Sainte Caroline Fourest veut sauver la France de la méchante Marine Le Pen

Caroline Fourest, Caro pour les intimes, a un problème avec Marine Le Pen. Elle a eu beau éplucher toutes les déclarations de la fille de Jean-Marie, regarder des heures et des heures, avec sa compagne Fiammetta Venner, Fiam pour les intimes, toutes ses vidéos, elle n’a pas trouvé la trace d’un seul dérapage raciste ou antisémite ! Pire, la nouvelle Présidente du FN a osé opérer, avec succès, un véritable aggiornamento du Front national, en imposant parmi ses thèmes la République et la laïcité, thèmes longtemps condamnés par les fondateurs de ce parti, qui n’aimaient ni « la gueuse », ni la séparation du religieux et du politique, et ne pouvaient envisager un rassemblement du FN sans la bonne et traditionnelle messe en latin. Encore plus grave, Marine le Pen ose se réclamer du droit à l’IVG, prenant, là encore, ses distances avec nombre de traditionalistes catholiques. Encore plus insupportable, elle ose se réclamer d’un discours social, défend les services publics, et tourne le dos à la ligne libérale des années 80, à l’époque Thatcher-Reagan…
Alors, évidemment, pour Caro et son fonds de commerce, le nouveau discours du FN est problématique. Il serait beaucoup plus porteur – et rentable – d’avoir en face d’elle une nostalgique de Vichy et de l’Algérie française, une négationniste, une catho tradi de compétition, une adepte de la supériorité biologique de la race blanche… Manque de chance, Marine le Pen n’est rien de tout cela, elle est brillante, et même sympathiques ! Alors comment faire, à un an des présidentielles, pour vendre un livre sur une personne à qui on n’a rien trouvé à reprocher ? Faire de la provocation en titrant « Vive Le Pen » ? Robert Ménard a déjà eu l’idée. Se féliciter, en tant que laïque et féministe, de cet aggiornamento, et y voir l’enracinement, dans notre pays, des principes laïques, républicains et féministes ? Cela serait certes faire preuve d’une honnêteté intellectuelle louable, mais, dans le milieu que fréquente Caro, ce serait suicidaire professionnellement. Pour exister médiatiquement, il ne faut surtout pas parler positivement de la nouvelle présidente du FN, faute de se voir suspecter par tous les Fourest qui y sévissent de dérive raciste, fasciste, xénophobe et populiste.
Il faut donc, pour vendre un livre, faire du Fourest, en multipliant les amalgames : A connaît B, qui connaît C, qui connaît D, qui connaît E. Or, E est un raciste avéré, donc A est un raciste avéré, lui aussi. Alors, c’est comme cela que se déroule la croisade de la protégée de BHL : la moitié de son livre est consacré à Jean-Marie Le Pen (« détail de l’Histoire » et autres propos douteux) ; le reste ce sont des « témoignages » d’anti-marinistes (cathos ultras, Carl Lang, nazillons exclus du FN, etc.) dont la plupart ne sont plus au FN ou ont rompu avec les Le Pen. Le tout pour dire : la fille n’est pas comme le père mais c’est un leurre pour tromper le monde. C’est plus difficile à dire qu’à écrire, car lors d’une interview récente (elles se multiplient), malgré la bienveillance du journaliste qui l’interviewait, Fourest s’emmêlait les pinceaux et n’arrivait pas à aligner des arguments clairs et convaincants pour confirmer cette théorie fumeuse.
Autre exemple typique de la mauvaise foi de la dame Fourest : sur l’attentat énorme (20 kg de dynamite !) qui avait soufflé en 1976 l’immeuble où habitaient les Le Pen quand Marine avait 8 ans. On n’a jamais retrouvé les auteurs mais tout le monde pensait évidemment à une piste politique (c’était d’ailleurs le 3ème attentat à l’explosif contre Le Pen !) Or Sainte Caroline soutient que la piste politique est une « manipulation » de Le Pen et que le véritable motif de l’attentat c’était une histoire d’héritage. Elle ne cite qu’une seule source de cette thèse : un article d’un journaliste du Point, repris plus tard par la presse anti-lepéniste, mais qui était une pure hypothèse d’école qu’aucun indice n’a jamais confirmé malgré l’enquête de police de ce côté-là.
