Rue Myrha : Après le refus de la caserne, qu’attendent Sarkozy-Guéant pour passer le karcher ?

Publié le 18 août 2011 - par - 1 213 vues

Riposte Laïque l’annonçait depuis que Maxime Lépante avait remarqué le nombre de musulmans qui venaient par le métro, ou bien avec des voitures immatriculées dans d’autres départements, pour imposer leurs prières illégales rue Myrha, rue Polenceau, rue des Poissonniers et rue Léon. Nous avions expliqué que les explications données par Vaillant et par tous les pleurnicheurs compassionnels, qui faisaient des délinquants musulmans des victimes, étaient erronées. Aujourd’hui, la réalité s’impose à tous : Cheikh Hamza, le recteur de la mosquée Khaled Ibn El Walid a annoncé que cette proposition était une offense aux musulmans, et que les locaux n’étaient pas dignes de la grande religion qu’est l’islam.

[dailymotion xkgxmg]

Nous avouons ne pas avoir été très surpris par le refus des représentants de la communauté musulmane du XVIII ème arrondissement de Paris de s’installer dans une ancienne caserne de pompiers. Au contraire, leur attitude est parfaitement cohérente. Revenons sur leurs deux motifs principaux :

1/ Ces lieux sont une humiliation pour la communauté musulmane

On a pu voir, sur un reportange de I-TV, 2000 M2 de locaux propres et réhabilités, de plain-pied, plusieurs entrées et sorties, avec trois salles : pour les hommes, les femmes, et les ablutions.
Lorsqu’on sait que rue Myrha sont installés nombre de chevillards Halal, où, sur le sol, le sang séché se mêle aux déjections animales et aux reliefs divers, ce nouvel accès de délicatesse a de quoi surprendre.
– le plafond, trop haut, ne permet pas la climatisation ou le chauffage .
Ainsi donc, tous les lieux de culte devraient être tempérés ? Quand la foi en Allah permet 15 heures par jour de transcender la faim, la soif, l’envie de fumer et autres, les disciples de la religion de paix, de tolérance et d’amour devraient être contents d’être au moins à l’abri de la pluie, et seulement entre coreligionnaires.
En outre, ce qui était suffisant pour nos soldats du feu ne le serait pas pour les tenants de la RATP ?

2/ Le local n’est pas orienté vers la Mecque »
Ils ne s’en rendent compte que maintenant, à la fin des travaux ?
– La rue Myrha est orientée Est/Ouest, la rue des Poissonniers Nord/Sud, ça n’a pas semblé être un empêchement prohibitif pour leur faire imposer aux Parisiens, tous les vendredis, leurs prières illégales.
– Comme le démontrent les images satellite, des milliers de mosquées de par le monde ne sont pas orientées vers la Mecque (Sud/Sud-Est, sous nos latitudes). Leurs augustes concepteurs, pourtant autoproclamés « inventeurs du calcul », se sont plantés lamentablement. Les édifices improprement construits n’ont pas été démolis pour autant, et les fidèles « font avec ».
-Ce qui importe, ce n’est pas l’orientation du bâtiment, mais celle de l’agenouillé. Qui en aucun cas n’est obligé de rester dans l’axe de la salle.

Bref, les fondamentalistes religieux continuent de provoquer le gouvernement français, et à marquer l’espace public de la vision de l’islam, même quand cela est illégal. Tous les soirs, à partir de 22 heures, durant le ramadan, plusieurs centaines de musulmans, sans tenir compte du voisinage, ni de l’heure tardive, se mettent à prier durant une heure. A l’issue du ramadan, ils continueront, par milliers, malgré la proposition, par ailleurs scandaleuse, du gouvernement, via la préfecture, d’occuper une caserne qui serait bien plus utile pour les besoins de l’Etat, ou des Parisiens.

La mairie de Paris, pas rancunière, propose, pour le 24 août, de violer les principes laïques, de trahir les maghrébins progressistes, et de célébrer le stupide ramadan à l’Hôtel-de-Ville ! Pourquoi les musulmans de la rue Myrha se gêneraient-ils ?

Le gouvernement n’a plus que deux solutions : baisser piteusement les bras, par peur d’une émeute… ou passer le karcher qu’un certain ministre de l’Intérieur avait promis de passer, il y a quelques années.

On prend les paris ?

Paul Le Poulpe

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi