Salut à toi, Claude Rich

 

 

« Claude Rich, élégant jusque dans la mort », a titré Le Point.

Oui, c’est bien ça, une élégance toute française qui faisait jadis dire au monde que notre pays avait ce petit quelque chose en plus dont nous avions de quoi être fiers.
Claude Rich était bel et bien de La Race des Seigneurs, devenu un « survivant », comme il le disait lui-même. Survivant d’une si belle époque quand on y pense !

Cet homme venait d’un autre monde, où l’on se levait de table lorsqu’une dame s’approchait, où l’on savait vivre autrement qu’en consommant de la bêtise jusqu’à plus faim. Et Le Point de confirmer ainsi sa tenue impeccable : « Élégant jusqu’au bout, il ne s’est jamais plaint des douleurs du cancer qui l’a emporté. »

Claude Rich, je l’ai d’abord « connu » du temps de ma prime jeunesse, en pleine guerre, celle des polices où il se frottait à Claude Brasseur, et bien sûr en pleine hystérie de funèsque dans l’inoubliable Oscar où, d’après les dires de l’intéressé, quelques frictions eurent lieu sur le tournage. Ce n’est qu’un détail.

Mais si je ne devais retenir qu’un rôle ce serait celui de Talleyrand – ce diable boiteux si cher à Guitry – dans l’adaptation cinématographique, signée Édouard Molinaro, de la pièce de théâtre Le Souper, encore en compagnie de son compère Claude Brasseur, qui jouait pour sa part le rôle de Joseph Fouché. N’ayons pas peur des mots, ce fut une rencontre au sommet, digne de Garde à vue, de Claude Miller, avec Lino Ventura et Michel Serrault – ce dernier que j’eus autrefois l’insigne honneur de saluer un jour de dédicace en l’appelant maître Martinaud. Sur ce, il m’a serré chaleureusement la main. Un souvenir…

Tiens, Ventura, justement, dans Les Tontons flingueurs, c’est à Claude Rich qu’il pense dans cette réplique inoubliable : « Patricia, mon petit, je ne voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier – l’homme de la Pampa, parfois rude, reste toujours courtois –, mais la vérité m’oblige à te le dire : ton Antoine commence à me les briser menues ! »
Claude, le dernier des Tontons en quelque sorte…

Souvent, un second rôle suffisait à Claude Rich pour crever l’écran, la marque des grands qui n’ont pas besoin de s’agiter dans tous les sens pour exister : Le Colonel Chabert, La Bûche, etc. On pourrait évoquer Le Crabe-tambour de Pierre Schoendoerffer et bien d’autres encore, tant la filmographie du défunt était dense. Gardons aussi l’âme d’un enfant et ne boudons pas notre plaisir : dans Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, il campait un Panoramix exquis.

Et quel sourire espiègle, quel regard perçant, avec cette discrétion qui en faisait un french gentleman, espèce disparue au profit des adeptes d’une autosatisfaction vulgaire ! « J’aime trop mon métier », aimait-il à dire. Ça se voyait…ça se verra toujours car il nous reste sa filmographie. Le cinéma rend quelque part éternel.

Peu importe qu’il fût ou non de mon bord, il m’a – nous a – trop souvent emporté dans ses interprétations pour que je me mêle de politique aujourd’hui.

Qu’il est triste le château des souvenirs quand l’un de ses hôtes s’en va ! En ce moment dans le ciel s’amoncellent des nuages de chagrin et là-haut, une bande de joyeux drilles s’apprête à accueillir le copain d’avant, pour lui servir une boisson brutale, plutôt faite pour les hommes : Francis Blanche, Bernard Blier, Robert Dalban, Jean Lefebvre et Lino Ventura. Qu’ils m’en gardent un verre, mais pas pour tout de suite !

Monsieur Rich, je vous dois un merci, je vous dois un adieu et bon vent dans les étoiles !

Charles Demassieux

image_pdfimage_print

33 Commentaires

  1. Oui un acteur, un comédien, un artiste, la classe Française. Adieu l’Artiste merci pour ta contribution à La Culture Française.

