Sans voile et sans burka, je préfère les femmes fatales

Publié le 5 novembre 2019 - par - 30 commentaires - 1 358 vues
Share

Je garde toujours en mémoire cette anecdote vécue.

Dans une grande entreprise où je travaillais à la sécurité, un soir, avant le départ des rondes, l’un d’entre nous lisait un magazine people où la jeune et joufflue, pour ne pas dire moche, Ornella Muti, était en couverture ; à la une si vous préférez.

Passe le chef du personnel à la fin de son interminable journée de travail. Premier entré dans la manufacture le matin, dernier sorti tard le soir, complètement investi dans la société, dans le syndicalisme, il était aussi actif dans sa direction et son image de marque.

Comme à l’accoutumée, il frappe à la porte du poste de garde pour nous dire bonsoir.

C’était un homme d’une petite cinquantaine d’années, pas mal physiquement, élégamment mais sobrement vêtu et toujours parfumé avec goût. Il aimait les femmes, comme dans le film avec Charles Denner. Il aimait les femmes en tout bien tout honneur, et prétendait être infaillible pour en reconnaître une fatale. Il aimait aussi les armes à feu, les appareils photographiques, l’Histoire, le bon vin, le whisky et aller au restaurant. Il fumait son paquet de Gauloises par jour.

Voyant celui qui était plongé dans ledit magazine, notre chef des ressources humaines fait la moue et lui dit qu’il n’y connaissait rien du tout en femmes. Il nous jette à la figure : « je vais vous en dire une femme, MOI, une vraie : Rita Hayworth ! »

Tous les gardes se regardent médusés : « qui? ». Pierre G. abasourdi, nous regarde avec pitié et même un peu de chagrin.

Inconnue au bataillon. Évidemment, nous n’étions pas de sa génération.

Comme à l’époque il n’y avait pas internet, il nous a fallu quelques jours pour trouver des archives sur le sex symbole. Pour quelques francs chez des bouquinistes, quelques-uns avaient amené une petite revue de presse et des magazines en couleur, du temps de la splendeur de la vedette. Dans le poste de garde, toute la condition, non pas humaine, mais masculine, était là, réunie dans sa faiblesse.

L’admirateur d’Ornella Muti disait : « bof… », certains acquiesçaient enthousiastes : « ah oui ! y a pas photo », des hypocrites trouvaient Rita « moyenne », critiquaient ceci ou cela et certains faisaient les difficiles en murmurant : « mouais… moouuii… faut voir ». C’était pourtant tout vu.

Alors, pour ceux qui voudraient juger par eux-mêmes :

Rita Hayworth and Fred Astaire

https://youtu.be/qyYiO51peVc

https://youtu.be/qyYiO51peVc

Rita Hayworth Amado mío (Gilda)

https://youtu.be/FEKLBfjG05c

Put the blame on mame

https://youtu.be/FP7EclCu_PQ

Fred Astaire & Rita Hayworth The Shorty George

https://youtu.be/WUhhKELUxB0

Deux ombres au tableau cependant au palmarès de cette talentueuse étoile des années 1940, surnommée La Déesse de l’Amour : son mariage avec le prince Ali Khan : «  le 27 mai 1949, au terme d’une liaison placée sous le feu des tabloïds, Rita Hayworth devient princesse et se marie à Vallauris (Alpes-Maritimes), au château de l’Horizon, dans un faste purement hollywoodien. 

La princesse Yasmin Aga Khan, sa deuxième fille, naît de cette union. Rita séjourne alors souvent à Cannes, dans la villa qu’y possède son mari (le château de l’Horizon), ainsi qu’à Deauville. Mais le conte de fées est de courte durée. Rita, qui voulait fuir Hollywood, retrouve d’autres fastes encore plus contraignants. De plus, elle subit les tendances polygames de son mari, ce qui la blesse profondément » source https://fr.wikipedia.org/wiki/Rita_Hayworth et  https://fr.wikipedia.org/wiki/Ali_Khan

Le mariage d’Ali Khan et de Rita Hayworth

https://www.ina.fr/video/AFE85003099

Mais fatalement, le destin d’une femme fatale s’obscurcit

« Le déclin de Rita Hayworth s’amorce et, au cours des années 1960 son penchant pour l’alcool se répercute fâcheusement sur son physique et son comportement. Les premiers symptômes de sa maladie apparaissent : Rita est atteinte de la maladie d’Alzheimer – mal connue à l’époque, ses débordements d’humeur et ses altérations de mémoire sont mis sur le compte de la boisson. »

Rita Hayworth est morte en 1987 à 68 ans 

« En 1980, un médecin diagnostique chez la star la maladie d’Alzheimer. En 1981, elle est placée sous la tutelle d’une de ses deux filles, la princesse Yasmina Khan, qui deviendra l’une des plus efficaces porte-parole de l’Association pour la défense des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et organisera au nom de sa mère des galas pour récolter des fonds » https://fr.wikipedia.org/wiki/Rita_Hayworth

Par délicatesse, nous n’avons plus jamais parlé de Rita Hayworth avec Pierre.

