Savourons la fessée de Onfray à Hollande, « petit garçon » « ayant inventé le fadisme »

Savourons la fessée de Onfray à Hollande, « petit garçon » « ayant inventé le fadisme »

Pour Michel Onfray, le quinquennat a supprimé « la fonction présidentielle, le président est devenu une sorte de grand Premier ministre ». © AFP/ KENZO TRIBOUILLARD

François Hollande est un « serpent sans venin », selon Michel Onfray

AUDIO. Dans sa chronique de France Culture, le philosophe traite le chef d’État de « serpent sans venin » et l’accuse d’avoir « inventé le fadisme » sur France 2.

 François Hollande misait sur des Dialogues citoyens pour lancer la dernière phase de son quinquennat et préparer 2017. L’audience a été mauvaise, la réception politique décevante. Le philosophe Michel Onfray a décrypté à sa manière la performance du président de la République. Dans sa chronique hebdomadaire sur France Culture, l’auteur du Traité d’athéologie n’y va pas par quatre chemins : il a trouvé l’émission fade. « Il a inventé le fadisme. » « On écoute, on attend la fin en se disant qu’il y aura peut-être quelque chose, mais on découvre que pendant tout ce temps-là, ça a été un long discours apolitique », commence Michel Onfray, qui va bientôt créer sa web TV. Il pousse sa critique en comparant le chef de l’État à un « serpent sans venin ». Pour lui, c’est « un constrictor, souriant, on le voit prendre sa proie et serrer fort, serrer fort. (…) François Hollande ne répond jamais aux questions qu’on lui pose. Il a juste précisé qu’il avait un certain nombre de messages à dire et qu’il les dirait, quelles que soient les questions. »
image_pdf
0
0

31 Commentaires

  1. Si vous voulez une preuve de la crétinerie idiot utiliste de Michel le philosophe normand, un brillant article sur Causeur de Kostas Mavrakis nous en fait une démonstration imparable :

    http://www.causeur.fr/onfray-penser-islam-2-37837.html

    On pourrait même dire à la fin de l’article tellement on se marre que « Un …, ça ose tout, et c’est même. »

    Ou comment descendre en flamme un penseur à la pensée frelatée, qui fut adepte de toutes les forfaitures… Il continue… Comment peut-on rester avec une telle aura médiatique après une telle démonstration ? L’homme a le tord de trop parler et de ne pas assez réfléchir. On va commencer à croire que sa pensée s’appuie sur le Reader’s Digest. Il ramène tout à son propre nihilisme. Il est l’acmé de la raison et du savoir « Vous n’avez pas vu, le ciel tourne désormais autour de mon nombril ! Je discute avec Allah. » Il juste oublié que tous les réformateurs de l’islam, de Mahomet à Khomeiiny, et tous les idiots utiles, ont été exterminés.

  2. Même si l’exercice de traiter Hollande en punching ball est facile et désormais sans aucun risque voire juste pas encore démodé, c’est toujours bon d’en remettre une couche pour être sans cesse plus sûr de l’éloigner de toute chance de réélection, ce qui contribue aussi à exploser la gauche.

    Dire que Hollande a inventé le fadisme, c’est presque une fadaise à force d’être évident, mais qu’est-ce que ça fait du bien à entendre ( et ça reste un néologisme très percutant ).

    • « sans aucun risque »… Je me suis bien marré, Clamp, vous avez tout dit du confort de l’intellectuel français suiviste et pas du tout original. Bientôt, vous allez voir, la totalité des intellos français de gauche seront islamophobes. J’adore les résistants qui s’y mettent le 8 mai 45. Vous allez voir, pour coller au moule de son lectorat qui va évoluer, notre bon prophète Michel Onfray, spécialiste des trains déjà arrivés en gare pour indiquer l’avenir, nous dira dans moins de 10 ans tout le bien qu’il pense du libéralisme. C’est tout vu. Cet homme très cultivé et très intelligent a une telle panoplie d’arguments en archives qu’il peut tout justifier et son contraire. Il n’est même pas original quand il dit « J’vous l’avez bien dit ». Il aurait été Sartrien avec Sartre, etc… Son idéologie donc : le suivisme, avec une minute d’avance sur la meute. D’autant plus quand on sait aujourd’hui que pour être édité en France, il faut vraiment plus faire aucune vague, être hyper consensuel.

      • C’est joliment dit monsieur F. Servinière, magnifique portrait d’un c** qui ose tout et même son contraire!

