Salvini, Bannon et Modrikamem, ensemble pour sauver notre peuple

Publié le 9 septembre 2018 - par - 8 commentaires - 1 051 vues
Share

Il est le politique belge actuellement le plus suivi par la presse internationale. Mischaël Modrikamen, président du parti populaire, était en Italie cette semaine. Vendredi après-midi, il a publié une photo de lui sur Twitter en compagnie du ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, et de Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump.

Simple visite de courtoisie ? Pas vraiment. Modrikamen est allé chercher à Rome le soutien de Salvini à « The Movement », la fondation destinée à fédérer les mouvements populistes en Europe. Soutien qu’il a obtenu « avec enthousiasme », nous a-t-il dit ce vendredi après-midi. « C’est un premier soutien de poids à notre mouvement. D’autres suivront. Il est important de se retrouver dans ce groupe pour contrer nos adversaires au niveau européen. »

Salvini, figure de proue du nouveau gouvernement italien, est aussi le leader de la Ligue, parti de la droite radicale, qualifié aussi d’extrême droite par les médias. Il a formé une coalition gouvernementale inédite avec les antisystèmes du Mouvement 5 étoiles, au sein de laquelle il a pris un énorme ascendant puisque les sondages créditent désormais la Ligue de plus de 30 % d’intentions de vote.

Steve Bannon, c’est bien l’homme qui a contribué à l’élection de Trump. Militant conservateur que certains présentent comme proche de la droite la plus radicale. Bannon a posé ses valises en Europe pour fédérer les mouvements populistes en vue des élections européennes. Il est épaulé par Modrikamen. Nous mettrons sur pied cette coordination européenne des droites populistes, en vue des élections européennes de 2019. Avec un PP enraciné en Belgique mais solidaire des autres mouvements populaires. Je suis confiant pour le futur. La vague populiste qui déferle sur l’Europe finira aussi par toucher la Belgique francophone.
Avant Rome, le duo Bannon-Modrikamen s’était rendu à Venise. Un documentaire sur Steve Bannon était présenté à la Mostra de Venise (hors compétition). Le film dresse un portrait puissant de l’ex-conseiller de Trump, réalisé par le cinéaste et journaliste américain Errol Morris, d’ailleurs plutôt hostile à ses idées. « On peut faire l’autruche, mettre la tête dans un trou et dire que le danger n’existe pas, mais le danger existe et mieux vaut comprendre sa nature », a commenté le cinéaste lors de la présentation de son film.

Salvini a reçu Steve Bannon dans l’optique de faire de sa mouvance le premier parti parlementaire européen et de « sauver » l’Europe.
« Il est avec nous ! », a tweeté vendredi Modrikamen, qui accompagne Bannon dans ses efforts pour rassembler les populistes et eurosceptiques. Interrogé sur ce ralliement samedi en marge du forum de Cernobbio (Nord), qui réunit des dirigeants politiques et économiques, Salvini a expliqué que les élections européennes du printemps 2019 représentaient « une occasion de changement historique et la dernière chance de sauver l’Europe ».

« L’Europe, ils sont en train de la saborder. L’esprit européen, l’esprit d’une communauté rénovée, nous voulons le sauver, nous. Nous travaillons pour être le premier groupe parlementaire européen et oublier la triste parabole socialiste qui a porté chômage et insécurité », a-t-il ajouté.

Pour Bannon, les élections européennes seront l’occasion pour les populistes de prendre la main, il vise avant tout à envoyer suffisamment d’élus populistes au Parlement pour bloquer l’agenda des forces traditionnelles. Le député anti-migrants néerlandais Geert Wilders, présent à Cernobbio, s’est dit intéressé par le projet. « L’élite actuelle ne s’attaque pas au problème de l’immigration de masse et de l’islamisation comme elle le devrait, les gens sont en colère, le terrorisme persiste, voire augmente, les chances pour des partis comme le nôtre et une force unie seront historiques et plus fortes dans les prochaines années en Europe », a-t-il déclaré.

Anne Schubert

(largement inspiré d’un article de 7sur7.be)

Print Friendly, PDF & Email
Share

8 réponses à “Salvini, Bannon et Modrikamem, ensemble pour sauver notre peuple”

  1. Vent d'Est, Vent d'Ouest dit :

    Pas tout à fait hors sujet. L’U.E. commence à sortir des yeux de l’Irlande : https://www.breizh-info.com/2018/09/11/102094/irlande-irexit-freedom

  2. patphil dit :

    bonne nouvelle, enfin un belge qui s’intéresse à la liberté de son pays

  3. Clamp dit :

    Rassembler, fédérer, organiser en commun, partager, mutualiser, réunir en unisson, autant de concepts qui font cruellement défaut aux mouvements patriotes et qui trouvent là peut-être une opportunité à saisir au vol pour exister et passer de l’espoir au concret. Il y a un phénomène gravitationnel dans l’influence qu’un mouvement philosophique peut avoir : big is attractive ! Il est temps de lancer la boule de neige et d’attraper tous les esprits encore en bonne santé dans une avalanche de lucidi

  4. Jeffender dit :

    « L’élite actuelle ne s’attaque pas au problème de l’immigration de masse ». C’est Wilders qui dit cela ? N’y a-t-il pas erreur de traduction ? Comment peut-on combattre les conséquences d’un problème que l’on CREE VOLONTAIREMENT DE TOUTES PIECES ?

  5. Pr Sheldon Cooper dit :

    Tiens, le retour des pieds nickelés

  6. DUFAITREZ dit :

    Hélas, deux seuls commentaires pour un article fondateur à cette heure…
    Prélude à une Ligue européenne que j’appelle de mes voeux ?
    Bannon, le grand perturbateur US, installé en Europe, sait de quoi il parle.
    Au boulot ! Steve !

  7. Marnie dit :

    Et en France que fait MLP qu’attend-elle pour rejoindre le groupe de Visegrad, Salvini, etc ? Rien ?! Pourtant il y a une place à prendre pour rejoindre les mouvements populistes. Donc les maghrébins, notamment les algériens, ont de beaux jours en France.

  8. Lillian Innis dit :

    Bravo pour ces politiciens qui prennent parti pour leur concitoyens et non pour les envahisseurs Islamistes.