Sabine Aussenac : J'ai quitté les fachos, Mahomet a raison

SabineAussenac
Dame Sabine Aussenac, du haut de sa morale,
Se sentant avilie par l’envoi d’une supplique,
Sur un coup de colère, à Riposte Laïque,
Réclame, cinq ans après, droit sur l’original.
L’article était tombé aux tréfonds de l’oubli,
Pas même une référence google sur sa missive,
Obscure contribution, déjà mise aux archives
Et noyée dans la masse des auteurs, des écrits.
Cela ne suffisait, il fallait effacer
Tout soupçon d’avoir pu être un jour mal-pensant,
Eradiquer tous les propos inconvenants,

Bref, fallait lui refaire une virginité.

Ce n’est pas la demande qu’on peut lui reprocher,
« Mais il y a la manière » comme le chantait Brel,
De menaces en insultes comme le fait la donzelle,
Pour le dire crûment, ça risquait de coincer.
Vous auriez pu, Madame, simplement expliquer
Que vous aviez changé depuis ce temps d’avis,
Que ces mots risquaient de vous causer des ennuis,
N’êtes vous pas, après tout, une porteuse de projets,
Enfin,  dans l’attente d’un employeur éventuel,
Ou d’une subvention, réfractaires au pamphlet,
Surtout dans le milieu où vous semblez baigner.
Vous avez préféré l’opprobre au consensuel,
L’intimidation et l’injure au compromis ;
Ne vous étonnez pas du retour de bâton,
Qu’au public apparaisse votre déclaration,
Pour la publicité, vous pourrez dire merci.
Car dans le monde merveilleux de Dame Sabine,
Avoir su s’extirper de l’étiquette infâme,
Renier ce qui a trait, même de loin, à LA flamme
Fera qu’on se l’arrache, en nouvelle héroïne.
Dans les dîners, elle narrera ses aventures,
Contrainte d’utiliser par la force des choses,
Quelques moyens coercitifs, pour la bonne cause :
Son nom lavé du péché de pensées impures.
Elle s’épanchera dans une rubrique du Monde
Relatant son parcours, quasi de combattant
S’attirant compassion de quelques militants
Pour avoir su s’extraire, vaillante, de l’immonde.
Le Nouvel Obs, Libé lui ouvriront ses pages,
Raconteront dans les détails sa conversion
« J’ai quitté les fachos, Mahomet a raison »
Et loueront sa persévérance et son courage.
Certains se disputeront d’ailleurs cette aptitude
A tout renier, surtout cracher sur le passé
Et « l’enseignenement »(1) qu’elle voudrait professer,
Sans nul doute, son profil aura droit à étude.
Qu’importe ses compétences ou ses capacités
Du moment qu’elle pense bien, qu’elle pense comme il faut
L’islamophobie n’étant plus de ses défauts
Ainsi que sa demande a pu en attester.
C’est que Dame Aussenac a aussi du talent
S’il vous prenait l’envie de lire ses poèmes, (2)
Oiseaux, petites fleurs, amours et autres thèmes…
En contradiction avec son comportement.
Certains m’ont même touchée au plus profond de l’âme,
Instants de grâce en ce monde de brutalité,
Sitôt gâchés par ses tentatives avortées
D’en faire de ses piteuses pensées une oriflamme. (3)
C’est que Dame Aussenac a surtout un avis
La glorification de l’Autre, l’Etranger (4)
Ce qui expliquerait son revirement d’idée,
Un amant oriental, ça vaut tous les conflits !
Je n’ose supposer qu’elle se soit convertie,
Quoi qu’en ce monde à l’impossible, nul n’est tenu
Ce qui suppose qu’à tout jamais, on l’ait perdue,
L’islam n’est compatible avec la poésie.
Si tel n’était le cas, moi, sans bac et FN,
Je lui démontrerais qu’elle se trompe de combat,
Que l’ennemi n’est pas celui auquel elle croit,
Qu’accessoirement, coordonnatrice prend 2 N. (5)
 
Oreliane
 
http://www.sabineaussenac.com/cv/jobs/lycees-et-colleges

(1) Professeur

Education Nationale
Depuis Septembre 1984
  • Enseignenement de la langue allemande en lycées et collèges, préparation aux examens.- Transmission des savoirs.
    Implication dans des projets d’établissement

 

image_pdf
0
0

23 Commentaires

  1. Pourquoi de la haine ? laissez les gens tranquilles… si elle est haineuse vous croyez que répondre avec ses armes sert ? soyez plus intelligents, la moquerie est la mère de l’égo. Paix

  2. Excellent poème ! Que de finesse dans ces lignes ! Merci Oreliane.
    Quant à la personne dont il est question, comment peut-on se renier à ce point ? Allez, passons à autre chose !

