Sale temps pour le Yéti : Dupond-Moretti humilié par Castex

Sale temps pour le Yéti : sur décision du Premier ministre, Dupond-Moretti est dessaisi de l’enquête administrative à l’encontre de magistrats du PNF.

« La politique est le second plus vieux métier du monde. Plus ça va, et plus je lui trouve de ressemblance avec le premier ».
Ronald Reagan

Le 24 juin dernier, une quinzaine de jours avant la nomination d’Éric Dupond-Moretti au poste de garde des Sceaux – le 6 juillet suivant –, l’hebdomadaire Le Point révélait que, dans le cadre de l’enquête qu’ils menaient sur l’existence d’une éventuelle « taupe » au service de Nicolas Sarkozy au sein de l’appareil judiciaire, des magistrats du parquet national financier (PNF) étaient allés jeter un œil sur les « fadettes » (factures détaillées : documents listant les appels entrants et sortants d’un abonné) de plusieurs avocats, dont celles de Dupond-Moretti. Six jours plus tard, ce dernier, qui n’était donc pas encore garde des Sceaux, déposait une plainte pour « abus d’autorité » et « atteinte à la vie privée », dénonçant les « méthodes de barbouzes » (sic) du PNF. Ambiance…

Le 15 septembre dernier, au terme d’un rapport de 129 pages, l’Inspection générale de la justice (IGJ) concluait que l’analyse de ces « fadettes » n’avait rien d’illégal, relevant néanmoins quelques dysfonctionnements mineurs dans la procédure. Trois jours plus tard, Dupond-Moretti annonçait saisir de nouveau l’IGJ à l’encontre de trois magistrats du PNF, dont Me Éliane Houlette, (partie en retraite en… avril 2019 !), qui dirigeait le parquet au moment des faits.

Aller jusqu’à poursuivre des retraitées, c’est ce qui s’appelle avoir la niaque. Par ailleurs, on n’imagine pas l’IGJ se dédire et pondre un nouveau rapport aux conclusions opposées à celles du premier. Oui, mais entretemps, Dupond était devenu ministre de la Justice du gouvernement, ce qui changeait quelque peu la donne. Dans sa nouvelle fonction, il lui était loisible d’interférer sur les décisions de l’IGJ à l’encontre du PNF. En théorie non, bien entendu, puisque l’IGJ est une instance indépendante, tout étudiant en premier année de Droit vous le dira. Mais en pratique, allez savoir : un coup de fil comminatoire est si vite donné… Dupond, garde des Sceaux flambant neuf, ne jouissait-il pas d’une aura rutilante ? L’enquête du PNF ayant finalement été classée sans suite, notre homme décidait de retirer sa plainte, qui serait de toute façon restée sans effet, et d’agir de manière plus souterraine. L’« abominable homme des prétoires » (dixit les réseaux sociaux) n’est en effet pas du genre à passer facilement l’éponge. Comme l’aurait dit François 1er : « Souvent a la hargne le Yéti, bien avisé qui s’en méfie ».

Comme le fait remarquer Élise Van Beneden, la présidente d’Anticor :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Anticor#:~:text=Un%20article%20de%20Wikip%C3%A9dia%2C%20l’encyclop%C3%A9die%20libre
« Avant d’être nommé ministre, Éric Dupond-Moretti a porté plainte [contre le PNF]. Même si cette plainte a été retirée entre-temps, il a toujours un intérêt moral personnel dans le résultat de l’enquête déontologique qu’il a dirigée contre des magistrats l’ayant personnellement visé ».

