Est-ce le rôle de l’Onu de réécrire l’Histoire, au détriment du peuple juif ?

Publié le 19 avril 2016 - par - 13 commentaires - 1 583 vues
Share

UnescoRéuni la semaine dernière à Paris, le Conseil exécutif de l’UNESCO a entériné une résolution lancée à l’initiative de l’Algérie, du Maroc, de l’Égypte, du Liban, des royaumes d’Oman, du Qatar et du Soudan niant définitivement tout lien religieux entre le peuple juif et le Mont du Temple. Par ailleurs, le comité a condamné « les agressions israéliennes et les mesures illégales contre la liberté et l’accès des Musulmans au site Al-Aqsa », lequel domine le Dôme du Rocher à Jérusalem. Cette décision intervient après qu’en octobre dernier, une proposition similaire avait été initiée par six États arabes au nom des Palestiniens dans le but de faire reconnaître le Mur occidental, dernier vestige du temple hébreu, en qualité de dépendance appartenant à l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa.

Or, une organisation onusienne, dont la légitimité s’est fondée sur l’ampleur des atrocités de la Shoah et dont la mission fut dès lors, d’œuvrer pour la paix dans le monde ne peut ni en droit, ni en faits, s’arroger le pouvoir de réécrire l’histoire du peuple juif sans priver l’Occident de son propre héritage. Se mettre au service de pays pour en juger ou en condamner d’autres au mépris de la réalité historique est sans doute, en plus d’être indigne, de toutes les formes de tyrannies intellectuelles une escroquerie dont l’époque actuelle ne peut sortir grandie. Et, si au nom d’intérêts économiques et géostratégiques, certains pays occidentaux dont la France, se mettent à sacrifier la mémoire de leurs peuples respectifs, c’est à l’éphémère des alliances et au mensonge perpétuel qu’ils les vouent, en leur imposant de surcroît une violence assise sur un obscurantisme.

Si la plus sombre tragédie du XXe siècle a pu éclairer le monde sur les errances de la barbarie humaine, celui-ci doit se souvenir qu’il est toujours une erreur fatale de choisir en conscience la défense d’autres régimes que celui de la démocratie. Au Moyen-Orient, il n’en existe qu’une. Tout acte participant à la mettre en péril, participe en même temps de la fragilisation du monde civilisé.

La mission de l’ONU n’est pas de faire l’Histoire, encore moins de cautionner une tentative de réécriture du récit historique fondateur des trois monothéismes. Le risque est le discrédit définitif d’une telle organisation, laquelle s’apparenterait alors à la plus vaste tentative d’escroquerie contemporaine. La grandeur des Nations-Unies ne doit jamais se départir d’une mission souveraine ; celle de servir la vérité des faits historiques.

J’entends souvent, et notamment dans certaines démocraties occidentales dans lesquelles je me rends, un discours trompeur dénonçant une Europe qui aurait fait de la Shoah une religion. Il ne s’agit pas seulement de propos émanant des communautés musulmanes installées au sein de l’espace européen, mais d’un ensemble plus large, une jeunesse que les hommes meilleurs d’après la seconde guerre mondiale avaient voulu éduquer dans plus de tolérance. L’écueil naturellement, était celui d’échapper au refus de la hiérarchisation des races sans produire une uniformisation des consciences, voire un basculement dans un dogmatisme échevelé occultant le Mal véritable, lequel sait jouer de tous les artifices de la duperie pour mener un djihad conquérant.

Or, pas plus qu’elle n’est une religion, un fantasme ou une tyrannie politique, la Shoah est un fait. Et si l’Occident se met à vouloir oublier la religion des faits, au motif de cultiver tel ou tel intérêt ponctuel et particulier, il n’y survivra pas. De même, et quelles que soient nos infirmités actuelles, former le projet de proposer un roman historique fondé sur un mensonge niant l’évidence factuelle est un syndrome supplémentaire qui traumatisera la mémoire des hommes de bonne volonté.

Nier l’existence de mille ans de l’histoire du plus vieux peuple monothéiste demeuré debout, nier la réalité historique de deux temples érigés sur le Mont, ne grandira pas les Nations aux yeux des générations futures.

Il est deux engagements difficiles dans la vie de chacun ; le premier est celui de s’efforcer de demeurer au contact permanent du réel. Le deuxième est de reconnaître que vouloir le transformer ne doit pas se faire au détriment de l’histoire des hommes, tant le refus de mentir sur ce que l’on sait et qu’on a éprouvé y compris par la science, fonde le privilège et l’essence même de l’homme meilleur. C’est au prix de cette double exigence que le monde occidental peut espérer survivre.

