Origines de la polémique au Salon 2011 des écrivains « engagés » du Bnai Brith

Publié le 25 novembre 2011 - par - 1 010 vues

Toute la polémique, autour de ce Salon 2011 d’écrivains engagés, mérite des explications dans la sérénité. Rappelons qu’elle est née sous les pressions exercées – par un journaliste du Monde connu pour son militantisme politique proche du PCF et d’un élu du 12e, conseiller de Paris, mélenchonien. Des pressions exercées sur le député-maire hébergeant ce Salon. Ainsi, de concert, avec  le président du B’nai B’rith France, cette alliance autoritaire s’est alors renforcée. De là, naîtra une volonté politique commune de censurer, d’une part, des personnes morales (des auteurs de cet îlot de résistance, de ce village gaulois). D’autre part d’interdire d’expression des personnes physiques (Christine T, Pierre C, Louis  C et Yvan B).

Ce chantage médiatique a finalement mis ce Salon d’écrivains « engagés » de  2011 sous influence politique. Un comble d’intolérance qui nie les finalités créatives et d’ouvertures que les organisateurs de ce Salon se sont données dès sa naissance ! Un rejet abject qui exclut, qui diabolise en qualifiant de fasciste et de raciste, chaque adversaire politique qui ne pense pas comme eux, qui n’écrit pas comme eux, qui ne se couche pas devant leur diktat de commissaire politique à l’image des régimes totalitaires, décrits lors d’un précédent article.

Quelles fautes ont-ils commis pour subir l’exclusion de l’anathème ?  

1-D’abord ne pas être juifs ! Dixit le président du BBF,  dans son droit de réponse au journal Le Monde, à Abel Mestre propos de son article du 4 nov. Sur le blog de « droites-extrêmes.blog ».  http://www.bbfrance.org/Droit-de-reponse-du-B-nai-B-rith-France-au-journal-le-MONDE_a69.html.

[…Son association ne pactisera ne rencontrera, ni ne discutera avec des dirigeants d’extrême droite.  Puis de préciser qu’Yvon Blot et Louis Chagnon ne participeront pas à ce Salon et que cette initiative locale est une fâcheuse erreur. [Entendez erreur de casting !].  Rappelant même que ce Salon est d’abord réservé aux auteurs juifs…]

2-Pourquoi évincer des personnes dérangeantes ? Parce qu’elles militent et adhèrent ouvertement, par pur idéal républicain aux valeurs nostalgiques de la France ? Des défenseurs inlassables de la République sociale, laïque et féministe… Le fait d’alerter, sur le fascisme politico-religieux qui transforme et domine subrepticement la France avant de menacer l’Europe depuis trente ans, mérite-t-il le pilori que l’on réserve aux sales racistes ? Pour avoir demandé à l’ensemble des élus politiques de ce pays de faire appliquer le respect de la République, fait-il  ressembler les auteurs ( issus de la gauche) à d’authentiques résistants patriotes, ou à des fachos d’extrême droite ?    

Le respect suppose d’accepter que la France est un État-nation, respectueuse de la laïcité républicaine, y compris à l’école. Drapeau national, bleu blanc rouge, hymne national, égalité homme-femme et  interdiction du voile,  sont les signes des valeurs émancipatrices de notre République.  Enfin, l’application stricto sensu de la loi de 1905 s’élevant en rempart de la liberté d’expression avec ses limites, bien sûres, sans lesquelles le délit de blasphème prendra la place laissée libre.

Lors d’un colloque du B’nai B’rith, au Sénat, le 6 juin 2004, sur le thème : «  la démocratie à l’épreuve de la menace islamique », Claude Goasguen, ancien ministre, et député –maire du XVIe arr., a déclaré, fort justement : (sic) : «  Le paradoxe, c’est que c’est, au cœur même des démocraties que se développe la propagande la plus dure en faveur de l’islam. » !

Alors pourquoi, deux poids deux mesures ? Pourquoi ces personnes sont-elles jugées en parias,  déclarées infréquentables parce qu’elles dévoilent aux Français, le secret projet liberticide des libertaires du parti d’EELV. Faut-il donc se taire, se voiler la face, lorsque le dessein de ce parti prépare le projet de remplacer, une population par une autre jugée trop vieillissante (Décivilisation et remplacement selon Renaud Camus). De Faire disparaître la souveraineté des États-nations au profit des régions et de la grande Europe. De Favoriser une immigration débridée avec probablement la régularisation de tous les clandestins. De Financer les cultes en prétendant qu’il s’agit d’édifices culturels. Sans compter le ridicule de nous ramener à l’éclairage à la bougie comme au Moyen Âge, avec le dessein de fermer, à terme, toutes les centrales nucléaires.  Avec l’implosion attendue de l’école et les mesures de  discrimination positive la France s’engage dans le pire scénario qu’il soit,  écrira la présidente de Résistance républicaine, Christine Tasin.

