Sarkozy va-t-il ramener BHL dans ses valises ?

Publié le 25 août 2016 - par - 14 commentaires - 1 467 vues
Share

SarkozyBHLIl y a tout de même quelque chose de symptomatique d’un régime en fin de course, que de voir un type comme Sarkozy remuer et brasser l’espace politique à un point tel que c’en devient franchement insupportable. Ainsi, le grand homme qui se lance sous le signe de l’identité française «a écouté», puis finalement «a décidé» : parce que «La France mérite qu’on lui donne tout!»

Il ne reste qu’à remonter les marches de l’Élysée… On croit rêver !

Petit rappel d’histoire récente…

Voguant sur le surf de son impressionnante campagne de 2007, comme si le temps s’était arrêté à ce face à face avec Ségolène Royal et ce knock-out historique qui voient la candidate s’anéantir d’elle-même, Sarkozy croit qu’il peut répéter sine die le même éternel enfumage populiste en prenant les Français pour des tarés !

Au lieu de ça, il doit se rattraper et galérer comme un convulsif en perte de vitesse ; un pathétique de «l’ivresse du pouvoir» exaspérant le peuple de France qui ne peut simplement plus le blairer…

Politicien de l’imposture et de l’audace obsessionnelle, Sarkozy traine derrière lui des boulets de canonnade. S’il fallait ouvrir le placard de ce parvenu, il y aurait davantage de squelettes que dans l’ossuaire de Denfert Rochereau : affaires des écoutes, financement Libyen, Bygmalion, Karachi, Bettencourt, Tapie, ne sont que la pointe d’un iceberg qui n’en finit plus de couler ; sans parler des jets privés, yachts et Riads arrosés aux pétrodollars Qataris : que de la frime et du vent pour arriviste mégalomane !

Progressivement confiant et rasséréné sur ses capacités de mimétisme, puis débordant de l’enthousiasme alcoolisé de l’aventurier, Sarko le magnétique, l’arrangeur de programme, le surdoué de l’énergie, le marathonien de la force d’endurance, impose son rythme infernal à tous ses proches qui n’ont d’autre choix que de suivre la majesté dans son évolution dialectique : «Je suis une Ferrari» disait-il à ses conseillers…

En tout cas, cette métaphysique de l’énergie pure et de la volonté ambitionelle, BHL lui, l’aura bien comprise, et saura s’en accaparer le moment venu en utilisant tous les leviers du personnage au gré des failles et faiblesses…

BHL – le « plus grand philosophe français », un de ceux ayant bâti toute une œuvre sur la haine absolue d’une France qu’il ne ramène qu’à une «idée» structuraliste et post-moderne, sorte de catégorie flottante droit-de-l’hommiste pénétrant les strates des «damnés de la terre» à grands coups de «droit d’ingérence» – embarque dans la danse et martèle le discours dominant…

Parce que telle doit être la « France éternelle » sortie de la plume du fossoyeur… Et telle est la France que ce manipulateur de concept vend systématiquement depuis Mitterrand à tous les présidents sous les ors feutrés du palais : il vend sa «France noire», cette France «au visage d’ordure» et «à la ménagerie de monstres qui l’habitent»… Dixit !

En effet, l’homme-à-la-chemise-Charvet-dans-les-ruines-du-champ-de-bataille, refusant obstinément d’admettre que nous sommes désormais dans le monde de Samuel Huntington et non plus dans celui du prophète Jonas, fait la guerre en philosophe ; une guerre cérébrale ; « l’Espoir » de Malraux en apex de carrière ; une guerre «culturelle» comme on en faisait au temps de Voltaire, autre éminent conseiller du prince : Messieurs les Français, tirez les premiers !

BHL s’amuse !

Et Sarkozy embarque !

