1

Sandrine Rousseau a « tué » Bayou pour mettre sa protégée Mélissa à sa place !

Sandrine Rousseau est beaucoup moins dingue qu’elle le paraît et nous allons le démontrer.

Avant son élection presque réussie pour le choix du candidat vert à la présidentielle, la vice-présidente de Lille3 était une inconnue. Conseillée par des communicants efficaces, voire par son cerveau, elle s’est aperçue que ses formules et décrets hallucinants ravissaient les médias crétins et stipendiés, lesquels ne tarissaient pas d’éloges et a minima les relayaient. Constatant qu’elle devenait ainsi une très bonne cliente des plateaux télé, elle a multiplié les déclarations délirantes : des sorcières à la chasse au mâle amateur de barbecue, etc.
Il n’est qu’à se promener sur des sites comme l’officine Peta et autres… pour voir où elle pique ses idées… Et c’est ainsi que Sandrine s’est construit un solide fonds de commerce et un excellent plan de communication.
Jadot, en sourdine, la vedette verte, c’est elle !

Josiane Spinosa, comme la surnomme Gaspard Proust, est très efficace. Il n’est qu’à observer comment, profitant de son «entregent» télévisuel, elle a exécuté celui qui faisait de l’ombre à sa protégée.
En décembre, EELV doit élire son nouveau président. Bayou était donné gagnant, ce qui déplaisait à Sandrine qui voulait placer à la chefferie Mélissa Camara, élue verte au conseil municipal de Lille, ayant selon elle un profil parfait.

Camara n’ayant pas la notoriété de Bayou, il fallait faire place nette. Après Taha Bouhafs et Damien Abad, débarqués sans autre forme de procès, il suffisait de suivre le mode d’emploi…

Comme par hasard, fin juin, une ancienne compagne du secrétaire générale d’EELV dénonçait par mail auprès de plusieurs militants et responsables du parti les agissements de son ancien fiancé, l’accusant de « briser psychologiquement en toute impunité » ses compagnes, évoquant « ses idées suicidaires » conséquentes… Immédiatement leur cellule d’enquête et de sanction sur le harcèlement et les violences sexuelles et sexistes a proposé à cette dame un entretien, que cette petite maligne a refusé, au prétexte que Bayou dirigeant le parti, elle émettait quelques doutes quant à sa probité, préférant donc s’adresser à l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail. L’AFVT est présidée par Joana Kocimska, chargée de mission aux droits des femmes et à l’égalité à la Direction départementale de la cohésion sociale, de couleur politique méconnue mais présumée… elle coordonne la mise en œuvre dans le département des Hauts-de-Seine de cette politique interministérielle.

Si nous ignorons l’identité de cette ancienne camarade de jeux de Bayou, nous savons au moins qu’elle travaillait avec lui, donc qu’elle était bien connue dans la maison.
Comme il fallait agir vite, c’est alors que, le 19 septembre, Sandrine entre en scène sur le plateau de C à vous, très opportunément choisi pour ses « journalistes » de la pire espèce. Et c’est ainsi qu’elle déclara avoir très longuement reçu la jeune femme brisée, évoquant aussi sa tentative de suicide, parlant d’autres victimes et d’«une enquête » journalistique en cours… sur les agissements de l’incriminé.

Ces propos hâtivement relayés par l’ensemble des psittacidés médiatiques, opprobre jetée sur lui, sans la moindre preuve, sans avoir été entendu, sans plainte officielle… pris au piège de l’ensemble de ses déclarations féministo-loufoques précédentes, ne restait plus à Julien Bayou qu’à démissionner.

Et c’est ainsi que vous verrez arriver la candidature, et peut-être l’élection, de Mélissa Camara.

Cinglée Sandrine Rousseau ? Elle prépare admirablement chacun de ses shows médiatiques, s’est rendue incontournable, s’est fait élire député de Paris et vient de se montrer un excellent stratège. Elle balade tout le monde !

A suivre avec beaucoup de circonspection et moins de ricanements.

Mitrophane Crapoussin