  2. Après Max Gallot dont j’avais beaucoup de considération pour mettre l’histoire à porté de tous , voila Claude Rich qui s’en va à son tour. Un acteur remarquable qui mettait son rôle suivant son personnage à porté de tous . Sincère condoléance à sa famille. Je suis triste d’avoir perdu en deux jours ces deux grands personnages

  3. Splendide hommage Charles.

    Claude Rich faisait partie des Grands Acteurs, Antoine aussi lourd que cultivé et tordant va enfin atteindre l’anti-accord absolu, la musique des sphères et retrouver l’oncle Fernand qui est odieux !

    Bon voyage Monsieur Rich…

  4. Claude a rejoint toute l’équipe des Tontons qui affiche à présent complet. Je les imagine là-haut lui faire la fête avec Francis qui débouche pour la circonstance leur meilleure bouteille de whisky. Puis, pendant qu’il étreint Claude, émotionné de le retrouver après une aussi longue absence,se pointe une gonzesse à moitié bourrée qui reluque la boutanche, chope un verre, et au moment où elle va s’en mettre une rasade à l’aise et sans complexe, la main de Francis qui s’abat brusquement sur son poignet et qui lui gueule en articulant chaque syllabe toutes paupières papillotantes et menaçantes « TOUCHE PAS A CA SALOPE ! »

  5. Monsieur Demassieux , la femme que je suis vous signale un oubli dans le beau portrait que vous faites de lui : Claude Rich était beau . Aussi beau extérieurement qu’ intérieurement . Vous souvenez-vous également de sa double interprétation dans le film  » Paris brûle-t-il ?  » où il campait le général Leclerc et le lieutenant de La Fouchardière ?
    Sauf erreur de ma part , je ne crois pas qu’ il ait jamais fait état publiquement de ses opinions politiques .
    Tous les acteurs devraient faire de même , car ils s’ adressent à une telle diversité de gens qu’ ils ne devraient choquer personne , gens de gauche ou de droite payant chacun leur place à l’ entrée du spectacle .
    Aujourd’ hui , la grande classe a cédé le pas à l’ immonde . N’ est-ce pas , Monsieur Mathieu Kassovitz ?

    • Oui mais Simone, je vais plaider la cause de Charles au sujet de cet oubli pas forcément involontaire :
      1 / les hommes sont mal placés pour juger de la beauté de leurs congénères du même sexe.
      2 / depuis macron, les limites sont tellement repoussées que rien ni personne ne saurait soutenir la moindre esquisse de comparaison ! On ne peut plus parler de beauté lorsqu’on a comme chef un apollon vivant hein !

  6. J’ai travaillé un jour avec lui en 1989, alors que j’étais réalisateur sonore dans un studio du XIVe. C’était un homme délicieusement intelligent, et d’une humanité qu’on ne trouve plus chez les jeunes générations, accros à la violence, au fric et à la came. La voix était claire, douce mais ferme, le ton et la diction captait instantanément l’attention et rendait le texte intelligent. J’ai encore la sensation de sa poignée de main accompagnée de son regard souriant de cristal droit dans mes yeux quand nous nous sommes séparés après une heure de travail. Il n’y a eu aucune retouche. Un des grands souvenirs professionnel de ma vie.

  7. En général, j’aime pas trop les oraisons funèbres ni les articles « in memoriam ».
    Mais là, le petit père Demassieux a frappé très fort.
    Charlie, félicitations. Et merci.

  8. un style, une élocution sans pareille , une voix disparait….Hommage …Je t’ai adoré dans les tontons , en Panoramix…Catholique , il citait cette phrase  » « Ne me transformez pas en comédien catholique. Je veux rester un acteur qui puisse jouer tour à tour un salaud ou un saint « ..

  9. l’équipe des tontons n’est pas au complet la-haut, car il nous reste l’acteur franco-italien Venantino Venantini

  10. J’évite d’avoir des idoles j’ai maman Papa et je les loue pas assez ces pas bien de regarder son nombril je sais mais je vais tenter le coup Mr demassieux .