Mais ce n’est pas tout. Dans un article de Paris-Match daté du 5 août dernier – Dupond étant donc bien ministre –, article délicieusement intitulé « Vacances amoureuses sur la Côte-d’Azur », on peut voir notre garde des Sceaux en la sympathique compagnie de Thierry Herzog, un « pote de toujours » qui se trouve être l’avocat historique de… Nicolas Sarkozy. Le monde est décidément petit. Or, ce même Sarkozy sera jugé le 23 novembre prochain pour corruption dans le cadre de l’affaire Bismuth-Azibert, une affaire politico-financière dans laquelle toujours le même Sarkozy, président de la République française au moment des faits, aurait tenté d’influencer des magistrats de la Cour de cassation sur une autre affaire le concernant, l’affaire Woerth-Bettencourt, via son premier avocat général, Gilbert Azibert. Vous me suivez ? Et qui portera l’accusation contre Sarkozy ? Je vous le donne en mille… Le PNF !

Comme l’explique Élise Van Beneden : « Le garde des Sceaux est le supérieur hiérarchique des magistrats du PNF. [Lors de ce procès], ces magistrats vont devoir requérir contre un homme que tout un chacun sait être le meilleur ami de leur patron ». Pour Jérôme Karsenti, l’avocat d’Anticor : « Au-delà de cette affaire personnelle, Éric Dupond-Moretti est là pour affaiblir le parquet national financier qu’il a toujours stigmatisé ». Le 8 octobre dernier, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a de son côté demandé au garde des Sceaux des « précisions sur de possibles conflits d’intérêts » dans l’affaire du PNF. La HATVP, instance indépendante, ne porte pas a priori Dupond-Moretti dans son cœur, ce dernier (à l’époque simple avocat) l’ayant qualifiée d’« espèce de truc populiste ». On peut être davantage aimable.

Le manque d’empathie entre notre Dupond et le PNF date vraisemblablement de l’affaire Cahuzac. Vous vous souvenez : Jérôme Cahuzac, c’est ce socialiste qui vous ment les yeux dans les yeux…
https://www.lepoint.fr/societe/l-affaire-cahuzac-premiere-victoire-pour-le-jeune-parquet-national-financier-10-12-2016-2089472_23.php#

Alors qu’en première instance, Cahuzac avait été condamné à trois ans ferme, son avocat Dupond-Moretti avait en appel eut l’astuce de demander que cette peine soit alourdie, passant de trois ans ferme à quatre ans. Oui, mais avec deux ans ferme seulement, et deux ans avec sursis. Les deux ans ferme ont fini par se transformer en un simple port du bracelet électronique. Grâce à l’avocat des pauvres et des déshérités, Cahuzac n’a donc pas fait un seul jour derrière les barreaux. Bravo l’artiste !

Au vu de cette série d’affaires peccamineuses – et nonobstant le vent de fronde qui souffle dans la magistrature à l’encontre de l’intéressé –, le Premier ministre Castex a donc décidé d’écarter le garde des Sceaux de l’enquête administrative à l’encontre de magistrats du PNF. « Sur la proposition du garde des Sceaux » (sic), le Premier ministre reprend la main sur les « actes de toute nature relevant des attributions du garde des Sceaux, ministre de la Justice, relatifs à la mise en cause du comportement d’un magistrat à raison d’affaires impliquant des parties dont il a été l’avocat ou dans lesquelles il a été impliqué (…) ». Si ce n’est pas un désaveu en bonne et due forme, ça y ressemble furieusement.

Pour le Premier ministre Castex, la résolution du « casse-tête Dupond-Moretti » pourrait relever d’une unique thérapeutique : la démission pure et simple de l’intéressé. Après tout, pourquoi pas ? Interrogé en 2018 sur LCI au sujet d’une possible nomination au poste de garde des Sceaux, Dupond-Moretti n’avait-il pas répondu : « Personne n’aurait jamais l’idée sotte, totalement saugrenue, incongrue, invraisemblable, de me proposer cela. Ce serait un bordel, mais alors… ».

https://www.lci.fr/politique/video-remaniement-garde-des-Sceaux-quand-eric-dupond-moretti-assurait-qu-il-n-accepterait-jamais-d-etre-ministre-de-la-justice-2158697.html

