RSI : un député PS donne des leçons de solidarité aux indépendants !

Publié le 29 avril 2015 - par - 1 758 vues
Share

rapetouPSLe député Fabrice Verdier chargé d’une mission d’Etat par Manuel Valls et Marisol Touraine sur le RSI est venu hier à la CCI d’Alès (journalistes, photographes, présidents des chambres de commerce et de l’artisanat).

La salle comptait environ cinquante affiliés au RSI qui venaient pour entendre les bonnes nouvelles tant espérées.

En bon député de gauche, Fabrice Verdier à indiqué que nous avions le meilleur système de santé du monde, que beaucoup nous l’envient et que tout le monde y est attaché, surtout lui-même, et que son intention n’était pas de tuer le RSI, dont il connait les scandales, mais de le conserver (avec améliorations) ou de le fusionner avec la Sécurité sociale ou même la MSA (régime des agriculteurs).

On connait tous le résultat du RSI qui regroupe l’Urssaf, l’Organic, l’Ava en un interlocuteur unique. Je n’ose pas imaginer une fusion du RSI avec la MSA ou la Sécu !

Son action est vouée à un échec et je me demande s’il ne vient pas tout simplement prendre la température en direct pour estimer la possibilité de continuer en changeant quelques procédures, notamment l’appel de cotisations par trimestre.

verdierDe son propre aveu la CNAV est à l’agonie depuis quelques temps (le meilleur système qu’on vous dit), la répartition n’est plus soutenable mais n’est pas stoppable non plus ! Les syndicats opaques et affairistes ont le monopole et on ne leur enlèvera pas comme ça !

Cinq personnes ont pris la parole, dont trois pour des questions futiles et personnelles, les 2 autres (dont moi) ont posé des questions ou énoncé des faits auxquels Fabrice Verdier en bon politicien n’a pas répondu autrement qu’en nous expliquant qu’il y avait un manque de communication, que nous ne connaissions pas nos droits et devoirs, qu’il ferait tout pour que le RSI nous réponde efficacement sur un appel téléphonique !

En clair : on râle pour rien car les salariés payent plus que les indépendants sans se plaindre, il y a de vrais dysfonctionnements du RSI qui vont être solutionnés (depuis 2006 que cela dure), il y a un manque de communication car nous ne comprenons pas que ce merveilleux système dépense 17 milliards et n’en reçoit que 11 et pourtant a placé 14 milliards pour les retraites futures – que les cotisations espagnoles ou anglaises pour la couverture sociale ne sont pas valables et incomparables avec les prestations françaises (les Espagnols et les Anglais meurent sous les ponts faute de soins, c’est bien connu !) Bref : C’est la SOLIDARITE !

Ce mot : solidarité, est aujourd’hui perçu comme une insulte par ceux qui en sont les éternels ponctionnés. Assez de payer des cotisations sociales indexées sur les revenus pour en faire bénéficier tous les migrants qui nous envahissent.

Fabrice Verdier dit que les institutions sont déconnectées, il devrait s’inscrire dans le lot. Il a précisé que sortir 520€ de charges pour 1000€ de salaire c’était pas cher ! Que si on savait ce que représente le ratio cotisation/retraite, on donnerait plus pour avoir une bonne retraite ! Il annonce cela sans vergogne à des gens qui sont déjà étouffés par les charges et en survie minimale !

Il nous aussi indiqué comment Marisol Touraine avait procédé pour connaitre l’état du RSI : elle a demandé un rapport aux directeurs du RSI ! Bien sûr tout allait très bien et de nombreuses améliorations étaient faites ! (quand une personne se plaint de viol, on ne demande pas au violeur de trouver les solutions ou de dénoncer le crime !).

Bref, quelques pistes de mesurettes évidentes (en 2016) pour calmer un peu le feu et continuer à faire marcher la machine à détruire les petites entreprises. L’avenir des petites entreprises au RSI c’est le RSA.

L’énorme majorité des gens présents se sont tus, ont même applaudi à la fin ! On n’a pas le cul sorti des ronces !

Erick Fatucci

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.