Bencheick utilise le salafisme pour dédouaner l’islam

Publié le 4 février 2016 - par - 2 commentaires - 2 059 vues
Traduire la page en :

Salafistes1

Dans l’émission d’Itélé consacrée au film « Salafistes », le présentateur Olivier Galzy reconnait que le projet salafiste est politique, totalitaire et mondial !
Ensuite, il présente les auteurs du film et montre un homme amputé de la main ainsi que la séquence de flagellation d’un « fornicateur », en expliquant que cette scène se passe au Mali, dans la ville de Gao qui est aux mains des Djihadistes, juste avant l’intervention française. On comprend bien la rhétorique de Galzi : cette amputation n’a rien à voir avec l’islam authentique. Elle est pratiquée par des barbares adepte du Salafisme, une branche déviante de l’islam, et l’intervention militaire française a libéré le Mali de cette barbarie.

https://www.youtube.com/watch?v=ZLrqb6sJrRA

Toute honte bue, Galzi et ceux qui l’entourent dans cette émission, font semblant d’ignorer le Coran et l’islam avec un mépris total pour le téléspectateur.
Ils ne font aucune mention du verset coranique qui prescrit l’amputation du voleur, et instaure cette barbarie comme loi « divine » :
(S5, V38) : « Le voleur et la voleuse, à tous deux coupez la main, en punition de ce qu’ils se sont acquis, et comme châtiment de la part d’Allah. Allah est Puissant et Sage. »

Avec un cynisme absolu, les cinéastes Lemine Ould M. Salem, François Margolin et l’islamologue Ghaleb Bencheikh, font semblant de ne pas comprendre la psalmodie du verset du Coran qu’on entend pendant la scène de flagellation :
(S24, V1-2) : « Voici une Sourate que Nous avons fait descendre et que Nous avons imposée, et Nous y avons fait descendre des versets explicites afin que vous vous souveniez. La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à leur punition. »

Galzi explique que ces djihadistes réclament une soumission à leur vision de l’islam, ce qui sous-entend que cette vision est erronée et n’a rien à voir avec l’islam authentique. Un peu plus loin, il précise que ce Salafisme fait penser au nazisme du siècle précédent,

Galzi demande à Bencheikh de donner son point de vue sur ce totalitarisme. Écoutons la réponse :
« Ce qui est sûr, c’est que (le Salafisme) est la négation même de ce que nous appelons l’idée du progrès, de l’humanisme, de la civilisation et de la dignité humaine ».

Alors Galzi lui demande de définir ce qu’est le Salafisme et c’est là qu’on constate tout le cynisme de Bencheikh et des autres participants. Écoutons l’islamologue prendre son air professoral envers ses chers amis téléspectateurs et affirmer :
« Le Salafisme, ça vient de Salaf… ce qui signifie les : pieux anciens. Les Salafistes veulent retourner à la pratique des pieux anciens… Pour ces Salafistes « plus on se rapproche du début des origines, plus on est purifié ». Tout de suite après, la discussion tourne sur le fait que les salafistes se rétractent de la société refusent le vivre ensemble etc. etc…

Salafistes2

De cette manière, Bencheikh évite de donner la moindre précision sur le « début de l’origine » dont on ne sait pas s’il concerne l’origine de l’islam ou une toute autre idéologie. Et ils ne reculent devant aucune hypocrisie en cachant avec cynisme les personnes considérées comme Salafs.

Dans un but clair de dissimulation et de manipulation, ils refusent de dire qui sont les Salafs. Alors que l’ensemble du monde musulman connait très bien qui sont ces Salafs. Il s’agit de :
⦁    Mahomet en tant que Prophète d’Allah et sa famille.
⦁    Ses compagnons et disciples, en particuliers les quatre premiers Califes « bien guidés d’Allah » : Abu Bakr, Omar, Uthmane et Ali.
⦁    Leurs enfants qui les ont suivis à la perfection (2ème génération), et dont une grande partie a connu Mahomet de son vivant.
⦁    La génération suivante qui les ont également suivis à la perfection (3ème génération).

Le Coran commande aux musulmans de suivre l’exemple de Mahomet ainsi que les autres Salafs, qui sont les croyants par excellence :
(S4, V115) : « Et quiconque fait scission d’avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un sentier autre que celui des croyants, alors nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons dans l’enfer. Et quelle mauvaise destination. »
(S33, V21) : « Vous avez dans le Messager d’Allah un excellent modèle [à suivre], pour quiconque espère en Allah et au Jour dernier et invoque Allah fréquemment. »

On voit bien que Bencheikh évite comme la peste, de désigner par leurs noms ces Salafs, puisque ces Salafs sont les fondateurs de l’islam et se nomme Mahomet, ses disciples, ses successeurs à la tête du Califat : Abu Bakr, Omar, Uthmane, Ali, ainsi que leurs enfants et petits-enfants. Le fait de cacher cette vérité aux téléspectateurs relève de la Taqiyah la plus infâme.

S’il désignait les Salafs par leur nom, Bencheikh reconnaitrait que Mahomet et ses disciples sont des extrémistes fanatiques et que l’islam n’est rien d’autre qu’une idéologie totalitaire, barbare et contraire à toute idée d’humanisme ou de progrès.

Il reconnaitrait ainsi que le Salafisme n’est rien d’autre que l’islam, et Il serait dans l’obligation de conclure que l’islam, depuis son instauration par Mahomet, a toujours été une idéologie totalitaire, conquérante, esclavagiste et contraire à toute idée d’humanisme.