Pour Pierre Cassen, son compagnon, peu d’élus acceptent de voir l’existence d’enclaves en France dans lesquelles la charia s’applique et menace les lois de la République. Se souvenir de l’allocution de Claude Géant à propos des prières de rues. [… Elles n’avaient jamais été interdites et cette interdiction devrait se généraliser également à Marseille et à Nice, afin de garantir une unité nationale. D’ailleurs, cette forme d’occupation des rues n’est pas digne d’une pratique religieuse et contrevient au principe de laïcité]. Les Parisiens doivent se rappeler qu’ils doivent l’arrêt de ces prières de rues à l’action inlassable de Riposte laïque, récupérée ensuite par Marine Le Pen lors d’une émission politique à la télé. Peu d’élus contestent le refus de voir la France sous domination musulmane dans deux générations  par simple rapport de forces et par démission de l’État. certains acceptent l’idée que l’islam nous impose de plus en plus sa présence et ses lois archaïques moyenâgeuses. Peu, d’entre eux, ne pensent pas que nos enfants et nos petits –enfants deviendront des Dhimmis pour survivre dans un système politico-religieux qui a déjà étendu son bras armé (djihad), dans toute l’Europe.  Les lecteurs de cet article apprécieront l’esprit d’ouverture et de tolérance de ce président national du BBF, au discours indigne !

Les lecteurs de cet article apprécieront l’esprit d’ouverture et de tolérance de ce président national au discours indigne !

Or tout est faux ! En 2010, l’imam de la mosquée de Drancy – non juif que je sache – est venu dédicacer son livre. (Voir Photo ci-dessous). Le pasteur Gérald Fruhinsholz est venu spécialement de Jérusalem dédicacer son livre (Voir photo). Auparavant, c’était l’association des Berbères des France, qui a dédicacé ses livres. (Voir photo). Des personnes, peu estimées pour leurs idées politiques jugées très critiques, envers l’État d’Israël et ses dirigeants, ont eu le droit de venir dédicacer leurs livres.

 

Voici ce qu’écrivait dans son blog en 2010, le Pasteur Gerald Fruhinsholz :  shalomisrael.info@gmail.com

[C’est le rôle du B’nai B’rith[1] d’être porteur des grandes valeurs humaines. Sa devise : Bienfaisance, Amour fraternel, Harmonie. Son objectif : “Les buts du B’B’ étant de rassembler les Juifs, dans la fraternité et l’harmonie, afin de renforcer les liens entre les différentes communautés, combattre l’intolérance raciale, soutenir les communautés juives en péril, favoriser la connaissance de la culture juive, subvenir aux besoins des nécessiteux, soutenir l’État d’Israël et maintenir notre jeunesse au sein du judaïsme…”.

Tant d’inepties et de parti pris de la part d’un élu national de cette insondable institution m’interpelle. Comment peut-il plaquer sur le front des exclus, une étiquette de dirigeant d’extrême droite ? Quel historien sérieux n’a-t-il pas dénoncé le passé de F. Mitterrand à l’extrême droite et ses collusions avec un Bousquet ? Ou encore d’un J. Chirac étudiant, vendant l’Huma ?  Voici Christine en 2010, invitée, avec Pierre Cassen au Salon.

 

Sur le Blog d’Ivan Rioufol, on peut encore lire librement que Louis Chagnon, professeur d’Histoire, et auteur d’un livre phare sur « le début des conquêtes arabo-musulmanes ».  sera victime du terrorisme intellectuel sévissant à tous les étages de l’Éducation nationale, dès que le mot islam est prononcé avec des exemples négatifs. Il a été sanctionné en 2004 par le rectorat pour une «formulation simpliste» sur Mahomet. Le tribunal administratif de Paris vient d’annuler le blâme, en constatant que «la vérité historique des propos n’est pas contestée» et que la provocation n’est pas établie.

Une victoire pour la laïcité.” Or qu’avait-il dit ?

Il avait osé décrire le processus de conquête qu’utilisa Mahomet pour répandre l’Islam ce qui l’avait amené à constater froidement que « Mahomet va se transformer en voleur et en assassin ». (voir une biographie attestant cette assertion) :

Attaché à l’esprit d’ouverture de ce Salon, Ivan Rioufol invita le professeur Louis Chagnon et Anne-Marie Delcambre, à  sa table et exposa son dernier livre : « L’école française et l’islam ». Voir photo ci-dessous. Robert Redeker, quant à lui, avait fait l’objet d’une fatwa et avait dû vivre caché, plusieurs mois pour ne pas risquer sa vie.

 

On pouvait également observer dans les rangées de ce salon 2011, la présence de Renaud Camus, candidat aux présidentielles de 2012 et intervenant particulièrement remarqué aux assises internationales contre l’islamisation de nos pays. Ses thèses sur le Grand remplacement et la Déculturation avec l’enseignement de l’oubli et l’effondrement des systèmes de transmission, commencent à faire leur petit bonhomme de chemin.

Ainsi, prenons acte que des pressions politiques extérieures ont réussi à faire exclure les auteurs du bobo Jocelyn, pour cause de leur implication dans l’organisation des assises contre l’islamisation de notre société et la diffusion d’un livre recueil des discours de tous les intervenants, que les censeurs n’ont certainement pas lus. L’exclusion n’a-t-elle pas engendré  une sévère frustration chez les auteurs ?

Une exclusion, qui n’a aucun sens, hormis celle du parti pris, dès lors que les intervenants de la table ronde, enseignants pour la plupart,  tenaient un discours qui aurait très bien pu trouver sa place dans le débat des assises contre l’islamisation de l’école. Ces deux poids, deux mesures, sont ressentis comme un règlement de compte.

Le thème de la table ronde, clôturant ce Salon, ne doit pas passer sous silence non plus. Il s’agissait de débattre sur le thème des Territoires perdus de la république… Bilan dix ans après.

Un thème issu du livre d’Emmanuel Brenner, « les Territoires perdus de la République ».

Une Table ronde qui a obligatoirement réactualisé les problèmes d’islamisation de l’école de la République, des difficultés d’enseigner la Shoah, l’apparition du Halal à l’école, les difficultés du vivre ensemble, d’intégration voire d’assimilation dans la République. 

Mais cet élu national n’est plus à une contradiction près. Son passage  tumultueux dans l’institution va le propulser à la fin de son mandat, de droit, au bureau du CRIF à partir duquel son pouvoir de nuisance, de contrôle et d’influence contre la liberté d’expression, se renforcera. L’effacement de la mémoire semble être sélectif, chez cet élu.

Deux exemples d’actualité illustrent ce qui nous attend

–          Dixit Michel Garrotté le 17 novembre, 2011.  Devant une foule de partisans et sympathisants, le secrétaire général du parti islamiste tunisien Ennahda, Hamadi Jebali, futur Premier ministre de la Tunisie après la victoire du parti islamiste à l’élection de l’Assemblée constituante, déclara : « Nous sommes victorieux devant Dieu, qu’il soit glorifié. C’est d’ici, si Dieu le veut, que partira la reconquête de Jérusalem. Nous sommes dans un moment historique, divin, dans le cycle d’une civilisation nouvelle sous l’égide du sixième califat bien guidé, si Dieu le veut .

–          “En tant que nation musulmane, nous avons adopté la ‘charia’ islamique comme source du droit, donc n’importe quelle loi contredisant les principes de l’islam est légalement nulle”, a-t-il dit lors du discours de “libération” de la Libye, prononcé à Benghazi. La loi coranique sera la principale source du droit dans la Libye post-Kadhafi, a annoncé dimanche le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil.  Source :  <http://www.lemonde.fr/sujet/0d2d/moustapha-abdeljalil.html> .

Puis d’une extrême à l’autre, d’une haine à l’autre :

http://territoiresinterdits.com/video/quand-le-ver-est-dans-le-fruit-et-l-europe-est-le-fruit-tout-pour

–          Le parti EDL, extrême droite autrichienne, belge et suédoise s’est organisé autour d’une critique radicale de l’islam. Des lobby’s Populistes influencent toutes les droites. Combattre le terrorisme et l’islamisation de la France devient une déferlante populiste.

http://www.alterinfo.net/l-extreme-droite-nazi-les-nouveaux-esclaves-des-juifs-sionistes_a66396.html

Patrick Granville
Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi