Saint-Brieuc : référé perdu, mais tous à la manifestation demain

Saint-Brieuc : nous avons perdu le référé mais nous demandons à tous d’aller demain à la manifestation

Le résultat du référé-liberté plaidé hier par  Maître  Frédéric Pichon vient de tomber, avec 4 heures de retard par rapport à l’horaire prévu (pressions politiques ? ) : le juge maintient l’interdiction décidée par le préfet, pour des raisons dont nous avons montré  qu’elles étaient uniquement politiques, sous la pression de syndicats et  d’associations prétendument droidel’hommistes. Nous reviendrons prochainement sur leur cas en publiant les lettres de dénonciation dignes de 39-45 qu’elles ont envoyées au Préfet

http://resistancerepublicaine.eu/2016/01/22/6-fevrier-a-saint-brieuc-ouest-france-invoque-le-spectre-de-hitler-carrement/

http://resistancerepublicaine.eu/2016/01/30/saint-brieuc-les-bretons-seront-au-rendez-vous/

http://resistancerepublicaine.eu/2016/01/30/communique-de-resistance-republicaine-interdiction-de-la-manifestation-du-6-fevrier-a-saint-brieuc/

Nous ne pouvons en rester là. C’est un affront fait aux patriotes légalistes qui se voient refuser le droit élémentaire de manifester.

Nous appelons donc tous ceux qui avaient prévu d’être présents demain matin à 10 heures à Saint-Brieuc devant la Préfecture à y aller, afin de montrer que des Français sont opposés à la politique d’immigration et  d’islamisation de notre pays,  de soutenir MicKael qui  a travaillé énormément pour préparer  ce rassemblement, et enfin à se rencontrer, prendre contact entre Résistants, et finir ensemble autour d’un verre et pourquoi pas d’un apéro saucisson-pinard improvisé.

Nous les invitons donc à être là à 10 heures et à se disperser après la deuxième sommation, comme le prévoit la loi,  mais en petits groupes pour faire connaissance et créer des réseaux de résistants  en plus de ceux qui existent déjà. C’est très important eu égard à la situation de la France.

Christine Tasin, Présidente de Résistance républicaine

image_pdf
0
0

2 Commentaires

  1. Je me suis rendu à Calais. Je ne m’attendais pas à pouvoir manifester. En conséquence, je me suis permis d’arriver en retard. Ce qui m’a permis d’échapper aux charges. J’ai quand même pris une petite giclée à longue distance de bombe a poivre en essayant de voir ce qui se passait quand ils ont interpellé le général. Des jeunes par contre ont pris de bonne giclées en pleine poire. L’ennui, c’est que eux ils restent et se montrent très hostiles verbalement aux policiers. Ce genre de truc n’est pas à recommencer. Il faudrait pouvoir s’organiser en covoiturage et faire de Calais un RV permanent comme Dresde. S’il faut circuler, et bien nous circulerons dans Calais…

Les commentaires sont fermés.