Et quand Bencheikh, affirme que les salafistes vont entreprendre le Jihad pour assouvir leur avidité, il devrait reconnaitre que Mahomet et ses compagnons ont agi exactement de la même manière. Ils ont décapité, massacré, pillé, volé et réduit à l’esclavage sexuel les filles et les femmes de leurs victimes.

Galzi renchérit dans la manipulation, en affirmant que ce salafisme, qui n’aurait rien à voir avec l’islam, constitue un totalitarisme, au même titre que le nazisme au siècle dernier : ce Salafisme aurait pris naissance dans des esprits dérangés qui manipulent les textes sacrés de l’islam. Et on n’explique nulle part où ces textes sacrés ont été manipulés. On évite de citer ces textes sacrés, parce qu’on sait très bien que les actes des Salafistes sont en parfaite cohérence avec ces textes qu’on cache avec cynisme aux téléspectateurs.

L’autre manipulation immonde, consiste à laisser entendre que ces barbaries (mutilation, lapidation, décapitation, flagellation …) ne sont pratiquées que par les Salafistes.

Salafistes3

Or Bencheikh, comme tous les autres, savent qu’elles sont prescrites par les textes sacrées de l’islam, et qu’elles ont été pratiquées par Mahomet lui-même, ainsi que par ses disciples et successeurs.

Et aujourd’hui encore, ces barbaries sont pratiquées dans le monde musulmans et figurent dans les législations officielles conformément au Droit musulman.
Je prendrais comme exemple, les lois officielles de deux pays amis de la France et dont on accueille les dirigeants avec un faste indécent : l’Arabie et l’Iran.
Sur le site d’Aljazeera, on pouvait lire la condamnation à mort par lapidation d’une femme en Arabie saoudite : « Sri Lankan maid spared stoning sentence in Saudi Arabia. The 45-year-old woman, who was convicted of adultery in August, Sri Lankan official says. » (23-12-2015)

http://www.aljazeera.com/news/2015/12/sri-lankan-maid-spared-stoning-sentence-saudi-arabia-151223130722929.html

En Iran, le code pénal islamique est basé sur des châtiments corporels comme la peine de mort par lapidation, crucifixion ou faire chuter la victime du haut d’un rocher, la torture et les châtiments inhumains comme les mutilations, les amputations ou la flagellation.

http://www.iranfocus.com/fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7998:connaitre-le-systeme-legal-iranien&catid=4:femmes&Itemid=29

À titre d’exemple, on citera cet article:
Article 63-64 : « Adultère se dit d’accouplement d’un homme avec une femme qui lui est en principe interdite, même sous contrainte ; sauf des cas de doute à propos de la pénétration. L’adultère entraîne une peine de flagellation ou la lapidation, l’adultère doit être prouvée par le témoignage de 4 hommes justes ou 3 hommes et 2 femmes justes. »

Ce tableau montre que la différence entre l’islam de Mahomet, d’Iran, d’Arabie saoudite ou l’islam pratiquée par Daesh ou les Salafistes, il est très difficile de trouver une différence :

Salafistestablo

Comme on peut le constater, cette émission et ce film participent à une immense manipulation de l’opinion : exonérer l’islam et les pays « amis » de la France de cette barbarie que représentent les châtiments corporels prescrits dans le Coran. Il faut à tout prix laisser croire que ces barbaries ne sont pratiquées que par de fous Salafistes qui n’ont rien à voir avec l’islam.

Et cette immense hypocrisie ne se limite pas aux médias. Elle est pratiquée par les gouvernements occidentaux. Pour quelques contrats, les chefs d’Etats comme Hollande, Sarkozy, Obama et tant d’autres n’hésitent pas à se prosterner devant des Mollahs et des monarques moyenâgeux.

Salafistes4

On éprouve un immense sentiment de dégoût, quand on voit le gouvernement italien couvrir de carton les statues et les œuvres d’art qui sont la fierté de l’Occident et de sa culture millénaire. Ce gouvernement s’abaisse d’une façon abjecte devant un Mollah iranien. Ce mollah n’est pas choqué par le spectacle de la barbarie sanguinaire prescrite par Allah : la lapidation, la flagellation ou les mutilations lui sont familières. Mais il lui est insupportable de passer devant des statues sublimes représentant le corps humain. À ces œuvres d’art qui illuminent la civilisation, il préfère les ténèbres de la Charia. Le plus grave, c’est que nos gouvernements, en dhimmis consentants, insultent leur propre peuple en se prosternant devant ce mollah et en reniant toutes les valeurs fondatrices de notre civilisation millénaire.

Zohra Nedaa-Amal

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Kader Oussel

J’aime bien vos articles toujours éclairants sur l’islam. A leur lecture, on comprend combien nos démocraties, à commencer par leurs gouvernants sont faibles ou aveugles, ou les deux ! L’étau se resserre pourtant, mais tous font semblant de ne pas voir. Il est vrai que dans nos palais, aux murs dorés, la réalité parvient déformée. Cette absence de dignité, ces renoncements publics font peine à voir. Le plus drôle, si l’on peut dire, c’est qu’à Rome, Hassan Rohani aurait signalé en passant devant les dits-cartons qu’il n’avait rien demandé !

André

Un algérien m’a envoyé ce message:

Voilà la propriété privée en France de celui qui se veut commandeur des croyants,alors que les enfants de son pays courent derrière les touristes occidentaux pour quémander une pièce ou se proposent à leur cirer les chaussures.

http://telquel.ma/2013/08/21/Enquete-exclusive-Le-roi-de-Betz_546_5271

Lire Aussi