Sales Blancs ?

Personne n’est ni tout blanc ni tout noir, et la notion de race, nous dit-on, n’a pas de validité scientifique. Cela n’empêche pas la plupart des gens de considérer qu’il y a des Blancs et des Noirs, en dépit de la diversité de couleurs et de types chez les uns comme chez les autres. Or, ces derniers temps, les Blancs sont plutôt mal vus, ravalés au rang de rebut de la Terre et de véritables vermines. Peut-être faudrait-il nuancer légèrement le propos.

Parlons des Blancs européens, ou d’origine européenne comme les Américains – on le précise car les Arabes, par exemple, sont aussi des Blancs, bien qu’ils donnent parfois l’impression de ne pas être au courant… Dans l’histoire du monde, on conviendra que les Blancs ont joué un rôle dans les domaines de la pensée et des arts. Le premier rôle ? On ne se prononcera pas, certains feront valoir à juste titre les contributions de la Chine, de l’Inde, de la Perse, et avant cela de l’Égypte antique et de Sumer. Passons sur Platon, Pascal, Spinoza, Vermeer et J.-B. Bach, arrêtons-nous sur l’histoire des réflexions concernant l’homme et la conduite des hommes, c’est-à-dire la politique.

La notion même de « personne », liée à celle de l’âme individuelle, d’origine judéo-chrétienne, a joué un rôle fondamental en Europe dans l’émancipation des hommes (et aussi des femmes, quoi qu’on dise). Les idées de liberté, de justice sociale sinon d’égalité, et de solidarité en ont résulté. Et c’est bien l’Europe qui a aboli l’esclavage, plaie universelle remontant à l’aube des temps.

La contribution la plus éclatante des Blancs européens à la condition humaine se situe toutefois dans les domaines des sciences et techniques et du savoir médical. Quelques inventions capitales pour aller vite : la machine à vapeur, le train, l’électricité, la photo, le cinéma, l’aviation, la vaccination, la merveilleuse pénicilline – qui a notamment sauvé des dizaines de millions de tuberculeux – et les antibiotiques, la radio, la télévision, l’informatique, la carte à puce, Internet… Quelques noms pour aller chercher dans l’histoire le souvenir de héros du genre humain : Michael Faraday, Edward Jenner, Pasteur, Alexander Fleming, Thomas Edison, Alan Turing… Et deux ou trois Français bien placés dans cette course vers la lumière : Denis Papin (machine à vapeur), Niepce et Daguerre (photo), Pasteur, les frères Lumière, Clément Ader (aviation), Roland Moreno (carte à puce)…

Convenons sans acrimonie que les méchants Blancs européens ont quand même accompli quelques bonnes actions. Quelques mauvaises aussi, naturellement, la colonisation étant le reproche majeur qui leur est fait. Notons que les Arabes et les Turcs les ont précédés dans ce forfait, plus efficacement d’ailleurs, car eux occupent toujours une bonne part des territoires conquis.

Il aurait mieux valu, peut-être, que la colonisation n’eût pas lieu, mais elle était sans doute inévitable pour deux raisons : la différence de puissance économique et militaire entre l’Afrique et l’Europe, et le besoin d’expansion d’une Europe qui connaissait un développement prodigieux. Mais comme le rappelait récemment un auteur africain, la colonisation – 80 ans – n’est qu’une parenthèse dans l’histoire de l’Afrique.

Certes, des intérêts particuliers ont prospéré de manière outrancière voire criminelle dans les colonies, mais la France, par exemple, ne doit pas sa prospérité au pillage de l’Afrique, comme certains le disent. La France, comme les autres pays d’Europe, a dû sa prospérité – d’ailleurs déclinante – à des siècles de labeur. Rappelons le sort des paysans, dont beaucoup, pendant des siècles, étaient des esclaves (des « serfs »), propriétés de leur seigneur.
Le « privilège blanc », qui leur est aujourd’hui reproché, fut aussi celui de se faire tuer par millions pendant deux guerres mondiales. N’oublions pas non plus le sort terrible des ouvriers européens au XIXe siècle et dans la première moitié du suivant. Un sort qui, dans bien des cas, n’était alors guère plus enviable que celui des peuples colonisées.

La colonisation, c’est fini depuis soixante ans. Elle a laissé sur place des réalisations utiles, dont certaines fonctionnent encore. Elle a amélioré durablement l’état sanitaire des populations et jeté les bases d’un système de santé, ainsi que d’un système d’enseignement. Mais on peut se demander si sa conséquence la plus importante n’est pas l’immigration considérable et visiblement excessive que connaît l’Europe depuis bientôt un demi-siècle.
Je pense pour ma part, en conclusion, que la couleur de peau n’est pas si importante. D’abord, je suis un être humain, ensuite j’ai une appartenance culturelle et géographique, je suis un Français, un Malien ou un Polonais. Enfin, oui, je suis noir ou blanc, ce n’est pas sans importance, sans doute, mais c’est quand même secondaire. Je me souviens de ce Français d’origine africaine déclarant paisiblement : « Être noir n’est pas une cause. »
Et être simplement « un être humain » ? C’est plutôt un devoir, je crois, et il y a du boulot.

Didier Blonay

image_pdf
0
0

28 Commentaires

  1. « …Personne n’est ni tout blanc ni tout noir, et la notion de race, nous dit-on, n’a pas de validité scientifique… » Si, moi je suis tout blanc et rien que blanc ! Juste parce que ma mère était blanche et rien que blanche et mon père était blanc et rien que blanc. Et les mitigeurs fous, je les emmerde ! Quand aux races qui n’existent pas, vous expliquerez pourquoi une greffe de moelle osseuse d’un africain sur un caucasien ne prend pas. Idem entre un asiatique et un africain. Pas plus qu’on ne peut greffer un rameau de peuplier sur un cerisier. Même si ça défrise certains…

    • Mais on peut quand même se mélanger. Faite l’expérience, vous verrez c’est bon.