Tel un courtisan d’Ancien régime approchant le monarque, nul ne saura à quel point ce BHL, vieille connaissance bling bling d’autrefois, Arielle et Carla au pas de deux, la Zahia en ligne de mire, accaparera les premières volontés d’un Sarko rêvant de lire son panégyrique dans les colonnes du Point : tout en ne perdant pas le cap de l’après-mandat, ne voulant surtout pas manquer le coche du gotha post-partum…

Combien y aura-t-il d’exemples de ces souverains tombés, comme ça, sous la coupe d’intrigants à la remorque du soubassement ? Des rois qui prirent des décisions sur un coup de tête de la jarretière pour se mettre subito au service de l’oracle, trop content d’en retirer les odes de l’immortalité…

Mais parlons plutôt comme le philosophe…

Démonstration : Rien de plus beau que de voir la pensée désarmée, conduire le bras armé et mener le peuple là où la raison l’appelle…

Axiome : l’oracle conseille donc au prince de monopoliser toutes les forces vives de la nation pour venir à la rescousse des djihadistes de Cyrénaïque… au nom des « droits de l’homme! »

Corolaire : le prince n’hésite pas un instant à attaquer un pays pour faire empaler le chef d’État qui lui avait financé personnellement sa campagne… au nom du « droit d’ingérence! »

Ces guerres justes – là c’est BHL qui parle – ne sont pas moins inhumaines que les autres, mais au moins s’y trouve-t-il une passe obscure vers la grandeur où il appartient aux écrivains, et sans doute à eux seuls, de porter la plume… (sic) !!!

Tout ça est bien Romantique – la Stendhalie en embuscade – sauf que cette aventure du tandem Sarko/BHL aura été sans contredit la pire décision politique jamais entreprise de mémoire d’homme : le genre de momentum qui provoque la chute de la falaise… Une décision qui, par son effet d’entrainement et son gigantesque appel d’air ouvre les vannes de la conflagration, au moment où cet infâme «Printemps arabe» commençait justement à être liquidé dans l’Égypte du général Sissi, contenu en Tunisie, tué dans l’œuf en Algérie, et s’apprêtait à connaitre le même sort dans une Libye reprise en main par le fils Kadhafi…

Cette destruction de la digue libyenne entrainera, comme on le sait tous, une colossale trainée de poudre islamisto-djihadiste du Mali en Centrafricaine, et du Nigéria en Irak, participant directement à la création de l’État Islamique et de ses affidés… Un immense crescendo en amont !

Et bien entendu, ce sera de Libye que partiront les premières vagues de «migrants», ou plutôt l’invasion coordonnée d’une soldatesque mauresque nous refilant ses plus beaux spécimens mâles dans la force de l’âge, débarquant iPhone en main, ready pour le positionnement…

Restait la Syrie !

Mais si les médias dominants pétris du sacro-saint dogme sectaire « droit-de-l’hommiste » avaient cessé dès le début, de lobotomiser sans relâche l’opinion publique occidentale sur cette fameuse «opposition démocratique» qu’il fallait à tout prix protéger (dont BHL martela la propagande continuellement), le régime alaouite, avec l’aide qui s’imposait, venait à bout de cette énième colonne islamiste en un tournemain…

… et l’enfer civilisationnel dans lequel nous sommes plongés pour toujours était évité aux forceps. La « nature immanente des choses » comme disait Clémenceau, aurait nécessairement repris ses droits !

Mais qu’est-ce que la «Realpolitik» pour ces deux garçons de la Jet, BHL et Sarko, qui, pendant cette guerre, remuaient davantage les officines du PAF et des mags people que les chaumières des chancelleries ?

C’était quelque chose de voir ces têtes d’enterrement d’Henri Guaino ou d’Alain Juppé, surpris, hésitants, déconcertés, ne sachant trop quoi répondre et obligés de défendre une politique qu’ils n’auront jamais vu venir, pendant que BHL, le larron en foire, trimballait les «Massoud Libyens» dans les salons feutrés des palaces-hôtels autour d’un «scotch on the rocks», afin de mieux les faufiler nuitamment par porte secrète dans « des réunions à la bougie » à l’Élysée avec l’autre larron, entouré de deux ou trois sherpas dans le secret : Nous sommes dans Game of Thrones !

Suffit de peu au fond, pour faire basculer une civilisation !

En vérité, pour BHL, le jeu en valait la chandelle : outre la «postérité», un livre, «La guerre sans l’aimer» (quel titre bidon), dans lequel il vante tout ce strass politico-évènementiel… Claude Lanzmann qui en a vu d’autres, s’offusque lui-même de cette dangereuse mégalomanie : « Bernard, il faut que tu t’arrêtes, tu n’es pas le maître du monde… » Les historiens du futur sauront remettre les pendules à l’heure : nous aurons certainement droit à un des plus grands fossoyeurs intellectuels de notre époque… Son héritage posthume est déjà bouclé !

