Rumeurs d’extrême droite contre Brochen-Aubry : c’était Fourest la pionnière !

Publié le 12 juillet 2011 - par - 2 536 vues

La bien-pensance médiatique n’a pas attendu ces derniers jours pour attribuer à des sites “d’extrême droite” le fait de qualifier l’époux de Martine Aubry, Jean-Louis Brochen, d’ “avocat des islamistes“. Il y a pratiquement un an, dans Rue 89, Pascal Riché (ancien journaliste de Libération) se livrait déjà à un résumé des attaques attribuées à “l’extrême droite” contre l’époux Aubry. (1) On y trouve les trois principaux dossiers (jeunes filles voilées, gang de Roubaix, groupe Sniper) et un quatrième, fort intéressant, où nous avons la confirmation que Brochen a poussé le sens du devoir jusqu’à défendre l’association roubaisienne “Rencontre et Dialogue” tenue par des communautaristes musulmans proches de Tariq Ramadan, dont certains avaient pris le pouvoir chez les Verts de Roubaix, et faisaient de cette ville le laboratoire de l’islamogauchisme.

Dans les dernières heures, Le Monde, L’Express, Le Figaro et bien d’autres ont repris sans sourciller cette thèse, attribuant à notre site, élégamment classé à “l’extrême droite”, et à d’autres l’origine de ces rumeurs. (2)

Mais ces affirmations, relayées imprudemment, viennent de voler en éclat. On connaît à présent le nom de la personne qui, la première, a utilisé l’expression “Avocat des islamistes” pour qualifier l’époux de Martine Aubry. Ce ne sont pas les infâmes Identitaires, pas davantage des nostalgiques de Vichy, encore moins des groupies de Marine Le Pen, pas plus d’affreux cafards de l’UMP… C’est la grande icone de la bien-pensance Caroline Fourest en personne, qui, en 2005, dans son ouvrage “La Tentation obscurantiste”, page 113, qualifiait Jean-Louis Brochen d’avocat des islamistes ! “Avocat des islamistes depuis plusieurs années, Maître Brochen était adjoint à la Culture de la mairie de Lille lorsque Martine Aubry – dont il est l’époux – a succédé à Pierre Mauroy.”, Plus loin, elle écrivait encore : ” Dans le nord, les élus socialistes privilégient le dialogue avec des organisations proches des islamistes comme la Fédération des musulmans de France, financée par la Ligue islamique mondiale wahhabitte, ou avec Amar Lasfar de l’UOIF. “

Photo parue dans Fdesouche.

Il est vrai qu’à l’époque, la jeune Fourest était même capable d’être à une tribune avec notre fondateur, Pierre Cassen ! (3) Elle commençait à se faire une carte de visite, dans les milieux laïques et féministes, en ferraillant avec Tariq Ramadan. Dans cet ouvrage, “La tentation obscurantiste”, il ne manque qu’une critique de fond de l’islam – qu’elle ne sera jamais capable de faire, même à cette époque. Malgré tout, Caroline Fourest décortiquait avec talent le discours d’une certaine gauche fascinée par Tariq Ramadan et la religion d’amour, de tolérance et de paix. Elle démontait sans concession les trahisons anti-républicaines du Mrap d’Aounit et de la LDH de Tubiana, pourfendait “Les Indigènes de la République”, et appelait l’ensemble de la gauche à un sursaut laïque. Nous l’avouons, nous aimions bien cette Caroline Fourest, qui ne faisait aucun cadeau aux Gresh, Geisser, Tevanian, Delphy, Levy (Laurent), Lipietz, Mamère, Marcelle, Khalfa, Bové, et tous ceux qui nous expliquaient que refuser le voile islamique à l’école, c’était du racisme !

Sommaire de La Tentation obsucrantiste : Durban 2001 – Ni Bush ni Ben Laden – Le “coupable idéal” face aux “Damnés de la Terre” – Tiers-mondistes contre anti-totalitaires – Quand l’antisionisme libère l’antisémitisme – Le piège du mot “islamophobie”– Un islamisme à peine voilé – Un féminisme avec l’islam ? – Les indigènes de la République – Les “idiots utiles” du relativisme culturel – Contre la mondialisation ou contre l’Occident ? – Le naufrage du Forum social de Londres – La révolution au prix du totalitarisme ? -Plaidoyer pour un sursaut anti-totalitaire.

Six ans plus tard, quelle catastrophe, quelle débandade ! Après un passage par Charlie Hebdo, elle est devenue enseignante à Science Po, puis chroniqueuse à France Culture et au Monde. On la voit sur tous les plateaux de télévision. On murmure que l’entregent de Bernard-Henri Levy ne serait pas étranger pas à cette fulgurante promotion… On pourrait se féliciter qu’une jeune femme aussi prometteuse ait réussi un parcours si brillant… Mais au prix de quelles volte-faces ?

