Sarkozy serait-t-il le père de Mayotte, un département « haram » ?

Publié le 26 décembre 2011 - par - 1 174 vues
Share

Ahmed Abdallah Mohamed SAMBI, Anjouanais d’origine, a présidé de 2006 à 2011, l’Union des Comores. Surnommé, par ses compatriotes , avec ses (faux) airs de dignitaire
religieux, l’Ayattolah, il s’est, entre autres, singularisé, en proposant au Sommet de la Ligue Arabe , le 29 mars 2009, de décerner le prix Nobel de la Paix au président soudanais Béchir, inculpé par la Cour pénale internationale.
Alors qu’il prétendait, avant son élection, combattre la corruption, sous son règne, celle-ci a atteint des sommets inégalés. La candidate Eva JOLY (qui, il faut bien le reconnaître dit également des choses sensées) a du très certainement penser autant sinon davantage à lui qu’à son successeur lorsqu’elle a récemment préconisé une » intensification de la lutte contre la corruption (aux Comores) »afin (je cite toujours) « de réduire la pression migratoire sur Mayotte »
Cela a provoqué l’ire de la citoyenne Baraka INZOUDDINE, doctorante, s’il vous plaît,en droit international public à Paris, très liée par ailleurs à la famille, en bonne partie française, cela s’entend, du potentat SAMBI.
Elle s’en est pris très violemment à dame JOLY, en l’accusant d’opérer un mauvais calcul électoral sur la question de l’île, selon ses divagations, « comorienne » de Mayotte. Dans sa colère, elle suggère que les MAHORAIS vont plutôt choisir (je cite toujours) le père du département « haram »-qui on le sait pour les musulmans, signifie illicite, – mahorais !
Décidément la haine de certains Franco-Comoriens dépasse toutes les limites! Ils démontrent, sans contestation possible, que leur vision des choses est totalement incompatible avec nos principes républicains et démocratiques !
Cela hélas! sans que les autorités françaises s’en émeuvent à ce jour, laissant ainsi prospérer à loisir les ferments du poison communautariste
Jean-Michel WEISSGERBER

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.