Sarkozy aussi, aura poussé la sienne, sa mégalomanie, en entrainant par force persuasive, des Cameron et Obama plutôt dubitatifs pour ne pas dire très hésitants envers cette aventure kadhafienne perso. D’ailleurs, Obama le lui reprochera amèrement dans ses récentes mémoires : « La pire erreur de ma vie » dit-il !

Et puis après, que reste-t-il de ce bazar destructeur, sinon une immense lassitude des Français envers leur classe politique, leur «Régime UMPS» inamovible, éternelle vénalité des charges et des privilèges !

Mais surtout, un écœurement généralisé dans la population envers ce politicien qui les a si honteusement trahis et qui, par son insistance obsessionnelle à remuer du personnage, se fout carrément de leur gueule…

Parce qu’au fond, quoi qu’il fasse, quoi qu’il dise, quoi qu’il tente, les Français ne retiendront de Sarkozy que le cirque…

Le cirque du Fouquet à coup de casse-toi-pauvre-con, Rolex par-dessus la manche de chemise, plume Mont-blanc «king size» trônant au milieu du bureau, Yacht sur la côte, divorce puis remariage dans l’heure à une top du jet set s’il vous plait : le m’as-tu-vu de la politique qui arrive à grands pas, se pavanant sous les feux de la rampe en faisant son entrée dans la Salle des Fêtes de l’Élysée «enlacé» au bras de Carla, prêt pour la photo flash… Paparazzi por favor !

Sarko, héritier du Général et continuateur du gaullisme comme le lance tous azimuts la machine LR et la tartufferie médiatique au complet ?

Même pas en rêve !

En fait, Sarkozy est plutôt l’héritier direct de Paul Barras, «chef» du Directoire sous la Révolution, l’artisan de tous les scandales et « affaires » du jour, la corruption et le vice incarné. Voilà de qui il est l’héritier !… Une actrice célèbre, invitée à sa résidence officielle au Luxembourg n’en croyait même pas ses yeux : « En arrivant dans le salon de Barras, nous y trouvâmes beaucoup de monde ; on nous dit que ce Directeur venait d’entrer dans son cabinet et qu’il rentrerait bientôt dans le salon. Plus de trois quarts d’heure s’écoulèrent avant son retour. Enfin, les portes s’ouvrirent. On vit paraître Barras un bras passé autour de la taille de Madame Tallien qui appuyait un des siens sur l’épaule du Directeur. Cette entrée ainsi enlacée parut à mon père le comble de l’impudence. En sortant il me dit : ma fille, quand un pays est gouverné par des hommes affichant un tel mépris des convenances, les honnêtes gens doivent rougir d’avoir quelque rapport avec eux ».

Au bout du compte, ceci explique cela, l’un mimant, l’autre imitant, les deux font la paire; changer les noms, la scène reste la même !

Et après, on demande à Sarkozy, dans des interviews sérieuses Obs-Point-Match, le tout sérieusement du monde : « M. le Président, ou en êtes-vous avec Napoléon ? »

Marc Traversy

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Boudry

comme quoi il a bien pu transporter des  » valises » et n’en être pas moins qu’un pauvre type.

Françaixaspere

En somme,avec le tandem Sarko /bhl, le botulisme est de retour.Etonnant, non? aurait dit Desproges.
Mais comme le Sarko est un malin,il aura compris que le -philosophe -que -le – monde -entier – nous – envie – est totalement demonetise, il trouvera un nouveau directeur de conscience (le pouvoir les attire comme un étron bien fumant attire les mouches à merde).
En tout cas, pour la Lybie, le mal est fait.Puis-je suggérer le Zimbabwe? Ah,non,ils n’ont pas de pétrole et Mugabe est très vieux et Sarko respecte les vieux,n’est – ce pas Liliane? ?

Dunois

Il est impossible que les français ne se souviennent pas du mal que ce mauvais clown a fait du temps où il brisait tout, le plus possible. On ne peut pas penser à voter pour ce guignol qui ne vaut pas mieux que le chancre mou actuel. Enfin, quoi ! Il faut se souvenir que ce type a fait des dégâts avec toute son énergie. La liste de ses méfaits est longue et il ose se représenter. Dehors immédiatement ! Ma mémoire est intacte et je ne suis pas près d »oublier ce pourquoi le gueux est condamnable !

