Saint-Germain en Laye : Lamy pourra remercier ses opposants préférés

A Saint-Germain en Laye dans les Yvelines il y a quatre listes en présence pour les élections municipales.

D’abord bien sûr l’inévitable liste Lamy. Alors que tout le monde trouve que Lamy a fait son temps, qu’il est usé, déconnecté de sa base, entouré de dinosaures, et que tous devraient finir par déposer leur toge au vestiaire et s’adonner au jardinage, activité sans grand risque. A Saint-Germain, les jardins, ce n’est pas ce qui manque !…On pense surtout qu’Emmanuel Lamy a administré la ville en petit potentat local. En effet on apprend, en faisant parler les uns et les autres sur la place du marché, haut lieu de la campagne, que Lamy a commis un certain nombre d’erreurs, financières surtout, comme de brader le patrimoine communal de logements sociaux. On lui reproche d’envisager un tram-train inutile autant qu’exorbitant et… non financé. On lui reproche de vouloir modifier le plan de sauvegarde du secteur sauvegardé pour permettre la construction d’un immeuble lucratif rue de la République. De vouloir à n’importe quel prix, même prohibitif, le PSG dans la ville, même s’il faut payer la dépollution d’un site pollué par la ville de Paris. Il y aurait aussi une sombre histoire, à vérifier, de passage de tipex sur un plan pour rendre constructible un terrain, jusque là protégé en tant qu’espace boisé classé, à côté de la forêt, et on a depuis à cet endroit auparavant inconstructible une maison (d’architecte !…) qui, outre la manne indue pour les propriétaires, est une horreur, une véritable verrue faisant la honte et la colère de tout un quartier.

On reproche aussi à Lamy d’avoir favorisé de diverses manières une mosquée intégriste :

http://ripostelaique.com/leche-babouches-de-la-semaine-emmanuel-lamy-maire-ump-de-saint-germain-en-laye.html

Quinze ans de Lamy, vingt et un s’il est réélu, ça paraît indigeste à un nombre certain de citoyens. On sait bien qu’il est difficile de se désintoxiquer du pouvoir une fois qu’on y a goûté. Mais quand même. Alors y a-t-il une liste capable de faire tomber Lamy ?

Il y a bien les socialistes, dirigés par Pascal Lévêque, qui produisent une magnifique brochure de 80 pages sur papier glacé, fichtre, on voit que ce parti a de l’argent et qu’il a envie de le montrer. Plus bobo, tu meurs. Mais ceux-là n’ont guère de chances de prendre la ville.

On a la liste Anne Gommier, élue de la liste Lamy lors de ce dernier mandat, liste Gommier qui est l’émanation de Pierre Morange, député UMP des Yvelines, maire de Chambourcy, dont Anne Gommier est la suppléante, et qui déteste Lamy. Il est clair pour tout le monde que Gommier va chercher ses ordres chez Morange. La ville va-t-elle être gouvernée par Chambourcy ?… Gommier va aussi chercher ses ordres chez Anne Messier, jeune élue de la région IDF, très autoritaire, extrêmement désagréable, et contestée, qui s’affiche comme compagne de Morange (les compagnes, comme chacun sait, c’est dangereux – aucune allusion bien sûr à un quelconque casque de moto).

C’est d’ailleurs très certainement à la nébuleuse Morange qu’on doit les billets de Cassandre, qui ont ces derniers mois arrosé la ville en critiquant Lamy sur le mode aigre-doux. Que l’entourage du député se permette de critiquer de sa part le maire d’une commune de son électorat peut sembler indécent.

Anne Gommier n’a jamais rien voté contre Lamy, a toujours tout approuvé y compris le budget de la ville. Elle est opportunément « tombée dans son escalier » ce qui lui a permis d’ éviter une autre délibération, et elle se prétend courageuse ?… Son programme est vide, ses rares propositions ont été copiées après-coup sur les programmes des autres candidats. Sur son blog, on apprend qu’elle va bientôt communiquer sur son programme. A une semaine et demie du premier tour, il serait temps.

