1

Sans le gaz russe, les Fritz vont se les geler grave…

L’Allemagne dépend fortement du gaz russe, qui représente entre 55 et 60% de sa consommation. Une fermeture des gazoducs russes serait catastrophique pour la RFA. Nécessité faisant loi, le ministre fédéral de l’Économie et du Climat Robert Habeck, pourtant membre du parti « Die Grünen » (Les verts), à côté duquel notre EELV-Les Verts passerait pour un ramassis de « pro-nuc » bon teint, vient de déclarer qu’il n’excluait pas une prolongation de service des centrales nucléaires allemandes : « Nous pouvons nous passer du gaz russe pour cet hiver et cet été mais nous devons élargir considérablement notre stratégie d’achat pour l’hiver prochain » a souligné Robert Habeck, qui a précisé qu’il « réfléchissait » à reporter l’arrêt des trois dernières centrales nucléaires en activité (Emsland, Isar, Neckarwestheim), arrêt programmé cette année.

Les préparatifs de l’arrêt définitif de ces trois centrales sont très avancés. Au point que « les réacteurs ne pourraient continuer en toute sécurité », prévient M. Habeck. Ces trois dernières centrales ont été mises en service en 1988. Trente-deux années de bons et loyaux services, mais un âge qui les approche de celui d’une retraite définitive. Les relancer irait contre l’opinion publique allemande, toujours traumatisée par la catastrophe de Fukushima.

De son côté, le ministre-président de Saxe Michael Kretschmer (CDU), réclame que le pays revoit sa position sur la question de l’arrêt définitif du nucléaire. Une nouveauté dans un pays où l’atome a fort mauvaise presse…

Le pays compte principalement sur le gaz naturel liquéfié (GNL) pour diversifier ses approvisionnements. Ce gaz provient essentiellement du Qatar, des Etats-Unis et du Canada. De nouveaux  ports méthaniers seront nécessaires pour le traiter. Le chancelier Olaf Scholz avait déjà annoncé début février vouloir accélérer la construction des nouveaux terminaux GNL. Acheter du GNL au Qatar, l’un des premiers pourvoyeurs de l’islamo-terrorisme mondial ne dérange ni le gouvernement allemand ni les «  Grünen ». Acheter du gaz de schiste, une horreur écologique absolue, aux Etats-Unis, ne les dérange apparemment pas non plus.

Pour remplacer le gaz russe, les Allemands comptent également sur… le charbon ! Énergie éminemment écologique comme chacun sait. Mais nos écolos ne sont pas à une contradiction près…

***

Henri Dubost

In girum imus nocte ecce et consumimur igni