  3. hors sujet quand allez vous comprendre mondialiste et fric contre nationaliste non communautaire onfray change d »avis suivent les médias bon exagère mais pensez y

  4. Onfray est anti-libéral, donc étymologiquement « contre la liberté », donc il est autant fasciste que ceux qu’il dénonce. Sa parole est identique à ses coreligionnaires intellectuels français marxistes de gauche, qui ont tous raison face à tous les autres qui ont tord. Ici on va rappeler quelques paroles, à la suite du livre de chevet « Le terrorisme intellectuel » de Jean Sévillia. Sinon, j’approuve son combat contre l’islam, si tant est qu’il reste islamophobe jusqu’au bout, posture normale d’un intellectuel ou d’une personne normale qui se respecte. Sans être fasciste puisque être islamophobe, c’est être pour la liberté. Je ne comprend donc pas sa posture « anti-libérale ».

    « L’intellectuel de gauche descend du prêtre. »
    Roger Scruton (1944-),philosophe anglais de l’esthétique

    « L’intellectuel est celui qui est le plus tenté par la dictature et, parmi ces intellectuels, l’intellectuel français est le plus doué pour ça. »
    George Orwell (1903-1950),écrivain et journaliste anglais

    • @ François Servenière

      La liberté émane de la règle. Sans la règle, vous êtes prisonnier de toutes les menaces. Le libéralisme, ce n’est pas la liberté, c’est la loi de la jungle, où il y a toujours un perdant ; et pour l’individu, c’est chacun son tour, mais pour la collectivité, c’est systématiquement.

      Il n’y a pas pire fascisme que celui de la loi du plus fort. La transcendance de l’homme dans son avènement, c’est justement de la vaincre.

      • Clamp, désolé vous connaissez très mal l’histoire de la pensée économique. Ce que vous dites est le prémaché du Reader’s DIgest marxiste-léniniste sur le libéralisme, ce qu’on vous a mis dans le crâne depuis 1945 (CGT et PCF travaillant pour le Polituburo et le KGB, dominant dans la presse, les médias, les syndicats, à l’EN, etc. ). Relisez les classiques du Libéralisme parce que là, vous avez tout faux (http://www.wikiberal.org/wiki/Lib%C3%A9raux_classiques). Et Bastiat, Tocqueville, Rand, etc. Vous faites l’erreur classique que véhicule la pensée ultra gauchiste française qui inonde nos postes de télévisions, nos radios et nos journaux, 24 heures sur 24 à l’année. Je vous rappelle que seul e libéralisme est la cause de la Richesse des Nations. Seul et uniquement. Sans libéralisme => pas de richesse => pas de Nation.

        • @ François Servenière

          Vous sous-estimez ma liberté de pensée. Je n’avale jamais aucun prémâché. Je ne suis pas du tout soumis à la pensée ultragauchiste et je suis parfaitement conscient qu’il ne faut pas étouffer ou trop brider la créativité et l’initiative ; par contre, j’affirme et le ferai toujours, même après mille lectures, qu’il faut par principe se tenir en position de frein face au libéralisme, donc opposé, par définition, à son développement libre de limites.

          L’un des enfants les plus virulents, et ici régulièrement dénoncé, de cette fièvre – dont l’objectif profond et masqué est de s’abstraire de l’éthique – est le catastrophique mondialisme qui nous met en compétition dérégulée avec des exploiteurs d’esclaves et des pollueurs mondio-euthanasiques en nous grondant de menaces de fessées parce que nos réformes ne vont pas assez vite pour opérer le nivellement par le bas qui s’impose vivement.

          Vous savez, le libéralisme aussi lave les cerveaux énergiquement et par simplisme.

          • Clamez-vous, êtes-vous au courant du lavage de cerveau dont vous parlez, celui des français, car vous vivez dans un pays rongé économiquement par l’emprise de l’État (57% du PIB)? Alors parler du libéralisme ici, c’est un peu osé voire malhonnête. Vous avez vu les charges des entreprises en France! Pas besoin d’aller chercher le dumping en Asie. Il y a 20 points de différence sur les charges d’emploi (coût total pour l’entreprise) avec l’Allemagne. Quant à l’UK, le taux d’imposition des sociétés passe en 2016 à 16% des bénéfices, alors qu’en France il est encore à 33% quand il était à 50% jusqu’en 1985. Je me marre. Chacun son modèle mais là où l’Allemagne et l’UK créent des emplois à tout va, la France augmente ses immigrés et ses chômeurs. Il faut savoir ce que l’on veut: subventionner le chômage ou encourager le travail et la création de richesse. Nos voisins s’enrichissent, selon le libéralisme. Nous on s’appauvrit, avec l’idéologie protectionniste. 100% de faits, 0% d’idéologie.

