Sarkozy : fin de la double peine, France-Qatar, Mayotte et explosion de l’immigration…

Publié le 23 septembre 2014 - par - 1 705 vues
Share

collectif-avec-nicolasÇa y est, il revient, avec son insolence et sa mégalomanie à toute épreuve, ne doutant de rien il fait son retour dans l’arène politique avec son bilan calamiteux : le traité de Lisbonne, le retour dans l’OTAN, l’ami des néo-conservateurs américains, l’ami de Kadhafi (avant de le trahir), 465 milliards de dette publique supplémentaire, 78 % d’immigration de plus que sous Jospin, 436.000 emplois perdus malgré 65 milliards de nouvelles niches fiscales et, cerise sur le gâteau, sa propre formation politique en cessation de paiement.

Que va t-il bien pouvoir nous dire avec avec pas moins de 6 instructions en cours sans compter celles à venir ? Qu’il a changé ? Qu’il a compris d’avoir contribué à la faillite économique et sociale du pays ? Qu’en 2007 ses promesses n’ont été qu’une succession de vains mots et de trahisons faits de perpétuelles compromissions et d’enrichissements personnel toujours à la frontière de la légalité.

Reviendra-t-il sur son attitude pour avoir ouvert la porte au Qatari et à l’islam en France en donnant une légitimité au conseil du culte musulman qui abrite, finance et protège des réseaux terroristes dans des mosquées et autres écoles coraniques présentes sur l’ensemble du territoire là aussi à la limite de la légalité quand celle-ci n’est pas tout simplement bafouée avec l’allégeance des politiques de tous bords ?

Reviendra-t-il sur le cas de Mayotte rattachée désormais à la République française avec le statut de territoire d’outre mer profitant ainsi de toutes les subventions et aides sociales pour une population à plus de 90% musulmane et pour laquelle le Tribunal islamique est en vigueur au sein de cette île mettant à mal les Lois en vigueur et autorise demain n’importe quel barbu de faire débouter n’importe quelle juridiction sur le territoire en demandant d’être jugé par ce tribunal islamique au sein de la République ?!

Que dira-t-il aux artisans, aux professions libérales, aux commerçants, aux travailleurs indépendants tous écrasés sous les charges sociales d’une imposition atteignant des niveaux records ?

Non Sarkozy ne sera pas le messie attendu par le peuple pour faire redémarrer une économie moribonde sous perfusion, d’un pays désormais au bord du dépôt de bilan avec la menace croissante de la cessation de paiement. La France va-t-elle rejoindre la Grèce avec, à chaque seconde les intérêts de la dette publique de la France qui coûtent près de 1500 € soit plus de 45 milliards d’euros payés en 2014 sur une dette publique totale de 1885 milliards d’euros environ en mars 2014, soit une dette de plus 25.830 euros par Français et 16.644 € d’intérêts par famille. Cette charge de la dette est aggravée chaque année par un déficit public qui ne se résorbe pas avec de surcroît des rentrées fiscales qui ne servent même pas à commencer de payer les intérêts de cette dette abyssale.

Viendra-t-il oser nous dire que le bilan de son successeur est catastrophique après avoir été au pouvoir pendant 10 ans entre des fonctions ministérielle et présidentielle ?!

Décidément ce retour en grande pompes et sur-médiatisé ne sera pas le signe providentiel qu’attend le peuple souverain qui lui, tous les jours, trime un peu plus entre l’incertitude d’un proche avenir et la crainte du chômage, avec un pouvoir d’achat qui se réduit chaque jour un peu plus comme une peau de chagrin ?!

Non la France n’attend pas Sarkozy pour la sauver, pas plus qu’elle n’attend quelque chose de cet actuel gouvernement d’occupation et de son chef de guerre ventripotent à la limite du statut d’incapable majeur, et qui lui a été élu en 2012 par le suffrage universel sur une grossière erreur de casting.

Antonin Bruniquel

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.