RTL instaure le délit de blasphème à Luc Trullemans suite à ses propos contre l’islam

Publié le 28 avril 2013 - par - 5 257 vues
Share

Il fut un temps où l’indétrônable RTL était la radio préférée des Français qui y appréciaient des émissions populaires leur ressemblant, mais la mondialisation à tout crin étant passé par là, le groupe a changé son fusil d’épaule, abandonnant son public traditionnel autrefois si choyé pour y répandre l’idéologie dominante et politiquement correcte.

Le Monsieur Météo de la chaîne de télévision du même nom, Luc Trullemans, a cru qu’il se trouvait encore en zone libre dans son pays, pensant naïvement que sa page Facebook lui appartenait et qu’il pouvait y poster une photo de Diams ou de Nabilla (la fille au shampooing), ou encore y copier une lettre circulant sur le net depuis des années.

Sa page mettait en lumière des faits perçus comme récurrents et constatables par tous, et émanant d’une certaine catégorie de la population de la communauté musulmane. L’islam est un dogme politico-religieux et critiquer ce dogme ou les travers de nombre de ses fidèles est pourtant encore un droit inaliénable, que cela plaise ou non à nos élites médiatiques si promptes à se coucher devant cette ignominie par opportunisme ou par trouille, à moins que ce ne soit les deux à la fois.

Hélas, l’inconscient n’avait pas pris la mesure du désastre frappant nos démocraties occidentales : le reniement de la liberté d’expression pourtant constitutionnelle et l’instauration graduelle du délit de blasphème.

Bien mal lui en a pris puisque la direction de RTL a décidé sur le champ sa mise à pied au prétexte que ses publications seraient racistes.

A t-on jamais vu crier au racisme alors que chez nous les histoires sur les Belges pullulent, sur les Portugais, les rabbins, les blondes, les Chinois, etc ? Non. Par contre dès qu’on blague sur les musulmans, là c’est LE cas à part, on peut rire de tout mais pas de l’islam qui devient partout en occident LA vérité universelle et lumineuse devant laquelle nous avons obligation de nous agenouiller, de nous effacer, sous peine d’être licencié, jeté aux loups et à la vindicte.

Et les blagues sur les catholiques qui se pratiquent depuis toujours, là encore a t-on jamais entendu crier au racisme ? Et même crier tout court ? Car voilà bien où a péché Luc Trullemans, il aurait critiqué les vilains cathos qui embêtent tout le monde (car c’est bien connu que les catholiques réclament des avantages particuliers, prient dans les rues, imposent leur nourriture, caillassent les flics, flambent les biens publics et les voitures, appellent à égorger tout ce qui n’est pas labellisé halal…), il ne serait venu à personne l’idée d’aller lui chercher des noises.

En lisant la lettre on ne peut que constater qu’elle ne contient pas le moindre propos raciste, et même bien au contraire puisque les musulmans y sont fermement invités à s’intégrer à nos valeurs démocratiques et laïques, en renonçant donc à la charia dont tout le monde connaît la dangerosité pour l’espèce humaine. S’ils refusent d’abandonner cette loi islamique qui les obligent à œuvrer pour le prosélytisme, la promotion du sexisme et du racisme, la condamnation à mort de l’apostasie et de la liberté de croyance (contraire à notre constitution), il leur est proposé de retourner dans leur pays d’origine où la charia est la règle et où ils seront dans leur élément naturel. Cette lettre ne dit pas autre chose, et celui qui prétend y déceler du racisme n’est qu’un menteur.

Alors évidemment, comme toujours des musulmans nous pompent l’air de la liberté d’expression et les cris fusent chez les internautes islamistes bêlant en chœur au racisme, car il leur est plus facile de traiter quelqu’un de raciste que de reconnaître que leur coran leur impose des commandements guerriers, stupides et hors nature.

Seulement voilà… l’islam n’est toujours pas une race.

Le racisme n’est donc pas avéré dans cette histoire qui ne sert que de prétexte à la victimisation des sacro-saints musulmans dans une technique maintes fois éprouvée et parfaitement rôdée. Les médias placent les musulmans au sommet de l’espèce humaine, les étiquetant « communauté supérieure ». La conséquence en est un grave coup porté à la carotide de la liberté d’expression grâce à des glissements sémantiques très inquiétants.

Nous sommes chez nous où se propage la culture arriérée de la charia, qui heurte nos droits fondamentaux, et nous n’aurions pas le droit de la contester et de nous en moquer, de nous moquer de ses prosélytes fanatiques et invasifs ?! Mais dans quel document officiel est-il inscrit que c’est interdit ? A quand l’instauration légale du délit de blasphème en Belgique et en France ? A quand l’islam religion d’Etat ? A quand un ayatollah à la tête de nos agonisantes démocraties ?

L’occident sera musulman ou ne sera pas, et RTL et les autres médias y contribuent avec un zèle collaborationniste des plus intrigants. Décidément, les méthodes vichyssoises suscitent encore beaucoup d’émules, même hors de nos frontières. Bienvenue sur la station dhimmi RTL !

Contraint donc à la pénitence et à l’autocensure. Le Belge Luc Trullemans doit demander pardon pour conserver son emploi sinon c’est la porte. N’appelle-t-on pas cela du chantage ? L’homme libre a dit la vérité, il doit être exécuté. C’est la fatwa une fois !

Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne ?

Caroline Alamachère

PS : une pétition est en ligne pour réclamer sa réintégration (https://www.lapetition.be/en-ligne/Rendez-nous-luc-trullemans-notre-monsieur-meteo-12853.html).

Et sinon il reste toujours la possibilité d’écouter d’autres stations de radio ou de regarder d’autres chaînes de télévision…

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.