Bien vu, Dupond. Pour un bordel, c’est en effet un sacré bordel…

Henri Dubost

image_pdf
0
0

15 Commentaires

  1. C’est pas croyable toutes les casseroles que se traîne le SARKO !
    Il a trempé dans toutes les affaires louches des 25 dernières années.
    Faut pas s’étonner qu’il ait perdu les clés du karcher…
    Et il y a encore des zinzins assez extasiés et assez béats pour lui dire à la signature de ses livres : « Revenez ! Revenez ! »…..
    Bref, là je crois qu’il a compris avec la rouste électoral qu’il s’est prise en 2017 et que nous en sommes ENFIN définitivement débarrassés ! OUF….
    OUPS ! J’avais oublié que Macron s’en sert de « conseiller principal » !
    My God ! Après on s’étonne que la FRANCE est devenue un super BORDEL !

  2. Le ducon moretti noirra son humiliation dans l’alcool il n’est plus a un verre près.

    • Il n’y a certainement pas que ça. Il doit bien s’enfiler des rails de farine Francine avec le pd de dictateur qui squatte à l’Elysee.
      Une analyse ne serait pas du luxe: nul doute qu’on y trouverait trop de sang dans l’alcool et la coke.

  3. Cela commence à sentir de plus en plus le chaud : les crabes commencent à se bagarrer entre eux, l’étape suivante sera les rats quittent le navire.

  4. À tribunaux d’exception, mesures d’exception!
    Il avait déjà les juges roses à la Tournaire, et il y a aussi les parquets spéciaux créés par la hollando-macronie.
    Faits pour tuer l’opposition sous la « houlette » de djuges « complaisants.
    La macronie ne va pas laisser D Moretti dévoiler les grosses ficelles qui réunissent le pouvoir de la djustice indépendante et l’exécutif. Y’a des limites!
    Y’avait qu’a pas prendre D Moretti. Y doit bien rester des postulants inemployés sur la liste des députés et ministres recrutés sur internet-savonet’?

    Le déconfineur-hagard castex attend la démission du courageux D Moretti.
    Tout baigne en communautaristan!

  5. ce cochon fait sale sur lui ,,,a quand la détection de cocaïne ,si vous le virer c’est petits copains pudukus vont pas êtres contents !!!!

  6. Bon, alors le D-M devrait être en taule, si j’ai bien compris. Défenseur des muzz tueurs, c’est être complices des dégénérés de l’islam.

  7. D-M est ministre de la république française. A ce titre il doit consacrer 100% de son temps à son ministère (il est payé pour ça) et être dessaisi de toute affaire ou activité relative à son statut d’avocat qui relève du privé jusqu’à la fin de son mandat.
    Il a accepté le poste, qu’il assume.

  8. Encore une fois, Sarkozy est dans un truc pas clair.
    Sarkozy, je l’imagine bien en insecte dans la pub « Baygon », Sarko-le-cafard qui fait « cr-cr-cr-cr »

  9. mais attention, aller au bordel , depuis les années hollande,est susceptible d’être verbalisé !

    • Y aller oui .
      Mais quand on en dirige un ,on n’y va pas puisqu’on y est.

  10. De même que Chie et Raque n’a jamais fait de taule non plus que Ali jupette, ça m’étonnerait bien que Sarkome de Kaposy en fasse..
    C’est bien ça le problème .. alors que même Al Capone a fini par tomber, mais eux non.

    • Et Pasqua, l’ex-mentor de Sarkösy, a t-il été un seul jour en zonzon ? Non bien sûr et pas de paix à son âme !

  11. Le ministre bling bling Dupond fait faire sa promotion via les médias qui le surnomment  » l’ogre de la justice  » pour lui donner une épaisseur mentale qu’il n’a pas.
    La décapitation opérée par ses potes racisés a freiné son élan médiatique. Il se retrouve comme un con.

Les commentaires sont fermés.