  11. Mais ces un jolie poème le monsieur bonne acteur repose en paix ces des conneries on sans rien on c’est pas si ta froid ou chaud je m’endurcie je fond Monsieur demassieux prend soin de toi .

  12. mais avant d’etre dans les étoiles ,il y a un passage a franchir avant et personnes peux y échappé croyant ou pas ,le jugement devant dieu le père et jésus pour les péchés commis sur terre on fonction des péchés soit s’est l’enfer pour des siècles avec les démons ou dans le four en feu pour se purifié et le purgatoire avant d’allé au paradis rejoindre sa familles et ses copains ,il y a que dieu et jésus qui savant ou il va allé ,on ne rentre pas comme cela dans les étoiles il faut est propre et purifié mais sa on le verra au moment de notre mort pas avant
    je suis catholique

  13. Bel hommage, que je partage, à un seigneur des arts et lettres, du grand et du petit écran et du spectacle vivant… Un « Monsieur » comme on en voit de moins en moins dans ce milieu. Il nous manquera beaucoup !

  14. J’avais croisé Claude Rich comme passager à bord du Thalys l’année dernière quand j’étais steward.

    Je peux vous affirmer que cet homme était d’une très grande élégance et humilité. Il souriait tout le temps, très simple et très gentil.

    Très très beau avec son délicieux sourire et ses jolis yeux qui pétillaient.

    Je le trouvais très jeune d’esprit et très moderne.

    C’est une énorme perte artistique et humaine. Paix à son âme et merci pour tous ces bons moments.

  15. Sinon votre commentaire est tout à fait remarquable, excellent et d’un réalisme accablant.

    Ils nous ont quand même bien fait marrer tous ces acteurs de la grande époque…

    • Bon moi j’ai été plus radical que vous, la tévé a été poubellisée y’a plus de 10 ans maintenant. Pour le reste, vous avez bien évidemment raison et la révolution n’était que la mise en place du communisme qui a fait tant de bien sur la planète. Ce qui me surprendra toujours c’est de voir le nombre d’abrutis qui y ont cru et qui y croient encore…

  16. Pour moi, son rôle le plus élégant et le plus profond restera celui de pierre, médecin de la royale dans le « Crabe-Tambour »

  17. Magnifique hommage , comme d’habitude vous savez taper juste. Je ne sais si Claude Rich était de droite ou de gauche, et cela m’est égal.C’était un excellent acteur avec une voix bien spéciale, qui même les yeux fermés nous faisait reconnaître l’artiste.Il part je crois au bon moment car les nuages s’amoncèlent , et ne prévoient rien de bon.
    Au revoir Monsieur Claude Rich.

  18. Ce qui est agréable dans la plupart des commentaires, c’est leur caractère recueilli et intime. Cela prouve que l’art français (et européen) doit demeurer l’une de nos armes de combat.
    Merci à vous.

  19. Un magnifique acteur , un grand Français comme on en trouve plus , et comme on en trouvera plus. J’espère que là-haut il retrouvera Simone Weil.
    Toute cette Culture , tout cet Art de vivre est laminé par les médias complices des politiques eux-mêmes valets des populations importées sur le sol Français.

  20. La Classe, la Dignité, Voix inoubliable et… audible, que de beaux rôles à son image !
    Contraste flagrant avec la « jeune classe ». Vulgaire et inaudible…
    Adieu, Claude RICHE !

  21. il existe un documentaire animalier, superbement raconté par Claude Rich : les animaux de la ferme. C’est émouvant d’entendre la voix de Français indigènes s’exprimant dans une langue châtiée, avec une diction impeccable. C’est pas triste de vieillir, ce qui est triste c’est de voir ceux qu’on aime disparaître. Vraiment avec le temps va, tout s’en va…
    https://www.youtube.com/watch?v=w1B-KjVvG2E

  22. Nous avons perdu une immense personnalité, pleine de sensibilité, d’élégance, de gentillesse. Merci Monsieur Rich de nous refaire penser à cette France que nous aimions tant. Adieu et peut-être a plus tard, un jour la-haut. Puisque nous devons tous y aller, autant y retrouver des meilleurs.

Les commentaires sont fermés.