euro, c’est ce que je m’évertue à dire depuis 2005.

  2. Si macron ne nous aime pas ni la France je lui conseille de dégager d’aller se faire voir ailleurs avec  » sa brichel »
    Allez hop dehors ! bon vent !

Les commentaires sont fermés.