Saisons arabes, votes islamiques et dernier livre de Glavany

Publié le 9 janvier 2012 - par - 529 vues
Traduire la page en :

Nous avons assisté à deux conférences, une à Aix avec monsieur Yadh Ben Achour, Président de la haute instance de réforme politique et de transition démocratique qui a évoqué la situation en Tunisie, l’autre à Toulon, organisée dans les locaux de la Fédération des Œuvres Laïques, avec Madame Laure Guirguis, spécialiste de l’Égypte, chercheure associée au CNRS sur la situation en Égypte.

A chaque fois on a pu entendre un discours assez semblable, du genre :

“Première partie : la Révolution, super, génial, merveilleux, magnifique…le printemps

Deuxième partie: les élections, euh…oui…bon.

La Révolution a été faite par des élites, évoluées, éduquées, les élections par la masse qui ne l’est pas.

– En Égypte de plus, la population la plus précaire, soit 40% n’aurait pas pris part au vote, et les Coptes n’ont pas voté pour les partis islamistes, partis islamistes qui ont quand même obtenu de l’ordre de 75% des sièges ( 81% selon le journal  égyptien Al-Ahram)- à mettre en relation avec  les 81% de sièges obtenus par le FIS lors des élections législatives algérienne de 1991-.

“Donc il faut voir, continuent nos conférenciers,  c’est des partis islamistes modérés, pas les salafistes certes, mais les “frères musulmans ” ou “Ennahda” ça va”.

“Et puis, tient à préciser Madame Guirguis, la charia en fait ça n’existe pas de manière précise…”, des fois que l’auditoire pourrait s’inquiéter.

Pour ce qui nous concerne nous n’en avons rien à faire. Les peuples choisissent librement leurs dirigeants et nous n’avons pas de jugements à porter sur sur leurs choix.

En revanche on est en droit de se poser des questions quand  dans Var-matin (id) Mohamed Boumetloua nous explique :

“Les communautés tunisiennes et marocaines sont importantes dans la quartier. Le printemps arabe a nourri bien des discussions. On a vu que les Tunisiens de France ont été nombreux à voter le 23 octobre dernier. Je pense qu’ils s’impliqueront également pour les élections françaises l’an prochain”.

Les Tunisiens de France”, même pas les “tunisien français” ou “les franco-tunisiens”, dénominations qui laisseraient entendre qu’ils sont Français. Non “les Tunisiens”. Des étrangers donc ? Ce qui pose le problème de la bi-nationalité.

Et puis, où vont se porter les voix de ces électeurs majoritairement islamistes ? Vous me direz que tant qu’il n’ y aura pas de candidat spécifiquement musulman!. Peut-être, mais il peut y avoir dès maintenant des négociations, des accords électoraux entre telle ou telle communauté et tel ou tel candidat ou parti.

Ce qu’il y a de sûr, c’est que les candidats et partis dits de gauche ne se privent pas pour y appeler.

Parmi toutes les marques de caresses dans le sens du poil à l’activisme musulman, on peut citer le livre paru en octobre dernier, de Jean Glavany, le Monsieur laïcité du Parti Socialiste : La Laïcité un combat pour la paix, Éditions Éloïse d’Ormesson, 2011.

Quelques citations :

“Je m’amuse des cris d’orfraie poussés par tel ou tel dirigeant politique ou commentateur selon lesquels, par exemple, les frères musulmans pourraient être partie prenante dans “une nouvelle donne” démocratique..”

et il s’appuie sur une citation de Mohamed el Baradei :

“On a tort d’avoir peur des Frères musulmans. Car il s’agit seulement d’un courant religieux conservateur qui compte d’innombrables professeurs d’université, réprouve depuis cinquante ans l’usage de la violence et se prononce en faveur d’un État laïque”.(p 212)

Ou encore :

“C’est pourquoi il faut garder raison lorsqu’on entend parler d’une soi-disant incompatibilité de l’islam avec la laïcité […] “Vous n’avez pas lu le Coran” m’écrit-on. Et je veux être franc, je ne l’ai pas lu… mais ce n’est pas la question… L’islam n’est pas plus incompatible avec les lois républicaines que ne le sont les corpus catholiques, protestants ou israélites et la culture musulmane peut trouver dans son histoire, les ressources intellectuelles lui permettant de s’accommoder raisonnablement d’un cadre laïque”(p 89)

“A travers le printemps arabe où les idées de démocratie et de liberté tentent de s’imposer… entre dictature et islamisme intégriste, ouvrant ainsi la voie à un “islam des Lumières qui n’est autre qu’un “islam laïque (p 21)

Celle là il fallait l’imaginer!                                                                                                                                  Islamisme non intégriste (ou islamisme modéré)= islamisme des Lumières= Islam laïque !

 

Tiens une dernière, mais il y en a tellement :

 

“Je me souviens de ce que disait Jacques Berque dans son interprétation littéraliste du Coran : la charia, littéralement, c’est “le chemin vers l’abreuvoir”, “la route qui mène vers”. Ça n’est donc pas une obligation ( les nouveaux dirigeants libyens doivent bien se marrer : le chemin de l’abreuvoir servira dorénavant de source à la loi .ndlr)… mais bien avant Jacques Berque…un autre penseur de l’Islam avait montré la voie. C’est Averroes. (ah le voilà! ndlr). Ce grand penseur du XIIème siècle, du temps de l’Andalousie musulmane, par sa lecture, ses commentaires, sa transmission des philosophes grecs, et notamment Aristote, est devenu une sorte de mythe, celui d’un héraut de la raison contre l’intégrisme religieux. Celui des “Lumières musulmanes”.(p 211)

Celle-là il fallait la sortir : le “héraut de la raison contre l’intégrisme religieux” quand on sait que ce  Ibn Rouchd, Averroes, était grand Cadi de Cordoue, comme son père et son grand-père, c’est à dire juge suprême, sous les califes fanatiques marocains almohades successeurs du fou de Dieu Ibn Tumart qui se prenait pour le mahdi, le guide sauveur attendu par les musulmans, pour qui la raison n’avait pas de place dans la loi islamique et à côté de qui l’Ayatollah Khomeini aurait fait figure d’enfant de cœur.

En attendant Monsieur Abdélilah Benkirane, qui vient d’être nommé premier ministre du Maroc après la victoire de son parti “Justice et développement”, qualifié de “islamiste modéré”, considère que la laïcité à la française est un concept dangereux pour le Maroc et que les laïques veulent répandre le vice parmi ceux qui ont la foi.

Ce parti islamique ne doit être que modérément modéré.

Jean Théron

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi