Salon du Bnai Brith : le couard Goasguen fait interdire Riposte Laïque et Résistance républicaine

Publié le 7 novembre 2014 - par - 2 771 vues
Traduire la page en :

goasguenCela devient une habitude au B’naï Brith. Riposte laïque et Résistance républicaine sont appréciés des dirigeants du B’naï Brith Paris mais honnis par la direction nationale, sans doute trop proche du CRIF et, partant, de Claude Goasguen, qui met sa mairie à disposition une fois par an pour le salon du Livre.

Nous avions déjà siégé, Maurice Vidal, Pierre Cassen et moi, en 2010, sans qu’il y ait eu la moindre protestation ni le moindre souci avec les organisateurs. Cela s’était gâté l’année suivante, quand l’inénarrable Corbière avait réclamé notre interdiction, soutenu par le non moins inénarrable gauchiste Mestres, qui avait carrément appelé Goasguen pour lui sonner les cloches. Le résultat avait été rapide : annulation des invitations de Pierre Cassen, Christine Tasin, Yvan Blot…

En 2013 ? Curieusement, pour Claude Goasguen, la présence de Riposte Laïque ne pose plus de problèmes, et donc Pierre Cassen, venu présenter le livre « Opération Pédalo » de Paul Le Poulpe, et René Marchand, venu dédicacer « Reconquista ou Mort de l’Europe », sont les bienvenus. Seul incident à noter le président du Bnai Brith France, un nommé Dahan, se répandit sur les radios juives pour protester contre la présence de Pierre, et présenta même, dans un communiqué ridicule, ses excuses aux auteurs présents, qui, pourtant, ne paraissaient nullement incommodés, bien au contraire, par sa sympathique présence.

En 2014, les organisateurs, rassurés par le scénario de 2013, avaient invité Pierre Cassen, Elisabeth Lalesart et Christine Tasin. Apparemment, le sinistre Dahan avait à nouveau tenté de nous faire interdire, suscitant ainsi une réaction de certains des organisateurs qui avaient publié un véritable dossier montrant que, face à Gaza l’islamiste et la violence, nous avions pris le parti de la démocratie et de la civilisation avec Israël.

Cela n’a pas apaisé l’ire des traîtres à la cause occidentale (et donc ipso facto à la cause juive) qui sont allés pleurer auprès du bon Dieu, c’est-à-dire de Goasguen… Et là, stupeur, le maire de Paris 16e s’est couché, et a fait savoir aux organisateurs, ce jeudi, à 17 heures, qu’il ne souhaitait pas la présence de Riposte Laïque, ni celle de Christine Tasin. Nous savons qu’ils nous soutiennent dans notre lutte contre l’islam, ils sont lucides, eux, sur la montée de l’antisémitisme en lien avec l’islamisation de la France, mais ça ne se fait pas, de revenir sur sa propre invitation à deux jours d’un salon… Nous les aurions espérés plus courageux ! A qui fera-t-on croire que Goasguen aurait annulé la mise à disposition de sa Mairie deux jours avant le salon s’ils n’avaient pas obtempéré ?

Je suis lasse de tous ces patriotes qui n’ont pas le courage d’assumer leurs choix et leurs idées. Trop c’est trop.

Quant à Goasguen… Nous l’avions rencontré, Pierre et moi, au printemps 2011, au moment du fameux débat sur l’islam lancé par Sarkozy, rebaptisé débat sur la laïcité pour ne pas stigmatiser les pauvres musulmans… Le moins qu’on puisse dire est que la discussion avait été courtoise, voire complice… mais nous avions compris que Goasguen ne pensait pas, n’avait pas de convictions, il était et est encore apparemment un simple animal politique qui fait ce qu’on lui dit et se moque de l’islam comme de ses premières chaussettes. Il se dit l’ami des Juifs, mais fait virer d’un salon littéraire organisé dans sa mairie ceux qui combattent avec le plus de détermination les admirateurs de Merah, Nemmouche ou Fofana. Il se dit de l’aile des durs de l’UMP, en réclamant la fin de l’AME. Mais au premier coup de sifflet, il rentre dans le rang. Sans doute préfère-t-il s’assurer les bonnes grâces des islamo-collabos Sarkozy, Juppé ou Fillion qui aspirent à diriger son parti, demain. Bref, cela s’appelle une planche pourrie.

Quelle honte ! Comment les Français peuvent-ils élire de pareilles serpillères ?

Nous vivons une crise sans précédent, nous sommes attaqués par l’islam et par les dirigeants socialistes de notre pays. Mais l’UMP Goasguen tire à boulets rouges sur ceux qui défendent l’occident et tout ce dont ses amis, juifs ou pas, sont les héritiers.

Le plus drôle – en fait c’est fort triste – c’est qu’aucun des trois livres que nous devions présenter et dédicacer n’était consacré à l’islam… Le Guignol de l’Elysée faisait la fête à Hollande, Pas de voile pour Marianne était l’autobiographie d’une née iranienne amoureuse de la France, Qu’est-ce qu’elle vous a fait la République un rappel de nos fondamentaux…  Ça pue sérieusement le stalinien à la Mairie du XVIème…  La chasse aux sorcières est ouverte !

Le 15 novembre 2009 lors du 14e Salon d’écrivains engagés Goasguen avait déclaré :«  Ce salon d’écrivains engagés est le dernier bastion de la défense des droits de l’Homme, le dernier espace de liberté contre les préjugés ».

On en a assez des faux-culs. Vous pouvez écrire, poliment mais clairement, votre désaccord à ce Maire indigne qui utilise le pouvoir que le peuple lui a donné pour lécher les babouches de quelques puissants dhimmis. Vous pouvez aussi écrire à l’UMP pour dire, tout aussi courtoisement, votre façon de penser à propos de leurs élus, qui ne valent pas mieux que les islamo-collabos du Parti socialiste, ou les nouveaux dhimmis du FN Maxence Buttey, Dutheil de la Rochère, Dussaussaye et autres maires du Pontet…

Christine Tasin

Mairie du XVI ème

71 avenue Henri Martin
75775 Paris CEDEX 16

Tél : 01 40 72 16 16
Fax : 01 40 72 16 53

http://www.mairie16.paris.fr/mairie16/jsp/site/Portal.jsp?page=contact&id_contact_list=2

UMP

http://www.u-m-p.org/contact

Christine Tasin

Résistance républicaine

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi