Sans-couilles d’Hollande, je suis un sans-dents, car les prothèses ne sont jamais remboursées !

Publié le 4 septembre 2014 - par - 5 588 vues
Share

hollandesansdentsCe matin comme tous les autres, apporte son lot de pénibilité dans un pays qui chaque jour, s’enfonce un peu plus avec la politique conduite depuis trop longtemps par des hommes et des femmes aux fonctions régaliennes sous l’égide en principe d’un Président élu au suffrage universel par tous les Français et les Françaises dans cette Vème République déjà très mal en point.

Mais ce matin, les titres de l’actualité se focalisent tous ou presque sur une femme déchue et congédié par notre Président de la République, et qui très certainement par vengeance comme dans pas mal de couples qui se séparent, règle ses comptes avec l’ex en question.

La différence, c’est que les couples normaux qui se séparent n’ont pas tous la possibilité de s’exprimer dans la presse sur leurs états d’âmes, et encore moins en librairie. Heureusement d’ailleurs.

Mais pour la circonstance, nous le petit peuple de France nous apprenons quelques révélations pour le moins surprenantes de la part du Monarque François Hollande, locataire du château rue du Faubourg St Honoré à Paris avec tous les frais payés par le peuple.

Parmi elles, une seule a retenu mon attention, c’est le mépris du Monarque à notre égard autrement dit à l’encontre de ses concitoyens les moins favorisés, pour lui l’homme de gauche au grand cœur….

Ses propos s’ils s’avèrent, constituent a eux seul une atteinte à la dignité, et sont, qui plus est, un cas flagrant de discrimination. Celui qui pendant sa campagne nous a fait savoir qu’il n’aimait pas les riches, déteste aussi les pauvres en réalité.

Selon les propos rapportés par la congédiée dans son livre à paraître, dont voici quelques extraits de la pensée du monarque à propos de ses concitoyens :

« Au final, le portrait de François Hollande semble terrible. On découvre un homme froid, sans coeur, totalement dépassé par les événements, calculateur, parfois méchant, enfermé dans une bulle… »

Il s’est présenté comme l’homme qui n’aime pas les riches. En réalité, le président n’aime pas les pauvres.

Lui, l’homme de gauche, dit en privé : les sans-dents, très fier de son trait d’humour. »

http://www.lepoint.fr/politique/ce-que-valerie-trierweiler-dit-dans-son-livre-03-09-2014-1859552_20.php#xtor=CS1-32

Moi qui ne suis pas riche et malade m’en voici donc averti et fort aise.

Alors sachez bien, si me lisez, Francois II, suivez mon regard, moi le moins que rien Français de souche Aveyronnais depuis des siècles et justement sans dents car pas d’argent pour des prothèses jamais remboursées, je n’aime pas les sans couilles !

D’ailleurs moi le sans dents je lance une idée à toutes et à tous les sans dents: écrivons lui !

http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Antonin Bruniquel

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.