Nous avions pointé, dans un dossier énumérant nos divergences avec elle, (4) les multiples reniements que cette femme ambitieuse, obsédée par la réussite d’une brillante carrière médiatique, avait opérés, au fil des années. Nous ne sommes pas de froids procureurs du peuple qui, au nom d’un purisme doctrinaire presque religieux, pourfendons les “traitres” qui auraient eu le tort de s’éloigner de la ligne officielle. Nous aurions pu, dans une vraie culture du débat, respecter cette évolution, si elle ne s’était accompagnée de pratiques qu’Eric Naulleau, sur un plateau de télévision, avait qualifié de “staliniennes”. Caroline Fourest, au fil des années, a remplacé le débat fraternel par des pratiques grossières consistant à salir ceux qui ont l’outrecuidance de ne pas penser comme elle.

Nous n’avons pas oublié ses propos peu élégants sur Fanny Truchelut, pas davantage ses diffamations ignobles contre un Geert Wilders vivant sous haute protection policière (alors qu’elle promouvait Ayaan Hirsi Ali en compagnie de BHL), encore moins, son incroyable mépris contre les députés français qui voulaient légiférer contre la burqa, son ahurissante campagne contre la votation suisse sur les minarets, ni le mot “talibans” pour qualifier les électeurs qui avaient osé ne pas suivre ses recommendations laïques… Que dire de sa présence dans les rues de Paris, le 18 décembre dernier, derrière une banderole “Non à l’islamophobie”, aux côtés de toute la gauche bobo et gaucho, et même d’Houria Bouteldja, pour nous qualifier de “racistes”, parce que nous organisions les assises sur l’islamisation de nos pays. Nous avons également en mémoire le fait qu’elle n’hésite pas à raconter à ses nombreux amis journalistes, pour illustrer le qualificatif “d’extrême droite” qu’elle nous attribue de manière obsessionnelle, que notre islamophobie masquerait un racisme à peine voilé… reprenant l’argumentaire des islamistes ! Nous n’avons pas davantage oublié les méthodes de Prochoix pour salir de manière ignoble notre amie Anne Zelensky, présidente de la Ligue du Droit des Femmes, sans lui donner par ailleurs la possibilité de répondre.

Nous avons donc dû constater, au fil des années, que systématiquement, Caroline Fourest prenait la défense de l’islam, comme le confirme notre dossier, (4) et cherchait à diffamer les résistants, ce qui lui a valu d’ailleurs les félicitations de Mohamed Doua, de l’UOIF, lors d’une émission de Yves Calvi. Nous avons compris qu’elle était devenue l’opposante préférée des islamistes, et la féministo-laïque de référence des médias, bien qu’elle fasse encore semblant de se prendre pour une rebelle qui dérange. (5)

Bien sûr, une telle attitude ne pouvait que lui valoir l’attention du Parti socialiste de Martine Aubry. Fourest fut donc invitée, en décembre 2010, à la convention du PS sur l’Egalité, pour servir de caution laïque à un parti qui a pourtant bien malmené ce concept, depuis des années.

[dailymotion xg3wkc]

Elle se tint très bien, se montra bien élevée, remercia Martine Aubry, au premier rang, et ne parla absolument pas de la politique de la maire de Lille, pas davantage de son avocat de mari, et encore moins de tout ce qui faisait la qualité de son ouvrage “La tentation obscurantiste”. Elle ses présenta avec sa modestie habituelle comme une “intellectuelle engagée”, et, avec beaucoup de démagogie, se fit applaudir par la salle en réclamant davantage de diversité à la tête du PS ! Elle passa davantage de temps à parler des minorités discriminées (dont les homosexuels, bien sûr) que de la vie quotidienne des classes populaires (qui n’existent plus au PS).  

Bref, la Caroline nouvelle est arrivée, le système la cajole, BHL peut être fier d’avoir misé sur elle, elle fera son chemin, la petite Fourest ! Dommage pour elle qu’Internet – qu’elle exècre – ait rappelé ces quelques égarements de jeunesse, que des sites “nauséeux” ont eu le plaisir de rappeler avec gourmandise.

Celle qui a bénéficié d’une promotion médiatique ahurissante pour son dernier livre – fort médiocre – sur Marine Le Pen n’a pourtant rien à craindre de cette fâcheuse révélation. A présent qu’ils savent que c’est elle qui est à l’origine de l’expression “Avocat des islamistes” pour qualifier Jean-Louis Brochen, gageons que ses confrères journalistes arrêteront d’ânnoner que ces rumeurs viennent de sites d’extrême droite.  

Cela s’appelle la solidarité de caste…

Lucette Jeanpierre

(1) http://www.rue89.com/2010/07/18/me-jean-louis-brochen-mari-de-martine-aubry-sort-du-bois-159144

(2) http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/07/11/aubry-des-rumeurs-anciennes-et-connues-a-lille_1547197_823448.html

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/martine-aubry-part-en-guerre-contre-les-rumeurs_1010712.html?xtor=x

(3) http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2005/08/19/157

(4) https://ripostelaique.com/Resume-des-principales-divergences.html

(5) http://www.tetu.com/actualites/france/caroline-fourest-ouvertement-lesbienne-et-engagee-contre-le-fn-19730

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi