1

Russie : les citoyens sont armés, et donc mieux protégés qu’en Europe

Sans être aussi permissive que les États-Unis, la Russie autorise ses citoyens à être armés dans une assez large mesure. Nous ne parlerons pas ici des armes à destination des tireurs sportifs, mais uniquement des armes à feu destinées à tous les citoyens.

Les armes à feu sont classées en 3 catégories :

– Armes « traumatiques », en principe non létales. Ce sont en majorité des armes de poing (pistolets et revolvers). Elles peuvent tirer des munitions de puissance maximum de sortie de 91 joules. En principe non létales, elles peuvent toutefois être redoutables à très courte portée contre un attaquant.

– Armes de chasse à canon lisse. Ce sont les fusils et carabines quasiment toutes en calibre « 12 » et « 12 magnum ». On y trouve des fusils « à pompe » (shotguns), des fusils traditionnels avec un ou 2 canons, juxtaposés ou superposés, et aussi et surtout des modèles dérivés des fusils d’assaut Kalachnikov, tirant du calibre 12 et 12 magnum.

– Armes de chasse à canon rayé. Ce sont les fusils et carabines de divers calibres, dont le célèbre calibre des « kalach », le 7.62×39, mais aussi des armes en 308 Winchester ou 223 Remington.

Si les armes de chasse sont en principe destinées à la chasse, elles sont dans la pratique autorisées en armes de défense. Nous y reviendrons. Aucune arme ne tire en rafales, elles sont toutes soit manuelles, soit semi-automatiques.

Qui peut acquérir une arme à feu, et comment ?

Il faut être citoyen russe de plus de 18 ans (21 ans pour les armes « traumatiques »), n’avoir jamais été condamné à une peine criminelle, ni même à une peine « administrative » durant les 5 dernières années. Il faut passer un examen médical et psychiatrique. Pour les armes traumatiques, il faut suivre une formation d’utilisation et de sécurité ; pour les armes de chasse, il faut un permis de chasse (valable « à vie », que l’on obtient gratuitement par internet en 2 semaines). Les armes à canon rayé ne sont accessibles qu’aux citoyens ayant depuis au moins 5 ans une arme à canon lisse. Il faut avoir un coffre de sécurité à son domicile pour y entreposer les armes.

Une licence permet l’acquisition d’une arme, et doit être utilisée dans les 6 mois. On obtient la licence après avoir réuni les documents nécessaires, acheté le coffre nécessaire et l’avoir fait contrôler par un policier du quartier de résidence, rempli une demande en ligne puis visité le service de police qui gère les licences d’armes. La licence est accordée en 2 semaines environ après vérification du demandeur dans tous les services concernés (police, migration, FSB).

Avec la licence, on se rend ensuite dans une armurerie pour acheter l’arme de son choix… Mais pas de cartouches ! L’arme devra d’abord être présentée au service de police qui délivrera alors une autorisation de transport et de stockage, avec référence de l’arme, données et photo du propriétaire. Cette autorisation permet d’acheter les munitions dans le calibre de l’arme. Cette autorisation est à renouveler tous les 5 ans, procédure quasi automatique avec la présentation de l’arme au service de police.

Chaque citoyen a droit à 5 armes à canon lisse, 5 à canon rayé, et 5 « traumatiques ».

Stockage

L’arme doit être stockée au domicile du détenteur, dont l’adresse figure sur l’autorisation délivrée. Dans un coffre donc, accessible seulement au détenteur. Il est évident que dans les régions isolées de Russie, l’arme est souvent accrochée au mur, voire sous le lit !

Transport

La législation concernant le transport est très libérale : Une arme détenue légalement peut être transportée sur tout le territoire de la Fédération de Russie, avec un maximum de 1 000 cartouches. Les armes traumatiques sont en port libre partout sauf dans les événements populaires (manifestations, concerts, etc.) et centres commerciaux ; elles doivent être dans un holster, ne peuvent pas être simplement dans la ceinture ou dans la poche.

