Saint-Brevin : le maire Yannick Morez, surnommé Khmer Atlantique

Ce mec s’appelle Yannick MOREZ. Il est maire de Saint-Brevin-les-Pins, commune de quinze mille habitants en Loire-Atlantique, au bord de l’Océan. Son demi-sourire satisfait cache un joli spécimen de facho macronard.
Il se sait en difficulté pour imposer à sa population sa décision non concertée d’installer un important centre d’accueil de réfugiés, contigu à une école maternelle, au mépris d’une utilisation sobre et raisonnable des impôts de ses administrés et des dispositions d’urbanisme impératives qui protègent la fragile forêt de pins littorale.
Il refuse donc la consultation démocratique que lui demande un collectif qui a réuni plus de mille signatures au soutien de sa requête.

Réunis ce dimanche matin glacial de décembre pour sensibiliser la population aux enjeux de cette décision d’autocrate, deux cents opposants au projet n’ont pas été laissés libres de choisir un itinéraire assurant une visibilité décente à leur manifestation. Ils ont eu le droit de se réunir sur un parking excentré avant de se rapprocher de l’arrière de la mairie par de toutes petites rues, soigneusement encadrés par un dispositif policier disproportionné quoique débonnaire. Coincés dans ces ruelles de station balnéaire, clamant leurs appels à un peu de bon sens et de démocratie, ces citoyens révoltés ressentaient douloureusement que leur maire se foutait cyniquement et ouvertement de leurs gueules.

Souvenez-vous de ce Khmer Atlantique car il pourrait croiser votre route : il est également médecin généraliste.

Calixte Joüon

image_pdfimage_print

5 Commentaires

  1. des gueules comme ça y en a plein dans le sud non-Italien…. »ouin-ouin on a été mal accueillis, dans des barraquements, c’était incroyable ; eh ben on s’venge. »

  2. C’est quand même scandaleux , qu’un seul « individu » puisse prendre une décision sans tenir compte des doléances des administrés . Et en plus « médecin » ,il n’à rien d’autre a foutre qu’aller emmerder les habitants de Saint-Brévin ? A ce coprolithe , il faut lui pourrir la vie pour qu’il dégage de la commune . Et « coprolithe » est un euphémisme .

  3. Un des drames actuels parmi tant d’autres en France, et sans doute ailleurs aussi, c’est qu’il y a de plus en plus de sales cons comme ce maire-là, le Morez de Saint-Brévin, à Callac et un peu partout, dans les patelins comme dans les grandes villes, des mecs avides de pouvoir, qui accordent leurs ambitions à leurs moyens, mais qui prennent leur pied à exercer leur petit pouvoir, même si ce n’est que sur quelques personnes. Louis Ferdinand Céline cite Pierre Laval à Sigmaringen dans « D’un château l’autre » qui lui dit ceci : « Le désordre, Docteur, c’est un Jules César par village !… et vingt Brutus par canton ! » il avait vu juste, c’est un peu ce qui se passe dans nos pseudo-démocraties pourrissantes, les petits chefs pullulent à tous les niveaux de responsabilité.

  4. D’ailleurs rien qu’a voir sa gueule de con d’islamo-immigrationniste , on a envie de lui mettre des pains dans sa gueule !il y a des gens rien qu’ a les voir on a envie de leur mettre des pains dans la gueule .

Les commentaires sont fermés.