Sauver l'euro jusqu'au dernier Grec

Le magazine Les Clés de l’éco du dimanche 5 juin sur i-Téle donna lieu à un échange musclé et réjouissant entre Natacha Valla, chef économiste chez Goldmann Sachs, et l’économiste Marc de Scitivaux, particulièrement pugnace et en forme, qui ne fit qu’une bouchée de son adversaire. Son avis sur le plan dit de sauvetage est particulièrement net : « Il ne s’agit pas d’aider les Grecs ! Il s’agit de sauver l’euro jusqu’au dernier Grec vivant ! »
La seule solution pour sortir d’une telle situation d’endettement, c’est pour de Scitivaux, une forte dévaluation, ce qui suppose que la Grèce sorte de l’euro. Oui, mais que faire quand un pays ne peut pas dévaluer sa monnaie ?
Natacha Valla essaie d’avancer une idée  qu’elle présente comme une autre forme de dévaluation :
« On peut dévaluer en disant : je ralentis mon économie, je réduis la croissance des salaires la croissance des couts et donc je dévalue en termes réels. »
Belle rhétorique ! Mais Scitivaux s’insurge : ce que propose Valla, ce n’est pas une dévaluation ; il  exige que le procédé soit appelé par son nom :
« Cela s’appelle la déflation Laval. Il ne faut pas que les gens croient des blagues ! Ce que vous proposez ne s’appelle pas une dévaluation, ça s’appelle une déflation. »
Regarder la vidéo
Catherine Ségurane
REFERENCES
Marc de Scitivaux, économiste, vs Natacha Valla, chef économiste de Goldman Sachs. (i>Télé, 5/06/11), capturé, extrait et conservé sur RuTube par Fdesouche.com

image_pdf
0
0