Jacques CHASSAING

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Chriss44

Vive les femmes, les vraies, devant lesquelles les vrais hommes s’émerveillent…point besoin qu’elles se cachent sous d’affreux voiles, du moins vis à vis des vrais hommes qui savent apprécier les vraies « choses » sans pour autant avoir de sales pensées. Vive les femmes… Plus que jamais, par les temps qui courent.

François BLANC

tout ça pour dire que vous n’appréciez pas les femmes voilées !
J’en parlais avec un tunisien qui m’ a dit: quoi de plus attrayant que d’ouvrir un paquet cadeau
en ajoutant:
à condition de ne pas y trouver le musée des horreurs

Daniel

Tout cela ne vaut pas Ava Gadner dans Pandora !

zéphyrin

(rire) les femmes ne sont fatales que pour ceux qui en tombent amoureux….je ne sais pas si c’est normal, mais plus j’avance en âge, plus je trouve les jeunes femmes belles.
j’ignore pourquoi j’étais si difficile et critique étant plus jeune….(sourire)

Une patriote

On peut dire qu’avec leur disparition les mots  » STAR ET SEX SYMBOLE  » ont disparus pour ne plus faire place qu’au mot acteurs / actrices / chanteurs. Eh chanteurs mot bien souvent usurpé par des m;;;;;;;;du rap qui vous débitent un immondice charabia ordurier d’incitations aux meurtres et qui ne font guère carrière que le temps d’une chasse d’eau afin de retourner aux égouts qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Où trouver aujourd’hui une AVA GARNER, une MARYLINE, un F.SINATRA, un D. MARTIN, et tant d’autres qui nous faisait rêver. Les frères musulmans veulent par leur intégrisme faire disparaître tout ça MAIS N’Y ARRIVERONT JAMAIS !

Spipou

Quel rapport entre les Frères Musulmans et Ornella Muti ? Une nuit de sommeil réparateur après la lecture de cet article ne m’a toujours pas permis de répondre à cette question.

zéphyrin

ben leurs femmes sont voilées et peu présentes sur les plateaux de tournage, jacques rend hommage aux « nôtres »….et puis les plats musulmans ont besoin de trous normands pour détendre un peu (sourire)

Spipou

Oui certes, mais Ornella Muti ? J’ai toujours pas compris.

HELLENE

Eh bien je suis vexée, parce qu’ à 18 ans, on me disait que je ressemblais à Ornella Muti, et c’était un compliment, car j’étais plutôt jolie!
Rita, je n’arrive pas à la trouver belle. Est-ce à cause de sa grande bouche ou de ses épaules en porte-manteau? Je ne saurais le dire…

zéphyrin

d’accord avec vous, je me demande ce que les femmes pouvaient trouver d’intéressant à certains bellâtres….alors que moi …

Spipou

Non, moi ! ☺

Jill

Rita pas belle… Voyez le film Gilda ;si vous ne la trouvez pas sublime, on n’a pas vraiment les mêmes goûts. Ceci étant j’aime bien aussi Ornella
Mutti;si vous lui ressemblez, c’est plutôt un avantage.

Spipou

Tout est dit : « pas les mêmes goûts ».

Dans l’univers de l’auteur de l’article, ça ne semble pas être un concept valide.

Million

Super belle Ornella aux yeux verts qui nourissait au sein son enfant, comme la belle Monica, vous oublier la belle Gina Lolobrigida, et Sophia Loren, en France on a eu notre super Brigitte Bardot : et Dieu créa la femme.

Spipou

Vous me donnez votre numéro de téléphone, Hellène ? ☺ (Avec un accent aigu sur le premier « e » ou pas ?)