Mais la liste d’Anne Gommier est surtout l’émanation d’une certaine Monique Dumont, amie de Morange, décrite par les Saint-Germanois sur le marché comme une vieille toupie sur le retour, qui, excusez du peu, est en troisième position : n’en doutons pas, ce sera elle qui gouvernera la ville si la liste passe. Sa personnalité intrigante dominera celle de Gommier, falote malgré son ego démesuré. Or Monique Dumont a 70 ans, une très mauvaise santé, se déplace très difficilement. Ne ferait-elle pas mieux de se mettre au repos, elle aussi ?… Le tandem Anne Gommier – Monique Dumont fonctionne avec force grossières médisances, et le mépris des autres élus, et même de leurs propres amis, osant dans le même temps parler d’ « écoute des électeurs ». Mais qui méprise, n’écoute pas.

Monique Dumont est une ancienne élue de Michel Péricard, elle ne cache pas sa haine de Lamy, ainsi que sa détestation d’Arnaud Péricard qui a été son champion personnel jusqu’à ce qu’il rallie Lamy.  Cette détestation acharnée est ce qui conduit Monique Dumont, par ailleurs laïque engagée chez les Assomptionnistes nous révèle google : une « bonne catho », donc, mais qui manie la haine à jets continus : allez comprendre. De plus, quand la haine de l’adversaire, plutôt que l’amour du bien commun, meut quelqu’un en politique, ce n’est jamais prometteur et les électeurs en font toujours les frais.

Il faut savoir aussi que Monique Dumont a fondé l’association V RI T  pour lutter contre la mosquée qui veut s’implanter dans la ville sans respect de la laïcité. Mais cette association n’a rien fait pendant deux ans, alors qu’elle s’était fixé un programme, tout en ayant bien sûr perçu des cotisations. Elle a quand même fait tout dernièrement un recours contre une modification du PLU en faveur de la mosquée, mais on peut légitimement se demander si ce recours n’est pas tout à fait autre chose : en réalité, un épisode de la guerre Morange-Lamy. Les travaux de la mosquée ont commencé le mois dernier sans permis de construire. Avant qu’il y ait un arrêté d’interdiction de poursuite des travaux, pris par Lamy,   V RI T n’aurait pas pu envoyer un huissier faire un constat ?… Justement, il y a un huissier sur la liste Gommier-Dumont… Mais non. De là à penser que cette association a été fondée par Monique Dumont pour paralyser les véritables opposants à la mosquée en leur faisant croire qu’une action était menée, alors qu’elle n’en avait pas l’intention, et seulement  pour recruter pour sa future liste, il n’y a qu’un pas, facile à franchir : le président de V RI T est sur la liste Gommier-Dumont,  tandis que la trésorière de V RI T est… la trésorière de l’association de financement de la campagne Gommier.  Méfiance requise contre V RI T. Méfiance requise aussi envers Anne Gommier sur ce sujet, elle  laissera sans aucun doute l’islam intégriste prospérer. On ne l’a jamais entendue sur la question. On ne l’a pas non plus entendue lorsque les musulmans ont commencé leurs travaux sans permis. Elle a manqué là une belle occasion.

Enfin quand on regarde la liste Gommier, on voit surtout des gens de l’art et du spectacle, recrutés par Gommier, professeur de danse, qui a créé à Saint-Germain le spectacle « C’est notre histoire ». C’est certainement très bien d’être artiste, mais ces artistes vont-ils gérer la ville en cigales ou en fourmis, telle est la question. Toutes les chances que ce soit en cigales disent les mauvaises langues, car le spectacle n’a pas bouclé son budget et la somme manquante (on parle sur le marché de centaines de milliers d’euros) a été payée par… nos deniers. Ce serait donc peut-être encore pire que l’équipe Lamy.

A trop danser, on se prend les pieds dans le tapis. Il se pourrait bien que Gommier, qu’on n’aime pas en ville, et encore moins son éminence grise Monique Dumont, fassent un flop gigantesque et fassent tout simplement réélire Lamy. Ce serait une belle gifle pour le député Morange, maire de Chambourcy. Il se pourrait en effet que les Saint-Germanois, après tout, à Gommier-Dumont, préfèrent encore Lamy, même s’ils le vilipendent. On arrive en effet à résister à Lamy. Mais il est à craindre que Gommier soit plus mauvaise que lui en tout.

Gageons que de toute manière à Saint-Germain en Laye le FN, emmené par Didier Rouxel, va faire un très joli score sur ce champ de bataille fumant. Les élus dont nous venons de parler n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes si cela ne leur fait pas plaisir.

Sophie Durand

image_pdfimage_print