Saint-Pierre, mai 1902 : un précédent historique ?

Publié le 19 mars 2020 - par - 10 commentaires - 1 100 vues
Traduire la page en :

À la fin du 19e siècle, la ville de Saint-Pierre, en Martinique, vivait dans la prospérité et l’insouciance. En effet, si Fort-de-France était la capitale administrative de l’île, Saint-Pierre en était sans conteste la capitale commerciale et intellectuelle. Riche de ses 26 000 habitants, de ses nombreuses rhumeries et de ses installations portuaires, cette ville s’était dotée de l’eau courante, de l’électricité et du téléphone. Elle avait des banques, des commerces, un théâtre, une cathédrale… On l’avait surnommée « le petit Paris des Antilles ».

À proximité de Saint-Pierre s’élevait la Montagne Pelée (1 400 m) – en réalité un volcan, mais qui était resté au repos depuis trois siècles, à part quelques secousses sismiques et surtout, en 1851, une éruption qui aurait dû donner l’alerte… mais on n’y prit pas garde.

Les choses commencèrent à se gâter sérieusement dans les premiers jours du mois de mai 1902 : fumées, éruptions et pluies de cendres semèrent un début de panique dans la population, mais les autorités locales surent calmer ces frayeurs. Un risque pour la santé publique ?… Allons donc !… Car – il faut bien le dire à la décharge des « élites » de l’époque – on ignorait tout des redoutables nuées ardentes propres à ces éruptions paroxystiques que l’on devait par la suite qualifier de « peléennes »…

Et puis, il y avait des choses beaucoup plus importantes, à savoir les élections municipales qui devaient se dérouler sous peu : il était évidemment exclu de les repousser à une date ultérieure, démocratie oblige… On fit donc appel à l’esprit civique des citoyens pour empêcher les plus peureux de quitter la ville. Interdiction fut faite aux navires d’appareiller. Le Gouverneur Louis Mouttet en personne vint de Fort-de-France pour s’assurer que les forces étaient en état d’alerte et pour faire savoir que, toutes les dispositions étant prises, il n’y avait en conséquence aucun danger.

La presse, toujours prête à combattre les fausses rumeurs et à diffuser la vérité vraie, ne fut pas en reste : « La montagne Pelée n’offre pas plus de danger pour les habitants de Saint-Pierre que le Vésuve pour ceux de Naples », déclara péremptoirement le journal « Les Colonies », affirmant pour cela se baser sur un avis « scientifique » – sans donner plus de détails, la campagne des élections municipales étant à l’évidence beaucoup plus importante.

Le Jeudi 8 mai à 8 heures du matin, ce fut le cataclysme : les parois du cratère explosèrent, envoyant sur Saint-Pierre une nuée ardente, émulsion de gaz, de vapeur d’eau et de laves à plus de 1 000 °C, qui rasa la ville en quelques instants et extermina la totalité de sa population – il n’y eut que quelques survivants.

Bien entendu, toute similitude entre cette vieille histoire et l’actualité récente ne saurait être que le résultat de coïncidences purement fortuites.

Jean-Marie BLANC

(mars 2020)

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Dorylée

Et oui. Regardez la gueule à Hollandouille, Cazenule, Macrocon et son orchestre ils sont tous réjouis, pas inquiets pour deux ronds. Bien sûr les derniers de cordées vont un peu crever mais eux, ils ne craignent rien. S’ils venaient à éternuer soudainement tout le Val de Grâce se mobiliserait immédiatement, il n’y a donc aucune inquiétude à avoir. Ça serait quand même mieux si les va-nus-pieds cessaient de geindre. Ça devient agaçant…

POLYEUCTE

Comme l’histoire se répète !
Saint Pierre de Rome est en train d’exploser !
Combien de survivants ?

Million

St-Pierre j’ai visité, ma famille a sa résidence principale et ma Doudou enfant du pays. un seul survivant le mec en prison et la femme du gouverneur + leur gamine de retour pour fêter l’élection du cher homme, boum leur bateau parti en fumé. Après 4 ans a Wallis-Futuna, a présent Calédonie Nouméa, surtout pour les écoles des 3 gamins 12 et 13ans ils ont fui la france, et oui avec les concours on prend des galons et de bons salaires dans L’E N ca bouge la jeunesse.

patphil

bel histoire mais comme les français ne veulent jamais savoir et tirer des conséquences…

dom

je connais très bien l histoire de la catastrophe de saint pierre est j ai publie une bande dessinnee sur ce sujet. saint pierre ,l escale infernale ,comme aujourd’hui les politiciens ont voulut rassurer la population pour maintenir les elections
mais les deux candidats se sont enfuis avant l eruption et les pierrotins ont été exterminés brules c est vieille histoire qui se répète aujourd’hui avec le corona virus
un seul bateau l orsolina a fuit le mouillage la nuit avant l eruption malgre l interdiction de prendre la mer car son capitaine un italien connaissait le danger quand il a été menace d amendes il a répondu vous irez les faire payer en enfer moi je largue les amarres cette la nuit ,,,,voila lisez l escale infernale par Dominique serafini…

Claire

On a retrouvé un survivant sur place: il était dans la prison: un casemate aux murs très épais qui est toujours visible parmi les pauvres vestiges ! Maudites élections municipales …

Bribrilanarchistededroite

Je ne connaissais pas ce côté de l’histoire des îles de France

jéjé

sachez qu’il y a moins de 35 ans c’est l’histoire de france qui était enseigné en Martinique ,,,,,, il parait meme que mes ancêtres étaient blonds aux yeux bleue et vivaient dans des huttes en bois,,,ect ect ect !!!!

gbgb

L’histoire de France, c’est l’histoire de la France, l’histoire du pays dont on dépend et auquel on est censé appartenir. Ce n’est pas un mélange d’histoire de chaque minorités qui composent cette entité qu’est la France hexagonale. On peut enseigner localement, en plus de l’Histoire de France, celle des doms et des toms, pour culture générale. Mais ces dernières n’ont pas à remplacer l’histoire officielle suffisamment bien malmenée par l’éducation nationale d’idéologie gaucho.
Quant à tout ceux qui obtiennent la nationalité française, le problème ne se poserait plus, si on supprimait la double nationalité.

Arnaud Francis

Ayant enseigné pendant 16 ans l’Histoire en Guadeloupe je peux assurer que l’Histoire locale était également abordée dans les classes.

Lire Aussi