Saint-Brevin-les-Pins : les représentants de parents d’élèves se planquent

Troissinges.jpg

A Saint-Brevin, tout le monde se cache derrière la couture de son pantalon. Le maire, Yannick Moret, explique que c’est une association privée, Aurore, qui est aux manettes. Sauf qu’il participe activement aux opérations, et leur a cédé une partie du patrimoine municipal. L’opposition se planque. Les représentants des parents d’élèves se planquent. La directrice se planque. Le rectorat se planque.

Donc, le collectif est obligé de leur mettre les points sur les i…

Rose Martin

Aux « Représentants des parents d’élèves »

Vous avez bien voulu répondre à mes mails des 13 et 16 janvier 2023 et je vous en remercie.

Par contre le contenu de votre réponse me stupéfie.
Ainsi vous écrivez :
« La question du CADA qui anime le collectif dont vous faites partie est déjà remontée au niveau
du premier conseil d’école (qui a eu lieu le 15 novembre 2022). De manière unanime, il avait été décidé que ces questions/débats n’avaient pas leur place au sein du conseil. Par ce courrier c’est l’ensemble des représentants des parents d’élèves qui réaffirme cette position.
Par conséquent, nous ne pouvons répondre favorablement à votre demande de rencontre. »

Cette réponse appelle de ma part, au nom de notre collectif, les réponses suivantes :

Vous prétendez que « ces questions/débats n’avaient pas leur place au sein du conseil ».
Je prends bonne note que pour vous, la sécurité des enfants, ne fait pas partie de vos préoccupations et relève d’une catégorie que vous baptisez « débat ».

De plus vous prétendez avoir pris cette position de manière « unanime ». C’est manifestement un faux, puisque je connais au moins une personne, membre du conseil, qui ne partage pas cet avis.

En conséquence de quoi, vous refusez de nous recevoir et de discuter de ce problème.

Je vous informe donc que nous conservons vos prises de positions écrites sur le sujet.
S’il devait arriver un malheur à l’un ou plusieurs enfants suite à l’installation de ce CADA à côté de l’école, ces pièces seront versées en justice et constitueront une preuve indiscutable de votre refus de prendre des mesures afin de protéger les enfants.
Le dépôt en justice de ces éléments sera bien sûr accompagné d’un dépôt de plainte pour « mise en danger volontaire de la vie d’autrui ». Et comme il s’agit d’enfants, ce sera une circonstance aggravante pour vous.

Si vous changez d’avis, et acceptez de nous rencontrer, nous restons à votre disposition.

Quant à vos menaces s’agissant des adresses mails, elles nous laissent de marbre.
En effet, nous n’avons nullement rendu publiques ces adresses. Elles n’ont été utilisées qu’une fois pour vous joindre directement. L’accusation de « divulgation de données personnelles » est donc des plus fantaisistes.
Quant à la « violation d’accès non autorisé » c’est encore une appellation qui vous appartient.
Dans ces conditions, libre à vous de porter plainte contre nous.

Toutefois, je vous informe, si vous ne le savez pas, qu’un dépôt de plainte contre quelqu’un, s’il n’est pas suivi d’une condamnation, vous expose en retour à une condamnation pour « dénonciation calomnieuse ». (Art 226-10 à 226-12 du code Pénal).
À vous de décider si vous voulez vous engager dans cette voie.

Salutations

St-Brevin, le 18 janvier 2023
Pour le Collectif
Elsa Caduc

Lire également :

Parents d’élèves de Saint-Brevin : un bel exemple de stupidité et de lâcheté ordinaire

image_pdfimage_print
12

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


8 Commentaires

  1. Excellente lettre Madame Caduc . La majorité des Français vous soutiennent , car c’est bien la sécurité des administrés MAIS surtout celle des enfants dont il est question .La FRANCE est bien dirigée par des gougnafiers dangereux . Albert Einstein a dit : » Le monde ne sera pas détruit par ce qui font le mal , MAIS par ceux qui regardent sans rien faire » .

  2. Un maire Nupesse?
    Oui? Alors il féminisera le nom de sa ville et tout ira mieux!
    Sainte-Brévine-les Pines, ça a quand même plus de gueule que Pantine…
    plus de virilité aussi, c’est ça qui risque de faire de la peine à Rousseau.

  3. je vois avec plaisir qu’une idée que j’ai exprimée lors d’une réunion de RL a été reprise : celle la poursuite au pénal en cas de malheur survenu à un enfant par la faute des élus aveuglés par leur idéologie .

  4. ils ont voté pour ce maire, pour macron, ce qui leur arrive c’est normal, sauf que les gaulois réfractaires vont déguster eux aussi! vont ils avoir raison par la lassitude et la dhimmitude des locaux?