Cherchez pas, c’est Jacques Chassaing ! J’ai été attiré par le titre, mais comme à chaque fois, on se demande à quoi servent ses articles, à part à déverser sa bile sur tout le monde et sur les autres aussi…

Heureusement que tous les hommes n’aiment pas la même femme ! Il y a déjà assez de concurrence comme ça…

Million

Et moi idem sur 5 filles tres blondes, les parents d’origine près de Venise, et moi la dernière très brune visage allongé, corps d’italienne, je ressemblais à Monica Bellucci, j’en ai entendu par frère l’ainé et frangines : t’es pas comme nous, mais très fière que mon profil fasse penser à la belle Monica.

didile

Le tralala de Suzy Delair est toujours de ce monde.Bientôt 102 ans.
Nous pensons aussi à vous ,Madame.

Spipou

En passant, une petite colle : « clope », masculin ou féminin ?

Marc Larapède

Soit clop masculin, ou clope féminin. Je reste neutre.

Spipou

C’est masculin. Ca vient du gitan.

Jean-Louis

Je ne considère même pas une femme voilée comme une « femme ».

Spipou

Moche, Ornella Muti ? Joufflue ? Je ne sais pas comment elle est maintenant, mais certains auraient besoin de s’acheter une mémoire ou des lunettes, au choix.

Et de se rappeler que la perte de la jeunesse s’accompagne de quelques désagréments, et qu’on n’y peut rien, hélas ! Pour la malheureuse Rita comme pour Ornella.

Bon, de toutes façons… Des coûts et des douleurs, chacun fait son choix, mais quel rapport avec l’islam ?

Spipou

A moins qu’Ornella se soit mise à porter une burka et que ce soit de là que provienne votre ire ? – Ou qu’elle n’ait épousé un autre Aga Khan, sans trône celui-ci… –

Je vais faire un petit tour sur internet pour vérifier.

Spipou

Ben non, rien… Sa mère est toujours estonienne et son père italien, à part ça rien de spécial à signaler… Une condamnation – à de la prison !!! – pour avoir rencontré Poutine et manqué un spectacle à cette occasion…

Mais des actrices sublimes qui ont mal vieilli, j’en ai quelques-unes en tête… De la génération d’avant Rita à celle d’un peu après Ornella, ça commence…

Je ne vois pas bien l’objet de l’article, à moins que ça ne soit pour nous dire que tous ceux qui n’aiment pas les armes à feu (là, c’est vrai, je suis mauvais), les appareils photographiques (moyen), le whisky (la vieille gnôle, la prune à 60° et la samagonka à 70°, ça passe ?) et les clopes (là j’ai tout bon) sont des petits cons, c’est ça ?

Jill

La Rita Hayworth de Gilda était assurément la plus belle femme qu’on puisse imaginer ;peu l’ont égalée, aucune dépassée… Quand on pense comment elle a fini.

Marie France Milbach

Depuis Brigitte Bardot très peu de canons. Moi j ai envie de vous parler des hommes.
Des Burt Lancaster , Charlton Heston, Alan ladd,Paul Newman, Richard Burton, Robert Mitchung, Steve Mc Queen.. Un physique à faire pâlir. Superbement habillés avec des pantalons taillés hautes qui leurs donnait une allure folle.
Pas ces jeans taille basse ou les hommes n ont plus de fesses pour peu qu ils en ont. Et que dire des femmes d aujourd’hui dans le cinéma français. Aucune recherche dans la coiffure ni dans l habillage. Un peu comme dans le slogan d un fast food. Venez comme vous êtes.

Jill

Vous avez raison Marie-France… Visconti qui avait aussi l’œil pour les hommes ;et pour cause donna
le rôle du prince dans le film Le Guépard au grand
Burt Lancaster. Il y fût impressionnant… Le choix
du cinéaste n’avait pas dû être apprécié des célèbres et talentueux acteurs italiens de l’époque, et pourtant, aucun n’aurait pu égale l’américain.
Le couple Delon/ Cardinal était sublime.
Visconti était un esthéte, ce qui manque singulièrement au cinéma d’aujourd’hui.

Natou

Jacques mais qu’il est sympathique cet article et cela fait du bien au moral .
Oui Rita était magnifique , mais j’aimais beaucoup Grâce Kelly , Simone Signoret au début , Michèle Morgan avec Jean Gabin , j’étais fan aussi de Michèle Mercier , et pourtant ce n’est pas ma génération .

"à la" poubelle

Femme fatale, pléonasme !

Jon-Erik Harper

Claudine Dupuis est la femme qui m’a fait le plus craqué au cinéma.