Samuel Paty aurait-il été blâmé ou suspendu s’il n’avait été décapité ?

Publié le 21 octobre 2020 - par - 15 commentaires - 1 182 vues
Traduire la page en :

Lors de la séance de son cours sur la liberté d’expression, Samuel Paty avait pris le maximum de précautions en invitant les élèves musulmans qui auraient pu se sentir offensés à détourner le regard, à ne pas regarder le travail qu’il avait préparé. Cet accommodement déraisonnable pose déjà problème. Une inaptitude à l’éducation physique pour raison médicale, ça peut se comprendre. Mais une inaptitude à suivre un enseignement d’éducation civique pour raison religieuse est inadmissible. Reconnaître une telle inaptitude, c’est déjà faire preuve de soumission face aux adeptes de la religion en question.

Mais le professeur décapité n’était pas sans savoir qu’un de ses collègues avait été suspendu pendant quatre mois en 2015 pour avoir montré à ses élèves les caricatures de Mahomet à l’occasion de la minute de silence observée suite aux attentats de Charlie Hebdo. Le recteur avait pris sa décision après avoir eu le témoignage de vingt élèves quand même. Bien entendu le recteur ne s’était pas déplacé pour écouter les pauvres jeunes musulmans choqués par le blasphème, qui est passible de la peine de mort dans les pays musulmans les plus obscurantistes. Il avait envoyé un inspecteur sur place, un adepte de l’impossible vivre-ensemble, et la direction du collège avait organisé les rencontres entre cet inspecteur et les prétendues victimes. Le professeur avait été entendu lui aussi. Et le rapport de l’inspecteur avait entraîné la suspension de l’enseignant, une sanction plus grave que le blâme.

Alors Samuel Paty risquait-il une sanction malgré les dénégations de l’Éducation nationale ? C’est très vraisemblable. C’est d’ailleurs ce qu’aurait déclaré la principale au parent d’élève islamiste fou furieux. On sait aussi qu’un inspecteur avait été missionné pour rappeler à Samuel Paty les règles de laïcité et de neutralité. C’est donc que l’Éducation nationale estimait qu’il avait enfreint ces règles. Au minimum le rapport de l’inspecteur aurait été inclus dans le dossier professionnel du professeur, constituant ainsi un frein à son avancement de carrière. Mais cette affaire ayant causé des vagues puisqu’elle avait été relayée par les réseau sociaux, il fallait que le responsable soit sanctionné. Un blâme ou une suspension était vraisemblable. Malheureusement l’inspecteur d’académie et la rectrice ont été pris de court par le décapiteur musulman tchétchène.

Auteur du livre « Stupéfiant voyage à travers l’Éducation nationale » (Amazon), ayant passé 56 ans dans l’Éducation nationale dont 26 en tant que chef d’établissement, peu apprécié de la hiérarchie car mal-pensant, je peux affirmer que l’Éducation nationale se placera toujours du côté des parents contre ses personnels dès lors que ces parents ne râlent pas sur des problèmes de moyens insuffisants ou de remplacement de professeurs absents. Inspecteurs d’académie, recteurs et, hélas, nombre de proviseurs semblent raffoler de tous les bruits de chiottes que font remonter les parents dans leurs courriers, surtout s’ils sont issus des minorités visibles. Ces derniers étant bien souvent excités par des associations islamistes et soutenus par la FCPE. Beaucoup de professeurs, par peur ou par soumission censurent leur enseignement. Des accusations de racisme fusent pour un rien, une mauvaise note ou un simple rappel à l’ordre.

De même que lorsque qu’un policier, en faisant son travail, blesse ou tue un délinquant bien souvent multirécidiviste, on envoie l’IGPN pour calmer l’entourage de ce délinquant qui le décrit généralement comme étant doux comme un agneau, à l’Éducation nationale on missionne un inspecteur pour enquêter et rédiger un rapport. Il y a pléthore d’inspecteurs, des anciens professeurs qui ne veulent plus enseigner ou des individus qui n’ont jamais enseigné. Cooptés sur simple entretien par des pairs dont l’idéologie est basée sur la discrimination positive, le vivre-ensemble, le pas-de-vagues et la repentance. Ce sont d’ailleurs eux qui expurgent les programmes pour les rendre compatibles avec la culture véhiculée par l’immigration extra-européenne. Nul doute que Samuel Paty ne serait pas sorti indemne de l’inspection.

Bernard Waymel

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
poiropardix

Va t’on présenter des excuses au prof suspendu en 2015,ou doit on suspendre à son tour la couille molle d’inspecteur,je sais on lui à souffler son texte mais à la fin c’est lui qui pourra ou devra dérouiller.Comment dit-on ah oui un fusible!

jeannot

Monsieur Eric Zemmour, faites extrêmement attention à vous, soyez très prudent ! Demandez une protection rapprochée. Nous avons besoin de vous !

Hasso

Merci de confirmer la confirmation !
Il y a de l’honneur de la part d’un fonctionnaire, et j’en suis également un retraité, à dénoncer son administration quand elle sort du fameux “Etat de droit” et des “Valeurs de la République” dont on nous rebat les oreilles.
Un peu moins de jargon, un peu plus d’honneur à tous les étages, et moins de peur des “vaguelettes”…

Vava

Bonjour, moi même enseignante actuellement en disponibilité avec 37 ans de bons et loyaux services à l’EN, attends patiemment depuis 5 ans qu’un travail exceptionnel menée avec une artiste sur la Liberté d’expression, soit exposé dans mon (ancien) collège, travail réalisé à l’occasion des attentats de Charlie.

devero

Suite – Pour compléter votre analyse, vous auriez pu indiquer que la France Insoumise recrute beaucoup de ses militants parmi les profs, et que les profs les plus engagés dans les syndicats ( en général ce sont les mêmes) affectent de se prendre pour des résistants au fascisme et au nationalisme, le seul et unique péril qui menace ce pays selon eux.
Il n’est donc pas exagéré de dire que cela fait longtemps que les profs mettent leur tête sur le billot de l’islamisme.

devero

En tant qu’ancien enseignant, je partage tout à fait votre ‘retour d’expérience’., et si je suis horrifié comme tout le monde par la mort de ce pauvre homme, en revanche je n’ éprouve aucune compassion envers cette profession. Souvent, je les ( les profs) ai vus aller au devant de revendications qu’auraient pu formuler élèves ou parents musulmans.
Dans l’esprit, ils ne font d’ailleurs que se conformer à des instructions officielles nourries par une véritable obsession antiraciste et anti-nationale.
Vous analysez très justement le propos du prof, conseiller aux élèves susceptibles d’être choqués de ‘détourner la tête ‘, qui en dit long sur des habitudes d’accommodements et de compromissions bien ancrées dans la profession.

zéphyrin

oui pour “calmer les esprits” (rire) il aurait été réprimandé d’une façon ou d’une autre.
on aurait bénéficié d’une colère islamique moindre, avec feux de voitures, tags sur les murs de l’établissement etc…

saintongeais

Faire un cours sur la liberté d’expression en s’appuyant sur des caricatures nauséabondes de Charlie hebdo, c’est très curieux? Pourquoi ne pas parler de la loi Gaissot, de la loi Avia, de Zemmour, de Pierre Cassen, d’Alain Soral, de Dieudonné etc…? Il a montré une caricature de mahomet particulièrement ignoble, à poil, le cul en l’air, avec une étoile jaune sur l’anus et les testicules qui pendent! Je considère qu’il y a attentat à la pudeur! Je considère que la liberté d’expression ne consiste pas à montrer des dessins obscènes. Même les non musulmans sont choqués par une telle caricature! C’est ignoble. Je le soupçonne d’être gauchiste…
Ceci dit cela ne mérite pas la mort! évidemment mais il y a quand même de l’inconscience de sa part!

Bruno

Choqué par quoi, un dessin avec testicules ? Si la liberté d’expression contre ces gros cons consiste à montrer ses couilles, alors sortons-les ! Et si une couille te rend malade car obscène, alors retourne dans ton monde de bisounours tout câlin et ne te reproduis pas s’il te plait . . .

tempus

Tout à fait d’accord

Casimir Périer

Et pourquoi faudrait-il se préoccuper des réactions de pauvres petites fragiles, qui ont volontairement choisi (personne ne les y oblige) de croire en ces superstitions mensongères, égorgistes, pédophiles et haineuses que sont les prétendues “religions” ?

Oui, pourquoi ? Depuis quand faudrait-il échapper aux conséquences de ses choix ? Quand on se vautre de son plein gré dans le fumier religieux, on assume.

Les ROUGES

ils ont la trouille nos dirigeants !!

Arthur 68

Etant enseignant je ne peux qu’approuver ce texte.

jeannot

Qu’ils arrêtent leur cinéma avec leurs cérémonies larmoyantes. Si le professeur n’était pas mort, c’est à l’hydre politico-médiatique antiraciste et antifrançaise que le malheureux aurait eu à faire. “Les musulmans de France” se frottaient déjà les mains sur ce qui lui était réservé.Son sort était scellé alors qu’il n’avait strictement rien à se reprocher dans ce monde inversé

patphil

apprendre qu’il a été auditonner à la police (de la pensée) puis qu’il aurait subi un inspecteur … quelles hontes, et après ça le ministre blanquer assure les enseignants de son soutient! la taqiya est en marche

Lire Aussi