Or, en entérinant une telle résolution, celui-là sait-il qu’il jette ses peuples dans les fers de la tyrannie d’un Islam politique, lequel gangrène ses territoires ? Ou plutôt, devra-t-on finir par constater l’évidence ? L’Islam politique a déjà pris le contrôle dans certains pays démocratiques, à commencer par la France, puisque à la faveur d’un clientélisme communautaire de l’électorat musulman long de trente années, on a laissé y massacrer ses Juifs, ses dessinateurs satiriques et sa jeunesse. L’État d’urgence n’y changera rien. La peur d’une guerre civile paralyse les autorités et multiplie les conduites hypocrites. Pourtant, aucune ne sera jamais assez puissante pour détourner le courageux du devoir qui commande un retour à l’application stricte de la laïcité sur l’ensemble du territoire et celui exhortant à la fin de l’immobilisme ou du laxisme par la réinstallation d’une sécurité réelle exercée par une police forte sans laquelle l’en-soi, le pour-soi, l’altérité ou le même ne sont rien.

Le peuple juif est le peuple d’un seul livre et celui de la loi sur laquelle s’est structurée la pensée des sociétés occidentales. Or, à la place des condamnations aussi abjectes que parfaitement imbéciles, la France se fût honorée en s’opposant à ce qu’un obscurantisme servît une cause religieuse hégémonique destructrice, a fortiori dans un pays où la mémoire collaborationniste est encore douloureuse. La récupération de l’électorat musulman français par la condamnation et les tentatives d’affaiblissement de l’État d’Israël est une méthode parfaitement indigne de la France, laquelle envoie régulièrement ses Généraux et ses services spéciaux s’entraîner aux techniques de combat contre le terrorisme islamiste sur le sol hébreu. On ne peut pas vendre des armes à des monarchies finançant l’État islamique et prétendre le combattre avec une détermination entière. On ne peut pas ignorer que ces dernières eussent possédé tous les moyens d’accueillir ou d’aider la population palestinienne. Mais quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt. Lorsque les monarchies du Golfe attachent un grand intérêt à ce que l’opinion publique internationale se préoccupe du sort des Palestiniens, parmi lesquels courent les groupes terroristes comme le vent printanier dans le feuillage des aubépines, celle-ci oublie de s’indigner contre les violations perpétuelles des droits de l’homme et de la femme sur ces beaux déserts pétrolifères.

On ne peut guère estimer le salafisme à 1% sur le territoire national sans passer pour un couard ou un fieffé menteur. On ne peut pas s’enorgueillir d’avoir des services du renseignement compétents, lorsqu’on dépend constamment de plus puissants que soi. On ne peut décemment œuvrer au sacrifice de sa population nationale au seul bénéfice d’une communauté, fût-elle musulmane, pour servir de sordides intérêts électoralistes. On ne peut détruire un héritage au nom d’une diversité qui ne s’y reconnaît pas. On ne peut tout faire et feindre son contraire. L’art de la tautologie connaît cette limite indéfectible : Tôt ou tard, l’hypocrisie se démasque. Si la grandeur d’une Nation éclairée a quelque vertu, c’est celle de savoir choisir ses alliances, non pas contre la réalité historique, mais précisément en son nom. C’est à ce prix, que la résilience des hommes peut transcender l’Histoire.
Mylene Doublet-O’Kane

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
MOISE JESUS

en tous cas depuis 1948 C EST LES JUIFS qui tuent les musulmans ,Donc ils ont oubliés la shoah ,vous vous rappelez qu’ils disaient plus jamais cela ..les allemands (nazis ) ont tués tous ceux qui les empêchés d,avancer ,il n y avais pas que les juifs ..

Clamp

Je ne suis personne pour juger, mais si je pouvais noter, j’écrirais « 20/20 » ( voire plus ).

Juste 3 remarques :

1 – On a encore ici un exemple des actions subversives décrites par le Colonel Cerisier, mais au niveau mondial cette fois, totalement gangrené visiblement – on conçoit mieux les accointances entre mondialisme et islamisme quand on découvre l’information ici révélée.

2 – Il y a pas mal de temps qu’on sait qu’il ne faut plus rien attendre ni de l’ONU ni de l’UNESCO. Heureusement qu’Israël à l’habitude des humiliations à répétition et que ça glisse sur lui comme l’air sur la roche.

3 – Mine de rien, c’est grave quand même ; ça donne des pulsions génocidaires difficiles à réprimer pour tout dire.