André Léo

BHL, Attali, Cohn Bendit, on peut en ajouter des milliers d’autres, comme cet ex ministre de Mitterrand et de Hollande, père d’un rejeton sans revenus qui se conduit comme fils de milliardaire. Tous ont en commun, non pas d’être « juifs », comme l’écrit maladroitement un intervenant, mais d’être Pro-américains. Vouloir le bombardement de la Serbie, de l’Irak, plus récemment de la Lybie, faire du lobying pour bombarder la Tunisie ou la Syrie comme un Fabius, c’est donner des arguments supplémentaires aux faucons de la « pax americana », une paix qui se traite à coup de milliers de tonnes de bombes depuis la Corée et le Vietnam.
Ces « conseillers » en agression déshonorent la judaïté, si tant est qu’elle existe. Le plus inacceptable, c’est qu’ils trahissent leur pays, la France, au profit d’une puissance étrangère.
C’est parce-qu’il se trouve des hommes politiques pour préférer les tocades mercantiles d’un BHL aux avis d’un Alain Finkielkraut ou un Éric Zemmour, que la France s’effondre.

Pivoine

BHL est le type même du pervers narcissique !

Charles Martel-dans-leur-Gueule

Doublé d’une ordure!

leglandu

Si c’est pour ressortir kouchner, besson, ou du rama yade. Non merci.
Adieu paul bismuth, qu’il aille faire du fric à karachi .

durandal

BHL,ATTALI, COHN-BENDIT, voici le trio qui concourent à créer l’antisémitisme en France. Bande de salopards. Heureusement qu’il existe des ZEMMOUR pour montrer qu’il existe des juifs aimant sincèrement notre patrie, et de vrais patriotes à la différence de ces traîtres.

Penny

Pourtant BHL sinquiète autant que vous de ce quìl appelle l`islamisme qui menace la France.

Charles Martel-dans-leur-Gueule

Il s’inquiète surtout que le filon lui échappe… Il y a du fric à se faire en vendant sa face d’escroc…

Penny

du racisme? surement, il n a pas plus une face descroc que vous. Il a publié de nombreux livres importants. Vous êtes jaloux quun Juif soit intelligent, beau et réussisse dans la vie. Il fera plus pour la France que vous, pour sortir votre pays des attentas islamistes. C est Giscard d`Estaing qui a vendu la France en permettant une immigration de masse du Maghreb. N importe qui aurait pu vous dire que les musulmans ne s intègrent pas!!! Et si vous ne les laissez pas faire à leur guise leur religion, ils vous attaquent. Vous avez du pain sur la planche. BHL est un allié contre les attaques islamistes, pas un ennemi

Noway

Les médias bourreurs de crânes et les sondages à la carte se chargeront de faire l’opinion du peuple et de faire oublier les « affaires ».
Bhl en ministre en récompense et pour officialiser ses « fonctions » ne m’etonnerait pas dans le gouvernement bing bling.

victor hugo

Pour le moment a situation étant tellement grave on a besoin de s alliée tous ceux qui proposent de lutter contre l immigration.Le FN ne gagne jamais . Je ne crois qu a une alliance des droites pour chasser les gauchistes. La guerre ne se gagne qu’ en s alliant a ceux qui ont un ennemi commun. Sarkozy déteste les gauchistes .C est vrai c est un opportuniste . Mais ceux qui le soutiennent sont souvent plus gâchis que les électeurs FN. Pour le moment l ennemi c est la gauche. Et imposons l alliance des droites seul moyen de gagner. Après le reste ….

Glazik

Comment ? Vous voulez nous resservir la soupe sarkozyste qui a déjà été au menu de 2007 avec les résultats que nous connaissons : Mayotte, porte ouverte vers la nationalité Française et les allocs qui vont avec, Libye et ses conséquences désastreuses, l’OTAN, la dette, les affaires Tapie et autres, les compromissions Qatariennes, le conseil du culte musulman avec l’UOIF en prime !
Pourquoi ? Pour espérez-vous payer un peu moins d’impôts ? Espérer une main d’œuvre moins cher et plus malléable qui rime en fait avec plus d’immigration ?
Non merci, c’est aux Français soumis d’ouvrir les yeux et pas aux patriotes convaincus de faire allégeance à ce type de personnages !