Ils saignent les Français, pour financer les autres…

Publié le 17 février 2016 - par - 15 commentaires - 2 736 vues
Share

HollandeVallsRoyal

Dans la République irréprochable de Hollande, le mieux c’est d’être un sans papier entré illégalement en France. Avec un peu de chance, vous êtes accueilli par le ministre de l’Intérieur soi-même, lors de ses nombreux déplacements à Calais (entre autres lieux), non pas pour se soucier du sort des Calaisiens totalement abandonnés par les nazes se prétendant républicains et démocrates, mais uniquement pour veiller à ce que ses chéris les migrants ne soient pas maltraités par les citoyens racistes,  osant refuser l’invasion de leur ville et de leurs demeures par des gens sans scrupules, véritables vermines qu’un gouvernement digne de ce nom aurait à cœur d’éradiquer pour protéger ses concitoyens !

cinq-fruits-et-legumes-par-jour

Mais là non !

Démerdez-vous les « céfrancs » ! Vous avez suffisamment profité de tout ce que vos aïeux vous ont légué (même si « on » le conteste dans les nouveaux manuels scolaires, pour mieux faire croire à l’apport considérable des pays islamistes … vite des sels !), il est temps maintenant de partager, et même tiens, encore mieux, de céder tout ce qui est beau, aux pauvres gens qui fuient les pays où règne un bordel incommensurable, incapables de se confronter aux problèmes sur place, et bien décidés à importer ici leurs us et coutumes, qui font se pâmer nos « élites » droite ou gauche … c’est en substance ce qu’il faut retenir de la fétide politique du roi des menteurs, qui sous ses airs balourds, a réussi à mettre la France entière sous embargo socialo-islamique !

En revanche si vous vous comportez en citoyen responsable, que vous travaillez pour payer des impôts et faire vivre ces nuisibles sur un grand pied, et qu’éventuellement vous vous lancez dans une entreprise, artisanale ou autre, afin d’embaucher dès que possible… non seulement le gouvernement ne vous en sera pas reconnaissant, mais vous aurez droit, en plus de son mépris, à une avalanche de nouvelles taxes, nouveaux imprimés à remplir, nouvelles normes à respecter, nouvelles réglementations européennes… afin de bien vous démolir le moral … en un mot de vous « briser » pour que vous cessiez de relever la tête au lieu d’entrer dans le rang des brebis dociles et sans volontés… outre celle de consommer toutes les fadaises qu’on  leur  présente.

Et ne comptez pas sur les banques pour vous secourir ; ils font partie de la même famille, celle des affamés (jamais rassasiés) et affameurs (sans état d’âme) vivant sur votre dos. C’est du moins la mésaventure qui est arrivée à Alexandre Callet, jeune restaurateur de 30 ans, qui après avoir déjà galéré en 2008 pour ouvrir son premier restaurant (une vingtaine de refus de prêt), décide d’ouvrir un second restaurant, suite aux bons résultats du premier.

« En 2015, nous avons réalisé notre meilleure année, non seulement au niveau de la rentabilité, mais également au niveau du chiffre d’affaires »

Il trouve l’endroit parfait et se tourne donc vers plusieurs établissements bancaires pour l’obtention d’un prêt de 70.000 €, mais malgré une situation financière saine, il ne reçoit qu’une seule réponse, négative… les autres ne se donnant même pas la peine de lui répondre !

« Restaurateurs, entrepreneurs, nous sommes tous dans la même situation : à chaque fois que nous souhaitons lancer un business, nous devons nous mettre à quatre pattes », soutient le restaurateur en colère, et d’ajouter, « aujourd’hui, les banquiers ne font pas leur métier ».

Furieux mais non sans humour, le jeune homme décide alors de carrément interdire l’entrée de son restaurant aux banquiers, en affichant un message sans équivoque sur une ardoise trônant à l’entrée de l’établissement, dont je vous livre le nom, afin que ceux qui en auront l’occasion, passent lui faire un petit bonjour patriotique et le féliciter de son courage et de son humour.

banquiers-interdits

Restaurant Les Ecuries de Richelieu – Rueil Malmaison (Hauts de Seine)

http://www.lefigaro.fr/societes/2016/02/17/20005-20160217ARTFIG00009-un-restaurateur-interdit-l-entree-de-son-etablissement-aux-banquiers.php

Et combien de courageux entrepreneurs sont ainsi pris à la gorge parce que des banquiers sans scrupules, bien qu’étant renfloués par l’Etat avec l’argent des contribuables, quand ils boivent la tasse après de hasardeuses opérations boursières par exemple, sont incapables de remplir leur rôle de soutien aux entrepreneurs, rouages de l’économie, confirmant ainsi l’adage qui veut que « les banquiers ne prêtent qu’aux riches » !

Un ministre du travail digne de ce nom entamerait des négociations avec ces établissements, afin de leur rappeler de bien vouloir « renvoyer l’ascenseur » … mais j’ai bien dit « digne de ce nom » !!!