Les armes « de chasse » doivent être dans un étui ou mallette, non chargées. En pratique donc, nombreux sont ceux qui ont dans leur véhicule une arme de type « Kalach » glissée dans un étui, et un chargeur approvisionné sous le siège… Ceci explique peut-être que le « car jacking » soit extrêmement rare en Russie… En cas de contrôle de police, il suffit de déclarer « être en route pour aller chasser » pour justifier la présence de l’arme. Que vous soyez en plein centre de Moscou, aucune importance. Personne n’est dupe mais si le détenteur de l’arme « passe bien », il n’y aura aucun problème ! Par contre s’il déclare avoir une arme pour sa défense, il sera condamné par un juge.

Chaque arme déplacée doit être accompagnée de son autorisation, et éventuellement du permis de chasse du détenteur.

Les armes préférées des Russes

Voici quelques-unes des armes les plus vendues en Russie. Elles sont toutes fabriquées dans les filiales de Kalachnikov.

1- Carabine à canon lisse « Vepr », marque « Molot-Armes ». Calibre 12 et 12magnum, existe en trois longueurs de canon. Chargeur de base 10 coups (maximum légal pour une utilisation en « chasse »), on achète ensuite des chargeurs jusqu’à 20 coups, voire des chargeurs « camembert »). Une arme redoutable et quasiment indestructible, utilisée par les forces de l’ordre de plusieurs pays européens. Un énorme succès de vente aux États-Unis également, jusqu’à ce qu’elle soit interdite par le gouvernement américain! Prix moyen : 450 euros.

https://www.youtube.com/watch?v=TBuomaLROF0

https://www.youtube.com/watch?v=bbk51U9xHKk

https://www.youtube.com/watch?v=q1guyshsPvI

Le concurrent du Vepr-12, la Saiga en calibre 12. Plus rustique.

Vidéo comparative :

https://www.youtube.com/watch?v=qdHjhKBM53Q

2- Les carabines à canon rayé basées sur la fameuse AK47 Kalachnikov en calibre 7.62×39. Il en existe plusieurs modèles qui diffèrent par la longueur du canon, par la crosse fixe ou repliable (sur le côté ou sous l’arme) et par le corps en métal/bakélite ou en bois. Ici aussi, chargeurs de base 10 coups (maximum légal pour une utilisation en « chasse ») ; on achète ensuite des chargeurs jusqu’à 30 coups. Prix moyen : entre 300 et 600 euros selon les modèles.

3- Une carabine de Molot-Armes en calibre « 308 Winchester » la VPO-147 avec canon à rayures polygonales a également un énorme succès. On y monte en général une lunette… voire un silencieux ! Sans être une arme de sniper, un bon tireur fait mouche jusqu’à 300 mètres. Prix moyen : 450 euros

https://www.youtube.com/watch?v=WpYFYBfpC-M

Résumons : la Russie est un pays rude ou, comme nous disons en plaisantant… plus ou moins…, « tout peut arriver ». Selon le principe « mieux vaut prévenir que guérir », un citoyen russe averti aura chez lui au minimum une Vepr en calibre 12, une « kalach » courte en 7.62×39 – idéale pour la voiture, et une arme à canon long en 223 Remington ou 308 Winchester, munie d’une lunette de visée. Plus un petit automatique « traumatique » pour les déplacements en ville à pied.

La sécurité en Russie est bien plus élevée qu’en Europe, il y a très peu de cambriolages et d’agressions dans les rues. Nul doute que le fait que nous soyons très nombreux à être armés y est pour beaucoup… Il est évident que les voyous ont, eux aussi, des armes, souvent d’ailleurs plus performantes (armes de poing létales, armes d’épaule automatique). Mais les peines en cas d’arrestation sont très sévères (jusqu’à 7 ans de prison, et ici 7 ans, c’est 7 ans dans des conditions que les bonnes consciences européennes auraient du mal à imaginer).

Boris Guenadevitch Karpov

bgkarpov@mail.ru