Sans la claque des régionales, Sarkozy aurait-il annoncé le projet d'une loi contre le voile intégral ?

Il l’a dit clairement ce mercredi 24 mars à la sortie du Conseil des ministres : « le voile intégral est contraire à la dignité des femmes. La réponse, c’est son interdiction ». Cette déclaration de Nicolas Sarkozy est sans ambigüité, « un projet de loi sera déposé par le parlement pour l’interdire ». Entendre ces propos de la part d’un chef de l’Etat qui vient de se prendre une claque monumentale et qui a tout intérêt à tenir ses engagements s’il veut rester en lice, pourrait être un soulagement pour tous les laïques et républicains de ce pays qui s’inquiétaient de voir la mission Gérin tomber dans la décrépitude ou accoucher d’une souris. Mais doit-on se réjouir avant que la messe ne soit dite ? Ne doit-on pas rester prudents et s’interdire de crier victoire ?
Il faut dire qu’il y eut suffisamment de rebondissements au cours des auditions qui se sont enchainées depuis l’ouverture de cette mission parlementaire en juillet dernier, et qu’il y eut assez de flous dans certaines prises de positions de la part des responsables de cette mission, pour créer un sentiment d’incertitude quant à l’utilisation de ce rapport et aux décisions qui en découleraient. On se souvient que Jacques Myard avait mis en cause publiquement Eric Raoult, le rapporteur de la mission, qui s’opposait à tout projet de loi.
On voit déjà Fabius et Hollande monter au créneau en demandant l’application de cette loi uniquement dans les services publics. Donc, ces braves socialistes, égaux à eux-mêmes, sont favorables à la burqa dans la rue ! Il n’est pas difficile d’imaginer les débats houleux qui animeront l’hémicycle lorsque cette loi sera présentée.

Néanmoins, la détermination affichée par Nicolas Sarkozy est une avancée non négligeable qui va dans le bon sens. Aurait-il compris que la majorité des Français ne veut pas voir ces fantômes ambulants qui leur renvoient les images insupportables d’une société en décadence, qui leur rappellent cette période récente de notre histoire où régnaient la barbarie et le totalitarisme ? Aurait-t-il admis qu’il n’est pas concevable de tolérer chez nous l’avilissement affiché de ces musulmanes, esclaves sexuelles et objets de propagande instrumentalisés par un islamo-fascisme conquérant, celui là même que nos soldats combattent en Afghanistan ?
On peut penser que la proposition de loi lancée par Jean François Copé, avant même que la mission parlementaire n’ait rendu son rapport, a pu avoir quelques influences positives sur la décision du chef de l’Etat de légiférer. On peut penser que Sarkozy n’a pas été insensible aux résultats de la mission parlementaire et qu’il a pris la mesure du mécontentement que les Français ont exprimé en s’abstenant ou en donnant leur vote à l’extrême droite. On peut penser que la claque des régionales a favorisé sa détermination en faveur d’une loi contre le voile intégral. Reste à voir ce qu’il en adviendra dans les mois à venir.
Pour autant, si interdire la burqa est nécessaire – ce que Riposte Laïque, en impulsant deux pétitions, avait compris – cela ne résoudra pas la question posée par la multiplication du voile dans les rues, le voile porté par les mineures, et le fait qu’il soit autorisé à l’université. Il n’y a pas de mauvaise burqa, et de voile acceptable. Parce qu’il en va de l’avenir de notre société et de la pérennité de nos acquis, nous continuerons à en demander leur interdiction au nom de la laïcité et des valeurs émancipatrices garanties par notre République laïque.
Brigitte Bré Bayle

image_pdfimage_print