  3. Bonjour, étant incriminée quant à l’utilité de mon texte selon certains, je me permets de réagir, à titre personnel. Qui a souligné qu’elle s’extasiait de voir une « issue de la diversité » à la présidence de la république ? Qui a mis en exergue la relation ambigüe avec son bel amant du Maghreb ?
    Il me semble avoir apporté des informations complémentaires, encore faut-il lire les liens…
    « Rien de nouveau » déclame le saucisson mais pas andouille. Ah bon !
    C’est si facile de critiquer quand soi-même on ne fait rien.
    Monsieur ou madame d’ailleurs, je ne sais guère, je vous laisse volontiers ma place, hurlez, agissez, envoyez vos contributions, vos coups de gueule, faites-nous part de vos colères, vos indignations, vos réflexions.
    Ecrivez-nous, même sous pseudo, vos points de vue, vos remontrances, vos exigences, RL les publiera.

    • Vous avez rendue un poème d’une subtilité et d’une grande finesse comme à votre habitude. Et comme tous les contributeurs de R.L, vous nous offrez le meilleur de vous même: Intelligence, culture et savoir.
      A vous lire, nous ne sommes jamais déçus, en plus de vos poésies, vous nous offrez de l’humour, de l’humanité et de beaux moments de convivialité.
      La critique est facile, mais l’Art est difficile.
      Allez Oreliane, l’andouille crie et la caravane passe. Continuez à nous offrir ces grands moments qui embellissent les journées de grisaille et de pluie.
      Il est grand temps de laisser l’Aussenac derrière soit.
      Je n’ai malheureusement pas votre talent ni vos qualités d’écriture, comme quoi, ce n’est pas donné à tout le monde.
      A vous lire très vite

      • Je vous remercie, vous et quelques autres de me soutenir et de m’apprécier. Vous l’écrivez, la critique est facile mais l’Art est difficile, aussi ai-je invité ces détracteurs à faire part de leurs remarques. J’ai cependant quelques doutes quant à leurs capacités à envoyer un texte acceptable par la Rédaction de Riposte Laïque. Non qu’elle soit sélective, la preuve, je suis publiée, comme quoi tout est possible, mais encore faut-il qu’ils trouvent sujet ou matière suffisamment intéressante pour qu’on daigne leur prêter attention.
        Comme je l’écrivais, « mais je vous laisse ma place », s’ils ne trouvent mes contributions judicieuses, je leur offre mon espace de rédaction. S’ils savent se l’approprier, dans la lignée de RL, je ne doute qu’ils seront de ce fait à la une du site.
        Ce que je trouve bizarre, sans jugement aucun, c’est que ces détracteurs apparaissent uniquement sur ma contribution, Dame Aussenac aurait envoyé des secours ? Jusqu’alors, je bénéficiais d’une relative indifférence, aurait-elle la donzelle après m’avoir bloquée sur twitter, envoyé des émissaires ?
        La question peut se poser…

  4. Encore une précision : ce genre d’article flatte notre bas instinct de hurler avec les loups, il s’adresse à un public acquis d’avance à 99% et n’apporte rien de nouveau par rapport aux deux autres articles du site sur le même sujet. Trop facile.

    • Qu’attendez-vous donc pour en faire autant « Saucisson et Andouille », la critique est facile mais l’art est difficile.
      Il est vrai qu’un troisième texte en prose aurait été trop d’honneur pour cette donzelle sans importance, sauf que là il ne s’agit pas d’un vulgaire troisième texte, mais d’un poème de notre sublime ORELIANE, dont le talent me stupéfie chaque fois. Aussi brillante en poésie qu’en politique et information, je n’en connais pas de meilleurs dans cet exercice de style où elle réussit haut la main à chaque envoi.
      Oréliane a son public de fans qui j’en suis sûre n’ont pas boudé leur plaisirà la lecture de ce nouveau poème.
      Seriez-vous maso Saucisson and Co, de vouloir lire un article qui vous indispose d’avance ? Moi dès le titre je sais si j’ai envie ou non de lire et si c’est non je n’en dégoute pas les autres … cela répond au joli nom de TOLERANCE.
      Sans rancune j’espère, je n’aime pas qu’on attaque mes amis rédacteurs sans arguments solides.

      • Ce que vous dites équivaut à interdire toute critique. Dans ce cas, inutile d’ouvrir le site aux commentaires. Car, Saucisson a donné des arguments qui me paraissent tout à fait recevables.Trois articles – fussent-ils en vers que vous avez le droit de juger admirables – c’est beaucoup pour un si maigre sujet.

        • Je comprend votre réaction à mon commentaire Alceste, mais lisez ma réponse à Romanin ci-dessus, vous y trouverez mon argumentation.
          Merci de nous suivre en tous cas.