Autre invention de Fourest : Marine Le Pen voudrait faire un référendum pour interdire l’IVG !  Et évidemment elle serait « raciste » car contre l’UE, et parce qu’elle aurait remplacé le juif par le musulman, donc par l’Arabe, donc elle recyclerait la xénophobie du papa. Et si Marine Le Pen veut une politique nataliste pour payer les retraites, aux yeux de Fourest, c’est parce qu’elle ne veut pas d’étrangers ni d’immigration. Et bien sûr la laïcité de Marine Le Pen ne serait qu’un faux-nez de son racisme anti-Arabe, etc.
Le 18 décembre dernier, lors des Assises sur l’islamisation de nos pays, la chroniqueuse du Monde avait fait dans le même registre : « dénoncer l’islamisation de la France, ce n’est pas de la laïcité, c’est du racisme ».
Bien évidemment, le système politico-médiatique passe la brosse à reluire à Caroline Fourest (oubliant totalement Fiammetta Venner), et multiplie les interviews, souvent complaisantes, et les plateaux de télévision. Pourtant, cela ne marche pas. Malgré cette promotion d’un ouvrage d’une rare mauvaise foi, les chiffres de vente seraient loin du niveau escompté. Plus grave, jusqu’à ce jour, seuls des sites classés à l »extrême droite, et Riposte Laïque, avaient osé démasquer toutes les impostures de la protégée de BHL. Or, en quelques jours, deux personnalités ont osé attaquer l’icône. L’islamophile Pascal Boniface, dans un livre intitulé « Les intellectuels faussaires » pointe, de manière souvent cruelle, les méthodes de Caroline Fourest : « elle ment, elle attribue des propos aux gens pour s’en offusquer, le problème c’est que les gens n’ont pas tenu les propos qu’elle leur attribue. »
Plus féroce encore, le procureur Bilger, dans Marianne en ligne, se la paie avec un titre succulent : « Sainte, très sainte Caroline Fourest ». (1) Citons ce passage : « Caroline Fourest est douée d’un indéniable talent pour « rouler » son interlocuteur dans le velours alors que derrière, son regard manifeste à quel point son esprit est une machine de guerre beaucoup plus intolérante que les causes qu’elle pourfend. L’apparence tranquille, le ton modéré, l’impression qu’elle donne parfois de s’adresser avec patience et componction à des débiles, puisqu’ils ne pensent pas comme elle, cachent mal la froide résolution d’une personnalité qui ne s’embarrasse ni de détails ni d’exactitudes pour atteindre son but, qui est de constituer Caroline Fourest avec son histoire, ses préjugés, ses obsessions comme un modèle pour la société d’aujourd’hui. Sa feinte modestie ne l’empêche pas de se citer subtilement en exemple ».
Je ne peux m’empêcher, sur sa feinte modestie, de raconter cette histoire, qu’une féministe fourestophobe m’avait raconté : « Caroline a un tel amour d’elle même que si un jour elle se suicidait, ce serait un crime passionnel ».
Marine Le Pen ne doit pas, par ailleurs, trop s’inquiéter de la sortie de ce livre. Outre sa médiocre qualité, due à une absence de déontologie qui ne trompe plus personne, rappelons-nous des précédentes croisades de Sainte Caroline (pour reprendre Philippe Bilger).
– Avant la présidentielle de 2007, elle décide d’écrire un nouveau livre, afin de démontrer aux Français que Nicolas Sarkozy est méchant, que si les jeunes issus de l’immigration sont souvent agressifs et violents, c’est à cause des méchants policiers racistes, et que les émeutes de 2005 sont un appel au secours à la République. Bide commercial, et Sarkozy élu à 53 % !
– Lors de la votation suisse sur les minarets, Sainte Caroline est appelée au secours pour expliquer aux électeurs que s’opposer aux minarets, ce n’est pas laïque, c’est raciste, et qu’un minaret, c’est la même chose qu’un clocher d’église. Là encore, succès garanti, les Suisses écoutent Caro… et votent contre les minarets à 57 %.
Marine Le Pen et Louis Alliot ont menacé Caroline Fourest et Fiammetta Venner d’un procès, suite au nombre d’inexactitudes malveillantes relevées dans l’ouvrage. A leur place, je prierais le ciel que les médias continuent d’inviter Sainte Caroline…
Lucette Jeanpierre
http://www.marianne2.fr/Sainte-tres-sainte-Caroline-Fourest_a206871.html

image_pdf
0
0