  2. Après avoir eu des copines noire, je peut dire que c’est filles avaient un grand coeur
    une grande gentillesse. Celle que j’ai connu n’avaient aucune méchanceté. Voilà, mais dans toutes les ethnies il y a la boue, que peut on faire. C’est triste.

  3. De toute façon vous aurez beau expliquer tout ça…nous le savons et ils le savent aussi.
    Il n’est donc pas nécessaires de se justifier, ce serait d’une certaine façon demander des excuses ou des circonstances atténuantes alors que nous n’avons pas à nous sentir responsables de leurs frustrations ou coupables de leur incapacité à vivre autrement que comme des pique-assiettes. Ces peuples n’ont pas su avancer, créer ce que nous avons créé, ils n’en ont pas été capables et nous n’y sommes pour rien.
    Il est temps de défendre âprement notre civilisation. De refuser le relativisme et le multiculturalisme. De dire :  » nous sommes chez nous, et chez nous on fait selon les coutumes qui ont cours chez nous, ou alors on se barre « .

  4. La pénicilline en fait est arrivée en France avec les américains alors que beaucoup étaient en train de mourir dans des sanatoriums, attribuée à Flemming mais ça semble plus compliqué que ça quant à attribuer la découverte à un seul chercheur, mais dès qu’elle a pu être administrée, les patients commençaient à guérir.

  5. Désolé mais l’arabe n’est pas blanc !
    L’arabe est gris souris !
    L’ensoleillement explique en partie les différentes teintes de l’humanité !
    Un blanc mal lavé devient gris !
    Il faut demander à Rokhaya Diallo, qui veut voir du noir partout, si le sperme de son père est noir ?

    • si tu veux on t échange ton baril d ariel contre deux baril d’ HOMOS et hop krapoto basta et en plus si bibi déçu monnaie rendue !

    • Les arabes appartiennent au groupe caucasien que vous le vouliez ou non c’est comme ça.

  6. A quelques remarques près, si C Ader aurait fait un bond de quelques mètres, ça n’a jamais été prouvé, en revanche les frères Wright sont les inventeurs de l’aviation, et les anglais celle du train, utilisant la machine à vapeur, mais le train est né en Angleterre. La couleur des gens, pour moi c’est comme l’importance de la couleur de 2 voitures identiques, on remarque que l’une est bleue, l’autre et jaune, mais c’est malgré tout la même voiture. Racisme, un exemple, au Bénin où je travaillais, un jour je fais remontrance à un béninois qui m’avait fait faux bond, plus je le sermonnais, plus il riait. je lui demande « en plus ça te fait rire » et il m’explique qu’il était ravi d’être traité de la sorte, parce qu’un raciste n’aurait jamais osé faire ça. craignant d’être traité de raciste.

  7. J’ai remarqué que tous ces gens ont surtout des insultes à connotation sexuelles : niquer, enculer, violer, sale pute, putain de ta race, je baiserai etc… Est-ce que celà reflèterait la véritable nature de leur psyché esclave de leur cerveau reptilien?… Allo. docteur Freud…

  8. J’ai récemment entendu yann moix affirmer que nous avons tous, nous les humains, le même ADN…et qu’il n’y a pas de races différentes dans notre espèce..Alors pourquoi ne se rebiffe-t-il pas contre ces » noirs » qui nous traitent de  » racistes  » à nous les blancs ? Et toutes ces manifs des noirs pour défendre leur cause ? S’ il faut, pour faire plaisir à cet abruti de moix, changer le mot  » race » par un autre mot équivalent, qu’il le trouve ..

  9. exprimer une opinion globale d’après la couleur de peau n’est ce pas le fondement du racisme ? c’est ce que viennent faire chez nous les africains soutenus par les collabos corrompus qui nous les imposent ! essayez donc l’inverse, juste pour voir…

  10. Toute les inventions sur terre c est l homme blanc , a part les jaunes qui sont comme nous des bâtisseurs , les arabes et les noirs n ont rien inventé , par contre venir mangé le pain des blancs en Europe , sa ils savent le faire en nous crachant dessus , les blancs sont des bâtisseurs , nous avons construit des continents entiers , les Amériques , l Australie et tout l hémisphère nord de la planète ont été construit par les blancs tandis que les autres races n ont pas été fichu d inventer la roue alors oui l homme blanc est la race supérieur sur terre

  11. valls lui même reconnait devant les faits la guerre raciale
    les dray et autres parlent de guerre ethnique
    alors, définition de race:
    Population animale résultant de la subdivision d’une même espèce possédant un certain nombre de caractères communs transmissibles d’une génération à la suivante.
    le pire, ce sont les sots qui veulent jouer au malin

    • valls se gargarise avec les degats qu’il a organisés avec les autres BIIIP depuis des années

  12. La conclusion est quelque peu sans relation avec l’ essentiel de cet excellent texte.

  13. Il y a des races humaines, mais il n’y a qu’un genre humain.
    C’est aussi simple que cela et ça ne devrait même pas donner matière à débat.

    Tout le reste n’est que mensonge et idéologie de gauche, propagande et bourrage de crâne.

    • C’est comme les pommes il y a la golden la grany smith …. Mais ce sont toutes des pommes.

Les commentaires sont fermés.