          • Merci de votre réponse. Je ne veux pas m’éterniser sur ce sujet précis qui, à mon avis est un non événement, mais simplement répondre à un point de votre argumentation qui consiste à conseiller de ne pas lire quelque chose que l’on n’aime pas. C’est un peu court. Et avec ce principe, les mêmes choses risquent de se répéter. La critique de Saucisson était fondée et peut permettre de faire évoluer en mieux ce journal. Quant à dire que ce enième texte apporte une lumière nouvelle parce qu’il serait écrit envers plutôt qu’en prose, c’est privilégier le fond sur la forme.
            Amicalement.

      • Très chère Josiane, c’est un véritable plaisir de lire votre plaidoyer en faveur de la talentueuse Oreliane. Même moi, qui m’étais promis de ne plus réagir à un article concernant la poétesse Aussenac, je n’ai pu résister après lecture de l’ extraordinaire poème de votre amie.
        Poème plein de subtilité et d’une exceptionnel finesse.
        Comme je l’ai précisé, je suis l’homme qui ne veut pas « assassiner », ni critiquer pour le plaisir de critiquer, et j’aime accorder une seconde chance. J’ai donc décidé de retourner sur le blog de damoiselle Aussenac, afin de peut-être y trouver matière à lui accorder au minimum un « bon point », une « image »(un lot de consolation quoi!). Malheureusement et avec ma plus grande ouverture d’esprit, je suis resté les bras ballants, l’oeil vide, à la limite de l’évanouissement(moi qui suis un homme, enfin je l’espère!). J’ai bien essayé de suivre les liens d’ Oreliane, me disant que je pouvais être l’homme de la troisième chance, mais là encore que nenni, trop pénible, trop de trop tue le trop!
        Je rejoins @Janus, et comme je l’ai dit dans mon tout premier post, fallait-il lui accorder un espace de publicité qu’elle ne mérite absolument pas?
        Vous avez raison de dire que c’est ça aussi la Tolérance.
        Mais je fais peut être parti d’un public déjà acquis??Quoi qu’il en soit, chère Josiane, c’est tout en votre honneur d’être fidèle en amitié(ce sont des valeurs qui se perdent de nos jours) et je suis moi-même respectueux de ces valeurs! Pourtant comme le dirait damoiselle Aussenac: Les gens du FN, sont de sales réac, racistes et toute la panoplie qui va avec, mais bon, on ne se refait pas et un jour j’irai brûler en enfer?

        • Merci de vore commentaire Romanin, je suis en partie d’accord avec le fait que trois articles pour un personnage aussi peu intéressant, sont beaucoup trop d’honneur ; en revanche dire que le troisième n’apportait rien m’a semblé injuste puisqu’il nous faisait bénéficier du talent d’Oréliane que beaucoup apprécie,t.
          Par ailleurs nous recevons tellement de volée de bois vert de certains citoyens, alors que nous leur offrons de vrais infos, gratuitement … et qu’il leur suffit de ne plus nous lire si nous les indisposons ou bien nous faire bénéficier de leur talent personnel, que cela énerve parfois.
          Je me suis élevée non contre une opinion différente sur Sabine Aussenac, mais contre le bien fondé d’un troisième article, ce qui ne regarde que le Rédacteur en Chef, qui manifestement ne pouvait refuser le sujet traité sur un autre mode et très réussi. Libre aux lecteurs de ne pas lire un énième article sur un même sujet, c’est ce que je fais en général, sans ameuter RL (ou autres) de mes sarcasmes.
          Madame Aussenac a reçu trois fessées au lieu d’une … espérons que la leçon lui rappellera de tourner sa langue trois fois dans sa bouche avant d’insulter des gens (rédacteurs ET lecteurs) qu’elle ne connaït pas et avec qui elle s’est commise, de son plein gré !

          • Très chère Josiane, moi qui suis l’un de vos plus fidèles lecteurs et admirateurs, j’ai bien compris votre réaction en faveur de votre amie Oreliane.
            Et j’ai aussi compris qu’il fallait publier cet excellent poème qui m’a permis de réagir instantanément pour apporter ma petite contribution et faire suite à l’article d’Oreliane(malgré mon juré-craché de la veille de ne plus réagir à la photo de la damoiselle).
            Mais il faut aussi comprendre que certains citoyens peuvent avoir du mal à faire la part des choses sur certains sujets d’actualités. Votre rédacteur en chef a bien fait de traiter et de publier l’article de votre amie. Et vous ne pourrez jamais empêcher certains lecteurs de commenter, d’analyser et parfois de réagir de façon inappropriée.
            Concernant la damoiselle Aussenac, ses poèmes, sa littérature et certaines de ses idées, je lui conçois le droit de les exprimer et même de les écrire dans le média d’Anne Sinclair, ou du Monde, c’est ça aussi la tolérance, savoir respecter les opinions divergentes. Elle a voulu se frotter à R.L, et mal lui en a pris, elle a eu droit à une bonne fessée(que j’aurais aimé lui administrer, aïe aïe, mes vieux démons de mâle?).
            Alors vive R.L, R R, Minurne…, vive vous tous qui faites un magnifique travail d’information sans »langue de bois », vive toutes nos « Sentinelles » qui alertent et nous tiennent éveillés, vive vos « espaces de liberté d’expression », vive Cyrano, Josiane, Jeanne, Oreliane,Caroline et vous tous, je vous Aime avec un grand A, moi le sympathisant FN, le haineux raciste intolérant avec plein de phobes, à qui vous pouvez mettre tous les ? que vous voulez, je les assume avec fierté? et courage!
            Vivre la Nation, le Patriotisme, les Patriotes et Résistants! Vive vous qui venez de la gauche et parfois de l’extrême gauche, vive Christine, qui ne renie pas ses idées et ses origines! Allez j’arrête là avant de virer « socialo »!