            • @ François Servenière

              Désolé si je vous ai semblé énervé, il n’en est vraiment rien, très sincèrement ; je m’efforce seulement d’être aussi concis que précis. ( Par contre, pensez svp à ne pas me faire de procès en « malhonnêteté », je ne souffre pire insulte. )

              Je dis 100% de simplification 0 % d’approfondissement. Vous dîtes vous même, « la France augmente ses immigrés et ses chômeurs » ; c’est TOUT le problème. La France finance sa destruction par les charges, ce n’est pas une question de modèle, mais d’un cas particulier de suicidomanie.

              Mais nos voisins laissent trop de monde sur la carreau et se lancer avec eux ou n’importe qui d’autre dans une compétition au plus déchargé est par définition une fuite en avant vers la barbarie de l’esclavage. Si j’avais la chance de ne pas être contraint de donner priorité à ma santé, je proposerai à RL une série d’articles pour étayer mon propos, dont un sur le conflit entre intérêt collectif et intérêt individuel.

              Peut-être plus tard qui sait ?

              • Deux modèles de société qui s’affrontent:
                – celui de donner un salaire universel à tout majeur (socialisme) même en contrepartie d’aucun travail
                – celui de donner un salaire uniquement à celui qui va ramasser le sel et le monnayer pour faire vivre sa famille, quel que soit le taux de salaire.

                Quel modèle est le plus moral ?

                Terra Nova a décrété que le deuxième modèle devait disparaître, non pour son obsolescence économique, bien au contraire compte tenu des réussites universelles du capitalisme face à l’échec universel du socialisme, mais juste pour dire :  » nous avons raison et nous préférons foutre la société par terre plutôt qu’admettre d’avoir tord ».

                La logique gauchiste depuis 1945 tue la France. Ça commence par l’ENA, dont le père est Maurice Thorez, protégé par KGB et Politburo pendant la guerre, déserteur qu’il aurait fallu fusiller.

                La société se divise entre ces deux groupes. Qui va gagner ?
                Mon petit doigt me dit que c’est les bosseurs et pas les glands.

                • La preuve irréfutable de ma démonstration est très simple : dans mon entourage, toutes les personnes qui se présentent comme « progressistes » donc adeptes des théories de Terra Nova, donc de la première solution, sont des bosseurs invétérés, des stakhanovistes. Ils militent pour la solution 1 (PS, Terra Nova) pour les autres, mais appliquent la solution 2 (capitalistique) pour eux-mêmes. Regardez les gens de pouvoir, des médias, du show-business, il en est de même : solution 1 pour les autres, 2 pour eux-mêmes => Démagogie et dissimulation, mensonges, duplicité et perversion.

                  Sont-ce des modèles ? Non. Mon modèle est du sang, de la sueur et des larmes. Je sais, c’est pas vendeur. Sir Winston n’est pas vendeur. On lui préfère Sir Prime Time et Sir Bobard (parole de bobo, descendant de bonobo jouisseur).

                • @ François Servenière

                  Votre antagonisme solution 1 vs solution 2 n’a rien à voir avec la condamnation de quelqu’un au motif qu’il se dit anti-libéral.

                  Comme je l’ai déjà précisé, l’intéressement au travail doit se généraliser ; mais justement, ça instaure des règles, et notamment des limites à la paresse, qui ne sont en rien libérales.

                  Oui au capitalisme d’investissement, non au capitalisme de revenus. In fine ( loin loin devant malheureusement ) , l’homme ne doit plus jamais tirer revenu d’un capital, mais seulement d’un travail.

                • « l’homme ne doit plus jamais tirer revenu d’un capital »
                  Pendant que vous y êtes, supprimez l’économie ! Le capitalisme est la base de la richesse des Nations et des peuples. Grâce à lui depuis 200 ans l’espérance de vie a été multipliée par 2,5. C’est tout. C’est de la démographie politique. Vous théories n’y pourront rien? C’est factuel. Inscrivez-vous au PCF, c’est leur modèle. Et puis quand vous aurez vitrifié l’économie de votre biotope, comme en URSS, dans 25 ans, on en reparlera. J’ai jamais entendu quelque chose d’aussi idiot et de non pragmatique. Désolé, je n’aime pas trop les fumistes. J’ai une entreprise à faire tourner, je suis quelqu’un de sérieux. Sans capital et sans rémunération du capital, on ne fait rien. Strictement rien. Supprimez les racines de l’économie reviendrait au même. Vous n’avez rien compris au film…

                • @ François Servenière

                  J’ai écrit :  » ( loin loin devant malheureusement ) ». Comment pouvez-vous imaginer que ça aurait la moindre prétention pragmatique ? C’est plutôt ça qui est franchement idiot, de prendre les gens à ce point pour des imbéciles. ( Sans qualifier votre lecture sélective ).