Autre domaine dont on parle depuis plusieurs jours, l’agriculture ; chez Hollande, on ne change pas une équipe qui perd … donc Le Foll est resté ministre, bien que n’ayant géré que grèves et protestations de la part des agriculteurs depuis sa nomination. Sa défense ce soir c’est d’abord de dire qu’il n’y a pas qu’en France que cette situation existe (et pour cause les technocrates de Bruxelles sont aussi laxistes que lui), ensuite d’entonner l’air connu des « diminutions de charges » (sans préciser de chiffres), dont le refrain n’en doutons pas est l’habituel « demain on rase gratis ».

Et pour enfoncer le clou, Valls ne trouve rien de plus intelligent à dire que « la profession doit se restructurer » !

Ah on est bien dirigés avec des marioles pareils …

Josiane Filio

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Gilcouilles

La haute cours et à la lanterne pour cette vermine qui gouverne et détruit le pays.

GAVIVA

un eleveur a poussé une contrôleuse dans l’eau froide et elle en est morte ( pour RESUMER) oh scandale, oh crime, l’affreux coupable ne sera pas déclaré déséquilibré même avec une ordonnance d’antidépresseurs pour éléphant, on sera invité a faire l’amalgame avec tous els agriculteurs et comme ca on pensera moins à la dégradation générale et scandaleuse de leur situation et encore moins au coupable, hollandouile et ses nouilles. Bravo!! A vomir…..

Jean-Louis

Merci Josiane, vous avez écrit le mot que je cherchais depuis longtemps pour les cataloguer : des vermines

Anonyme

formidable votre article JOSIANE,je l’ai lu à mes amis.merci,car je vois que je ne suis pas la seule à penser comme vous.

balte

Il est sûr que l’immigration sauvage que tolère l’état PS quand il ne l’encourage pas n’est pas une chance pour la France. Plutôt que de dépenser l’argent du contribuable à loger,à nourrir et à vêtir des gens qui n’ont rien à voir en France,et c’est sans compter les frais de police pour les surveiller,l’état ferait mieux d’aider les Français dans le pétrin. Ah,elles sont loin les promesses des menteurs de 2012.

Anonyme

Comment voulez vous qu’un espagnole ministre pense aux francais

Croquignol

Josiane faites attention à l’AVC , vous avez tout à fait raison et bravo à ce restaurateur qui n’a pas froid aux yeux.Dommage qu’il soit si loin j’y serai volontiers allé mange un morceau. Tiens pour vous mettre un peu plus en colère, pendant le peu de temps que j’écoutais RMC j’ai entendu 2 choses qui vont vous plaire : L’EDF est au bord de la faillite ( alors que tous les 2 mois les factures gonflent) et que surement ( pas dit ouvertement) ce serait Ali Juppé qui serait le prochain président . Bonne journée je vous embrasse

celtillos

le regretté Coluche disait: « les oiseaux contrairement aux banquiers s’arrêtent de voler de temps en temps ». a méditer…

Anonyme

bien dit

celtillos

mon grand père, un paysan plein de bon sens disait:  » un banquier c’est quelqu’un qui te prête un parapluie quant il fait beau et qui te le reprend quant il va pleuvoir ». ca n’a pas changé!

Sjean-louis

Grâce à l’union européenne, et nos gouvernants, une directive (ordonnance n°2015-1024 du 20 août 2015) autorise les banques à ponctionner leurs clients en cas de faillite.

Anonyme

malheureusement oui je l’ai lu début janvier et ça m’a mis en colère!!!

myster13

Anecdote : un ami corse fabriquait et vendait du saucisson corse (du vrai, pas celui importé de Pologne) sur le marché de son village et ce depuis près de 40 ans, un jour arrive des inspecteurs de la DGCCRF (fraude & hygiène) qui vérifient son local, le déclarent hors-normes et le somment de régler ça dans les plus brefs délais où il sera interdit de vente et soumis à des amendes énormes pour son modeste commerce. Après devis des travaux à effectuer, il prit la seule décision logique. Arrêter purement et simplement, désormais les villageois lui rendent visite avec qui une bonne bouteille, qui un gigot mais dans le seul but de prendre de ses nouvelles et repartent avec un peu de charcutaille par convivialité bien sûr. J’imagine que ce genre de choses arrivent un peu partout en France de nos jours.

Anonyme

c’est oblgé!!

stephanie

« Valls ne trouve rien de plus intelligent à dire que « la profession doit se restructurer » »

Excellent article Josiane comme d’habitude.
Pourtant Valls n’a pas tout à fait tord cette fois. Il faudrait en effet que les agriculteurs se mettent à bosser différemment s’ils ne veulent pas que la politique française et au-delà que Bruxelles les fassent crever pour de bon.

Un certain nombre d’entre eux se regroupent et arrivent ainsi à vendre directement du producteur aux consommateurs sans passer par différents intermédiaires (ce qui les fait crever justement).
S’ils arrivaient à tous le faire, ils révolutionneraient pas mal de choses dans ce pays.