Ruquier découvre que Fourest peut mentir sans vergogne

Publié le 11 mai 2015 - par - 3 692 vues
Share

Ri7Fourest Soubrette de la mondialisation 3jpegDécidément, l’affrontement, sur l’émission « On n’est pas couché », du 2 mai, entre Caroline Fourest et Aymeric Caron connaît des suites des plus intéressantes.

Rappelons que Caroline Fourest, exaspérée par les attaques d’Aymeric Caron, avait qualifié ce dernier de « con » sur le plateau, et même de « petit con » dans des écrits, justifiant cet article de Lucette Jeanpierre, « Fourest-Caron : quand une petite conne insulte un petit con ».

http://ripostelaique.com/fourest-caron-quand-une-petite-conne-insulte-un-petit-con.html

L’échange avait été à son paroxysme de violence quand Caron avait accusé Fourest d’avoir perdu un procès, ce que cette dernière avait nié, quant à l’agression supposée d’une femme voilée. Sur le fond, nous serions plutôt d’accord avec la première, le second nous exaspérant par son côté islamo-collabo et son déni de réalité quant à la réalité de l’offensive mahométane.

Mais Fourest est tellement insupportable et tête à claques que, même quand elle a raison, elle réussit à être antipathique, et surtout à mentir stupidement. Pourquoi ne pas avoir dit clairement qu’elle avait été condamnée de manière scandaleuse en première instance, et qu’elle espérait gagner en appel, tout simplement ?

Toujours est-il que sur le plateau, une semaine après, Ruquier, un peu penaud, a dû rendre hommage à son collaborateur, et a fait savoir qu’il n’invitera plus jamais Caroline Fourest, coupable de lui avoir menti (et de l’avoir fait passer pour un con, ce qu’il n’ajoutera pas).

https://fr.finance.yahoo.com/actualites/laurent-ruquier-ninvitera-caroline-fourest-081746393.html

Pourtant, s’il suivait vraiment l’actualité, et notamment les Bobards d’Or, Ruquier aurait su que son invitée avait été, par deux fois, décorée cette année.

Elle avait remporté haut la main le Bobard Balalaïka, pour avoir affirmé sans vergogne que les méchants russes arrachaient les globes oculaires des gentils pro-ukrainiens (0’53). Même son mentor Bernard-Henri Levy ne l’avait jamais osé, celle-là !


Caroline Fourest : Chronique de la haine ordinaire par les-crises

Pour récompenser Caroline Fourest de sa grande année médiatique, elle avait été également récompensée par la remise du Prix Bruno Roger-Petit, pour avoir affirmé que « 98 % des délinquants étaient des enfants d’hétérosexuels ».

Le regretté Roger Heurtebise, grand spécialiste du cas Fourest, signalait avec humour le décalage entre la communication des duettistes Fourest-Venner, sur le procès qui les avait opposées à Marine Le Pen, et la réalité de leur condamnation.

http://ripostelaique.com/proces-le-pen-fourest-et-venner-ne-font-pas-appel-pour-proteger-leurs-temoins-dextreme-droite.html

De même, Marine Le Pen avait évoqué les mensonges nombreux contenus dans le livre de la prétendue journaliste, et avait mis à nu les nombreuses libertés prises avec la vérité par la fondatrice de Prochoix.

Dans son livre « Les intellectuels faussaires », l’islamo-collabo Pascal Boniface, aux opinions proches de celles d’Aymeric Caron, pointait, lui aussi, les approximations et les mensonges de Caroline Fourest, qu’il appelait « Une serial menteuse ».

http://www.atlantico.fr/decryptage/caroline-fourest-tariq-ramadan-frere-tariq-bernard-henri-levy-149309.html

Nous avons également à un grand moment de mensonge, quand la groupie de Bernard-Henri Levy continue de justifier l’intervention en Libye, orchestrée par son gourou, malgré le fait que ce soit à présent les islamistes qui y font la loi. Elle va même jusqu’à les défendre, dans cette ahurissante vidéo…

Des vidéos comme cela, on pourrait en produire des dizaines, montrant l’imposture de cette militante bobo déguisée journaliste, et surtout ses capacités de mensonge avec un aplomb impressionnant.

Il a fallu que Ruquier se fasse lui-même rouler dans la farine pour qu’il ouvre enfin les yeux. Mieux vaut tard que jamais…

Hans Sutter

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.