                  Depuis le début de cette conversation stérile, vous ne tenez aucun compte de ce que j’écris, vous vous contentez de me faire penser non seulement ce que je n’ai pas écrit, mais également jamais pensé.

                  Par contre, évidemment, forcément, encore plus loin ( 300, 500, 1000 ans ou plus, je n’en sais rien ), il n’y a pas de doute que l’économie sera effectivement supprimée. Dieu merci.

                  L’homme a une propension naturelle à vouloir mettre fin au malheur de l’homme, et même s’il est un peu long à la détente, piano piano, ça finit par venir.

                  Quant à l’augmentation de l’espérance de vie, la part du capitalisme dans ce progrès est réelle, mais très limitée en terme de proportion. C’est encore un sophisme.

                • @ François Servenière

                  Instaurer une base de survie universelle n’empêche en rien de récompenser le travail.

                  Je me moque des thèses fumeuses de Terra Nova ( de grâce ne vous enfoncez pas dans le sophisme ).

                  Faire front face au libéralisme ne signifie pas sombrer dans l’institution de toute la folie du socialisme politique.

                  Intéressez-vous si vous avez le temps au problème mathématique du « dilemme du prisonnier » ( coopération vs abus ) – qui gouverne toute l’activité humaine et plus encore – et ses itérations ( « tournoi » et « compétitions écologiques » ) et vous constaterez que la recherche ( 30 ans ) est formelle, les stratégies coopératives ( coopérer implique un accord donc une règle ) non naïves écrasent toujours très largement à terme les stratégies agressives.

                  L’une des plaies du fonctionnarisme est qu’il a fait le postulat farfelu de la confiance en l’humain pour se dévouer spontanément à son travail ; il faut introduire le binôme récompense / punition dans toutes les sphères.

                • « les stratégies coopératives non naïves écrasent toujours très largement à terme les stratégies agressives »

                  Le droit naturel montre inversement que l’une ne va pas sans l’autre. Que l’agressivité est liée à la concurrence, à la performance. Votre souhait moral idéal confirmé par ces études que je ne connais pas montre votre altruisme raisonné mais ignore la réalité du monde qu’aucune politique ne tempère. L’homme est un bio prédateur qui tue des animaux pour survivre. La loi pour l’instant lui indique qu’il est mal de tuer ses congénères mais la concurrence, scolaire et professionnelle, même si elle connait des lueurs de coopération nécessaire remet au gout du jour sans cesse la lutte contre les autres tribus, équipes sportives ou entreprises. De même dans la famille la lutte pour sortir du nid s’accompagne de meurtres symboliques contre lesquels vos théories ne pourront rien, aussi belles soient-elles.

                  Mais j’ai bien aimé la nuance « non naïve ».
                  Merci Clamp pour ce débat.

                • @ François Servenière

                  Je ne vous parle pas ici de morale mais de mathématiques, c’est-à-dire précisément de fonctionnement naturel puisque ça revient au même. Et les stratégies que j’évoque sont celles que l’ont peut simuler dans des tournois réitérés de dilemmes du prisonnier.

                  Mon altruisme est bel et bien une réalité, modestie mise à part, mais il n’a rien à voir dans les études des mathématiciens sur la prévalence des stratégies coopératives dans le dilemme du prisonnier. Elles s’imposent naturellement sur le long terme parce que les prédatrices finissent par « mourir de faim ».

                  Ce qui se ramène dans la réalité à des effondrements de civilisation aussi prévus par des mathématiciens récemment, mais par d’autres voies, par épuisement de ressources naturelles et révoltes des ressources humaines.

                  Le libéralisme est un fléau contre lequel s’opposer doit être un principe. Ça ne signifie pas que la règle doit étouffer toute initiative ou concurrence mais qu’elle doit imposer des limites.

