Russie : les bambins tankistes au combat patriotique


Mon petit Yvan, ne tire pas sur les Allemands de ton champ visuel, ce sont des touristes bourrés d’euros
Sokolniki est le superbe parc d’attractions de Moscou et les mioches russes peuvent désormais s’y initier aux joies du mini T-34. Les mini-chars sont exploitables sur une piste de course, vidéo ci-dessous.
Son concepteur, Sergi Akimov, s’explique : « C’était une tentative pour éloigner les enfants des smartphones, des tablettes et les ramener à une sorte d’enfance que nous avions avant lorsque nous utilisions nos mains. Un enfant doit venir, s’asseoir à l’intérieur, saisir les leviers et voir à quoi cela ressemble, comment il se sent en le pilotant. Les modèles sont miniatures avec assez de place pour un adulte et un enfant. Ils sont inspirés des chars soviétiques T-34 de la Seconde Guerre mondiale. Évidemment, ces appareils sont destinés au jeune public, ils ne peuvent donc pas tirer. Cette expérience séduit les visiteurs ».
Le petit Andrei : « J’ai vraiment bien aimé. Plus tard, je serai un conducteur de char ! ». Le papa d’Andrei : « Je pense que c’est notre histoire. Nos grands-pères ont combattu dans de tels chars et ont apporté la paix dans le monde entier. Les voitures n’ont pas d’importance ici. Seuls les chars en ont ! »
Deux tours sur piste coûtent 500 roubles, soit un peu plus de 7 euros. C’est à peine moins cher que de poser ses fesses au cinoche pour zieuter l’un des nombreux navets d’Omar Sy, une vision encore plus apocalyptique qu’un obus 76mm T-34 frappant la salle de projection.
En Russie, la valorisation de la militarisation post-soviétique est prégnante et atteint parfois des proportions délirantes, ceci entrant dans le cadre de la continuité historique de la Grande Russie. Fort bien, mais y intégrer objectivement la période 1917-1989 est un exercice fort périlleux voire impossible. Ici, Vladimir Poutine se casse les dents alors que l’historiographie allemande a fait son mea-culpa du Reich de Mille Ans comprimé à douze années. Aujourd’hui, la popularité d’Angela Merkel parmi les Israéliens est bien plus grande que celle… de l’Ange Macron !
Par contre, la démarche de Sergi Akimov ne manque pas d’intérêt. Dans les années 60, les gamins rêvaient d’une réplique Kala pour impressionner le fils du voisin. Aujourd’hui, les p’tits muzz lui préfèreraient sans doute la version originale dans le but de rétablir la véritable loi dans les banlieues, la char•ia. Autres temps, autres mœurs.

À quand la version allemande pour petit Hans aux commandes d’un mini-Tigre sorti du Zoo Krupp ?

Entrée du Parc Sokolniki
Et la France dans tout ça ?
D’un Bruxelistan toujours sous logiciel francophone, je songe souvent à ma France chérie. Alors plutôt que de dédier son 14 juillet à l’Algérie, je verrais plutôt une journée festive consacrée à la présentation de son matériel militaire dans toutes les villes de France, à commencer par Tours de tanks. Ici, un tankiste expliquerait l’art du pilonnage offensif au petit Julien. Là, un hélicoptériste initierait le petit Martin aux techniques de disparition du général de Gaulle (29 mai 1968 pour les distraits).
Il est grand temps de populariser auprès du grand public les armées de l’air, de terre et la marine nationale. Tout qui dénigre l’armée est toujours le premier à lui cirer les bottes lors de la libération.
Richard Mil
Circuit Sokolniki : en voiture, Simona !
https://www.youtube.com/watch?v=tzp6hhWEi4U
En Russie, les reliques militaires sont monnaie courante dans les parcs publics
Voir intro vidéo. Ici, la vraie star est le tsar Braque de Weimar (existe aussi en version française)
https://www.youtube.com/watch?v=hvtwAxKSqfw

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. Je me souviens d’un 9 mai 1980, à Berlin, sur la terrasse d’un Musée dominant une forêt de chars, avant le défilé ! Les mêmes ?
    Enfants formatés, Guerre gagnée ?

  2. Et la France dans tout cela ?
    Rappelons simplement que dès le début des années 80 (après un certain 10 mai 1981 pour être précis), les « jouets guerriers » ont commencé à être retirés des magasins… C’était l’acte 1.
    Nous sommes passés à l’acte 2 quand l’héritier spirituel de mitterrand, un nommé françois hollande, s’est mis à sussurrer à l’oreille des petits garçons que ce serait bien qu’ils deviennent des petites filles (théorie du genre).
    L’acte 3, ce sera la conclusion finale. A la question, « et la France dans tout cela ? », la réponse, cette fois, ce sera : « Elle n’existe plus ».

  3. Formidable 😀. On entend d’ici les commentaires des journalopes : « Le dictateur Vladimir Poutine endoctrine des nenfants ». Ha ha !

  4. c’est bien, j’ai trois enfants à moitié Russes,ils grandissent ici et savent déjà tirer au plomb, démonter l’Ak -légale- de papy avant qu’il ne meure. Mais Azov en Ukraine c’est mieux – je vois déjà les anciens bolchos s’étouffer avec leur dentier sous le portrait jauni de Maurice Thorez et des époux Rosenberg – car les gamins y sont entrainés sous des symboles slaves et européens et non sous l’étoile rouge qui symbolise l’asservissement des Russes (bon masochisme aussi là, lénine, Trotsky, Staline, Kamenev, Smerdlov, Ejov, Beria étaient-ils Russes ? ) et des Européens. Autre problème pour ceux qui ne voient pas très loin combien y aura t il de musulmans dans l’armée russe , quel est leur poids dans la population russe comme immigrée, vous vous êtes souvent promenés en province des ? )

  5. Richard, t’es complètement givré et c’est dangereux de contrarier les fous 😂 !
    Sinon j’adore !
    Moi quand j’étais môme, c’était de faire une plongée en sous-marin dont je rêvais…

Les commentaires sont fermés.