        • Pour celui qui met du -, lorsque j’écris que je rejoins Janus…, et mon tout premier post, je parle du premier article dédié à la triste damoiselle Aussenac. J’y écrivais: Que c’était trop d’honneur que de lui faire de la publicité.
          Mais peut-être que ce moins 1, c’est pour avoir osé dire que je suis sympathisant du FN???
          Comme Josiane, moi aussi je suis tolérant et je comprends(même si je ne le pratique pas) que l’on puisse conspuer pour des idées, des croyances ou des « différences! On n’est jamais déçu par la « nature humaine »! J’ai donc rectifié le -3 de Jean Nemarre en lui accordant ?, malheureusement je n’ai pas pu lui retirer les 2 autres -, Alors damoiselle Aussenac, un peu de courage que diable!

  5. @ Janus
    A peu près comme vous, je dis : bof, article sans intérêt, et, surtout, préférons la qualité à la quantité. Le but n’est pas de faire un nouvel article chaque jour, mais de faire de bons articles le plus souvent possible.

  6. C’est exactement cela : la musulmane d’adoption, fausse jeune fille mais vraie convertie, a sûrement voulu s’offrir une petite reconstruction d’hymen juste avant de convoler en islamiques noces ; c’est maintenant une opération courante chez les voilées.
    Manque de chance, cette fois la couture n’a pas tenu. Quelle idée aussi de vouloir se marier en blanc à son âge ! Qui pouvait encore croire à la virginité de la promise ?
    Merci, Dame Oreliane, pour cette nouvelle ballade de la renégate du temps présent…

  7. Est-ce que ce n’est pas contre-productif de lui faire une telle publicité alors que personne ne la connaissait auparavant ? Certes il y a « l’effet Streisand » : elle voulait ne plus figurer sur Google comme contributrice de RL, et avec les articles de ces derniers jours, elle sera référencée de plus belle. Mais en même temps quelle gloire ! Son visage, son nom, son site… Et pour elle, être vouée aux gémonies par la « presse facho », c’est un sésame qui lui ouvrira des portes, comme pour la morveuse journaleuse qui récemment a fait l’objet de la même promotion. Je pense qu’il faudrait faire un article, sans son nom ni son visage en titre, et basta.

  8. Chouette, un démarrage en fanfare grâce à notre sublime et intelligente Poétesse Oreliane. Dommage qu’il ait fallu ce farcir le visage de la pédante damoiselle Aussenac.
    Je mettais « juré-craché », de la renvoyer au « royaume de l’oublie », mais devant et après lecture de cette magnifique prose, je ne peux rester de marbre. Comme un véritable »maso », je me suis rendu une nouvelle fois sur le blog de la vaporeuse gente dame Sabine. Désirant lui trouver quelques excuses et aussi peut-être un peu d’originalité et de talent, que nenni, rien, peau de balle…, et là, je me suis soudain senti envahi par une grande tristesse en pensant à tous les élèves que l’ EN lui avait confiée. Je me dit que nos amis Toulousains et les SM qui ont le courage de venir sur son blog sauront la remercier à sa juste valeur.
    Mais son compteur de visites prouve qu’ils ne sont pas légions à apprécier la poésie Aussenacienne, un peu comme tous ses élèves qui ont dû « décrocher » des les premiers cours. Voilà, je viens de faire ma BA de la journée, et à ceux qui me trouvent vilain et méchant, n’hésitez pas à conspuer mon pseudo car depuis ma deuxième expérience, quelque chose a changé en moi.
    Romanin, es cancre, diplômé PE, sans avenir, Lessiveuse +2?

  9. a son age elle peut encore esperer un bon coup de la part d’un beau martyr en devenir …

  10. ne cherchez pas elle veut être Minsitre ou Sinistre lors du départ de Bécassinne

Les commentaires sont fermés.