                • Le libéralisme dont vous parlez n’est en rien celui des maîtres penseurs libéraux originaux, c’est un totalitarisme masqué par l’usage universel que produisent leurs politiques monopolistiques (Google, Apple, Microsoft, Facebook, etc.) et qui produisent du capitalisme financier qui n’a plus rien à voir avec la valeur vénale classique d’une entreprise (le CA annuel). Rien à voir avec le libéralisme mais tout avec le totalitarisme, celui des grands groupes mondiaux. Pas de hasard non plus, leurs créateurs-CEO sont progressistes et soutiennent tous ces mouvements, sont très liés à la logique Terra Nova. Picketty, Obama et Zukerberg,etc. s’admirent mutuellement. N’oubliez jamais qu’à la base, Zuk et Pick sont deux prédateurs, le dernier avec sa femme, le premier avec ses condisciples de Harvard. Pick a autant d’ambition que Zuk. Il veut monopoliser l’économie mondiale par ses idées à la manière de Marx. Attali le fait par sa Jérusalem céleste. Les valeurs gauche sont faussement altruistes.

                • @ François Servenière

                  Les penseurs libéraux originaux n’avaient rien de maîtres s’il n’ont pas été capables de prévoir la descendance de leurs idées, et le totalitarisme qu’elle produisent ; ce en quoi je vous ai amené à écrire vous-même ce que j’avais noté dès ma première intervention : il n’y a pas pire totalitarisme que la loi du plus fort.

                  Comme je l’ai écrit aussi, le problème se pose à terme. Les multinationales monopolistiques que vous dénoncez sont le plus pur produit du libéralisme et de rien d’autre ; si encore ce n’était pas évident.

  5. Onfray doit sûrement être le professeur de Hollande, il vient ici sous la plume de Miss Tasin, faire son auto-critique sur les « ratées » de son éducation. Onfray ose tout et c’est à çà qu’on reconnaît un …

  6. Création de numéro vert pour lutter contre le chômage, le terrorisme, les agressions dans le métro…: Seule solution de Guignol-Normal pour résoudre les problèmes du pays! A constater l’inefficacité de la mesure, et dans l’incapacité d’en proposer d’autres: Création d’un numéro vert pour lutter contre les numéros verts inutiles.
    Qu’attendre d’autre d’un tas de gélatine manipulé par des pédophiles égorgeurs?

    • Ah, ne l’ayant pas écouté, je ne savais pas qu’il avait proposé ce genre de chose….cela rejoint ce que m’a dit ma chef lorsque j’étais sur le point de me faire agresser par un musulman: « tu n’aurais pas dû lui dire cela (je ne l’ai pas insulter mais j’ai juste gueuler pour le stopper) car tu sais on a des psys et on peut porter plainte ». la gauche libertaire soumise aux musulmans ça ose tout et c’est m^me à cela qu’on les reconnait!

  7. Onfray, que j’apprécie par ailleurs pour ses contradictions de philosophe sans lesquelles il ne serait pas philosophe, ne fait que relater ce que tous les français ont pu constater. Hollande se prend pour un dur dans son bureau mais il c’est un mou devant le peuple.

    • mais une piqûre de rappel n’est pas vaine signé paule di Malta

  8. Que l’on m’ explique pourquoi Christine Tasin continue de soutenir le petit professeur de philosophie devenu la coqueluche de DAESH !!!! On marche sur la tête !!!

    • Christine Tasin agit, prend des risques, merci à elle pour son travail d’information, merci au couple Tasin pour la création de ce site et à celles et ceux qui y contribuent par leurs articles pertinents et visionnaires.

      • Avec vous Frederix. Et pourtant Christine Tasin suscite de l’estime, ce qui se fait rare.
        Onfray n’est pas fiable, il change de sentiment viscéral comme de chemise, ce qui veut dire qu’il n’a pas de sentiment viscéral, contrairement à E.Zemmour, alors qu’il pose partout à la pensée authentique outragée ; il est incapable de prendre un parti clair, et d’en affronter les conséquences, quand la verbalisation a atteint ses limites, ce en quoi il plaît justement aux femmes, en particulier les féministes très tièdes en matière de FRANCE ETERNELLE.
        Ainsi il avait sa chronique régulière la dernière fois que j’ai écoutée France Culture, comme auparavant le scélérat Edwy Plenel, etc. , la  » radio 10%  » , 10% consacrés à la FRANCE, et 90 à l’épopée de la gauche mondiale ; Zemmour n’a pas le même traitement, alors que la constitution de son influence s’est faite de façon comparable.
        R.Paingaud rue des Ecuries 04320 ENTREVAUX

Les commentaires sont fermés.