Ce n’est hélas pas la première fois qu’une compromission de l’ONU concerne le peuple juif, par exemple voir http://coolamnews.com/a-part-denoncer-israel-a-quoi-sert-lunesco/

BALT

Tout est permis à partir du moment où le Saint Pape sauve des Musulmans-qui ne sont pas en danger de mort- et ne fait absolument rien pour contrer le génocide des Chrétiens au Nigéria!

Patrick Zbinden

Comme le souligne avec raison Henry de Lesquen il y a bien une religion de la Shoah, puisqu’il y a sacralisation.
Alors qu’on ne sacralise pas, par exemple, le massacre des vendéens par la Révolution Française.
Ni celui des arméniens par les turcs.
Et tant d’autres !

Clamp

@ Patrick Zbinden

Du point de vue logique, religion implique sacré mais sacré n’implique pas religion. On peut sacraliser quantités de choses, y compris dans sa vie personnelle sans en faire des religions. La victimisation shoah = religion est une antienne islamo-gôchiste qu’il faut vraiment condamner fermement, car c’est un prétexte énorme ficelle à l’antisémitisme.

Par contre, vous avez sans dote raison de vous plaindre que trop peu d’évènements ont pris un caractère sacré. Et justement, il faut en rechercher les causes et les subversions à y déterrer.

Patrick Zbinden

Je suis contre la sacralisation des évènements historiques car je suis pour leur libre examen en toute objectivité.
Je trouve anormal que JMLP ait été condamné en justice pour avoir émis une opinion à propos des chambres à gaz, alors que s’il avait dit: « les massacres en Vendée ne sont qu’un détail de l’histoire de la Révolution Française » il,n’aurait jamais été poursuivi.
Nous vivons dans une caricature de démocratie puisque nous ne pouvons plus nous exprimer librement sur certains sujets, il faut supprimer les lois liberticides Pleven et Gayssot.

Clamp

@ Patrick Zbinden

Bon nous sommes un petit peu d’accord mais quand même avec une forte divergence assez fondamentale : vous, vous dîtes « pas de totem » au motif qu’il y a des fous qui font des sacrifices rituels en-dessous. Mais, non, on n’y est pas obligé ; on peut saluer le totem gentiment, sans brûler tous ceux qui ne s’y soumettent pas ni y vouer un culte persécutoire.

Ne croyez vous pas qu’il aurait mieux valu rendre sacré ces grands pans de notre histoire qui fondent la France, sa culture, ses particularismes civilisationnels et sa fierté, lesquels sont piétinés de bon cœur par les remplacistes de tout poil, plutôt que d’opter pour la désacralisation de tout ?

On se retrouve encore avec le rejet global d’un principe à cause de ses problèmes connexes qu’on a la paresse de résoudre individuellement et séparément, situation qu’on appelle généralement l’eau du bain de bébé.

Il faut avoir la détermination d’exiger le package complet : examen libre et objectif et avec sacralisation.

cepalislam

je crois si j’ai bonne mémoire que la France s’est déja vendu aux nazis il y a 70 ans et maintenant aux arabes qui promettent mont et merveilles de nous envahir

exomil

De plus il ne s’agit pas de nier seulement l’histoire des juifs par les juifs.
les archives historiques romaines regorgent d’écrits sur la destruction de Jérusalem ET DE SON TEMPLE en l’an 70 de notre ère par les romains…

le pape François va t il aussi réviser l’histoire Romaine pour satisfaire l’islam et ses amis collabo?
il en est bien capable !

WOLFRED

une leçon d’histoire s’impose , mais comme ils sont soumis aux petro dollars , toujours a cote de leur pompes .

manitou

Bravo madame, se soumettre de façon ignoble face à une décision arabo-musulmane est la plus grande dhimmitude de la France islamo-gauchiste.

PAUVRE FRANCE ET PAUVRE EUROPE.

pauledesbaux

l’ UNESCO (l’Union des Nuls En Sciences, Culture et Objectivités) pas plus que d’autre socialopes n’ont le droit de réécrire l’Histoire des Juifs pas plus que celles des Autres, quand on brigue un suffrage quel qu’il soit on devrait passer UNE LICENCE D HISTOIRE DE TOUS LES PEUPLES QUI ONT BATI LE M O N D E pour pouvoir en parler, juger (???) et continuer le chemin tracé pour avancer dans l’AVENIR ne devrait-on pas connaître LE PASSE ,? bien des erreurs ne seraient pas commises signé paule di Malta