1

Rouen : le maire Mayer-Rossignol veut remplacer Napoléon par la FLN Gisèle Halimi !

Napoléon 1er remplacé par une Tunisienne, Zeiza Gisèle Élise Taïeb, avocate socialiste et accessoirement porteuse de valises du FLN.

Le nouveau maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol, a décidé de descendre la statue de l’Empereur Napoléon 1er de sa place initiale face à l’Hôtel de Ville. Il faut croire que la statue du grand empereur souligne la petitesse, la médiocrité du nouveau maire, et qu’il doit mal supporter cette statue et la gloire qu’il représente.

Nicolas Mayer-Rossignol en compagnie de Christiane Taubira

Installée sous Napoléon III, notre dernier souverain poignardé dans le dos par les républicains, tandis que lui, malade et souffrant le martyr, il était face à l’ennemi en 1870. Cette statue siégeait sur cette place depuis 156 ans sans qu’aucun maire, depuis, n’ait rien trouvé à redire. Cette statue a été fondue avec les canons d’Austerlitz.

Le maire Rossignol du Parti socialiste profite d’une restauration pour proposer son éloignement, pour ne pas dire son exil. Sans doute imagine-t-il la mettre dans un square bien éloigné qu’il dénommera plus tard, Sainte-Hélène par une sorte d’humour minable, que seule la gauche est capable de produire.

En France, il n’y a guère de rues, de boulevards, d’avenues, voire de places en l’honneur de Napoléon 1er. Il y a bien une rue Bonaparte à Paris, un boulevard Napoléon 1er à Rueil-Malmaison, mais pas autant que des rues ou des avenues Lénine, ou autres place Stalingrad.

L’Empereur a été le créateur des lycées, et il n’a même pas un lycée portant son nom. Il y a aussi très peu de statues de l’Empereur. La plus célèbre est aux Invalides. La France républicaine déteste l’Empereur et son neveu Napoléon III. Et pourtant… Que serait la France sans ces souverains !

Partout dans le monde, de la Chine aux États-Unis, de l’Angleterre à la Russie, Napoléon est reconnu et souvent admiré. Sauf en France.

Il y a même des villes portant son nom aux USA. En France, la République a débaptisé la seule ville qui avait porté son nom en l’appelant la Roche-sur-Yon c’est tout dire. (Source) En 150 ans d’existence de cette république, il ne reste que deux noms qui auront marqué l’histoire de France : Clemenceau et de Gaulle. Les autres dirigeants sont d’illustres inconnus, des grouillots, des mannequins. Hormis peut-être Daladier, dont on en connaît les raisons puisqu’il s’est couché à Munich devant Hitler.

Le Rossignol socialiste de Rouen, maire grâce à l’abstention, a décidé d’abattre une statue comme tous les minables de cette gauche qui va du PS au PC en passant par les Insoumis et les indigénistes qui n’ont jamais supporté la grandeur d’un personnage à l’aune de leur médiocrité. Alors, ne pouvant s’en prendre à ces grands hommes, ces destins, ces splendeurs du passé, ils pissent dessus comme des chiens en espérant qu’il y restera des traces. 

Qui est ce Nicolas Mayer-Rossignol issu du Parti socialiste ? Un homme élu avec une participation électorale de 29,67 % d’électeurs. Il y a eu à Rouen un taux d’abstention de 70,33 %, 2,07 bulletins blancs, 1,35 nuls. Ce maire ne représente rien ou peu. Rouen, c’est plus de 110 000 habitants. Il y a 56 564 électeurs inscrits. Ce maire socialiste n’a obtenu au deuxième tour que 10 889 voix, soit 19,25 %. (Source)

Quelle légitimité a cet homme pour s’attaquer à la statue d’une gloire qui représente devant le monde entier, la puissance, la grandeur de la France ?

Que veut-il mettre à la place ? Une statue de Gisèle Halimi. La raison ? Parce que c’est une femme. Un peu court ! Parce que c’est une avocate qui a défendu l’avortement. Une femme qui s’est battue judiciairement pour sauver la tête d’une gamine poseuse de bombes du FLN, qui fut violée par des soldats, et qui décida d’avorter.

C’est peu, il faut bien le dire. Non pas pour son action que je ne juge pas, mais par rapport à Napoléon 1er.

Mais Gisèle Halimi née Zeiza Gisèle Élise Taïeb, était une Tunisienne, et se revendiquait comme telle. Elle fut aussi une porte- valise du FLN, une « résistante » disait-elle, sauf que c’était contre la France. Cette femme aurait préféré rester tunisienne comme elle le dit dans cette vidéo.

Cette Gisèle Halimi n’a jamais, pour autant, demandée à être déchue de la nationalité française du fait qu’elle en a surtout bien profité, vu la carrière politique qu’elle a faite, et souvent financée par les contribuables français.

C’est à cette femme, que le très mal élu Nicolas Mayer-Rossignol issu du Parti socialiste, va permettre qu’une statue soit érigée sur une place de France, et devant la mairie de Rouen.

Nous sommes passé d’un héros de la France, une grande figure, à une femme qui ne se voulait pas française et qui a été une porte- valises du FLN.

Nous pouvons juger à quel point de décadence la République nous a fait descendre. Dans quel état de déliquescence, de pourrissement, et d’inversion des valeurs la France est, du fait de ces femmes et ces hommes politiques et aussi grâce à des électeurs qui auront préféré aller à la pêche le jour des municipales.

C’est l’abstention qui est le piège à cons des temps modernes, et qui permet à ceux qui haïssent la France de lui marcher dessus.

Gérard Brazon