Scandale à Argenteuil : le 8 mai, un jeune lit un poème de Gérard Brazon sur la Résistance…

Publié le 9 mai 2019 - par - 87 commentaires - 8 127 vues
Share

 

L’Histoire de France me tient à cœur, l’histoire de ce pays me touche et ceux qui l’ont faite restent pour moi une lumière dans la nuit !

Des jeunes d’Argenteuil ont lu, devant le monument aux morts pour la France, un de mes poèmes pour rappeler qu’il y a des Français qui se sont levés, ont défilé et d’autres hélas qui se sont défilés ! Un poème rendant hommage à la Résistance et soulignant ceux qui ont préféré se taire, ou collaborer !  

Mais dans l’assemblée, devant ce monument aux morts, devant cet hommage rendu à ceux qui sont morts pour la France, un petit socialiste, un de ces petits bonhommes sans importance, n’a vu dans le texte que le nom de l’auteur !

Voici le texte en suivant et vous jugerez la hauteur de vue de ce petit socialiste qui ne s’est jamais offusqué que François Mitterrand ait été décoré de la francisque, mais trouve honteux qu’un texte écrit par moi soit lu par un membre du conseil municipal des jeunes d’Argenteuil, là où il devait être lu,  en hommage à la Résistance.

Cet homme, par cette polémique imbécile, insulte la mémoire des morts pour la France et insulte un enfant du conseil municipal des jeunes qui a vu dans ce texte ce qu’il devait voir, un hommage à des hommes qui ont donné leurs vies pour que vive la France.

Ce petit socialiste est bien le digne héritier ce ceux qui, en ce temps-là, se sont défilés sous le prétexte du pacifisme, ou pour sauver leur peau ! Ils ont les mains blanches ; mais ils n’ont pas de mains disait Charles Péguy ! Honte à cet homme, et merci à ces enfants d’avoir compris le sens de ce poème !

Extrait du Parisien

C’est une bourde qui a ému les connaisseurs de la vie politique locale du Val-d’Oise et des Hauts-de-Seine. Ce mercredi, à Argenteuil, un des membres du conseil municipal des jeunes a lu un texte durant la cérémonie de commémoration de la victoire du 8 mai 1945. Le poème en question rendait hommage à la France, ses résistants, la Libération… Jusque-là rien d’anormal. Mais en découvrant l’auteur du texte, un militant socialiste du Val-d’Oise a tiqué : « On lit durant une cérémonie d’hommage à nos morts, le texte d’un type qui retweete du Rassemblement national et qui publie régulièrement sur les sites de la fachosphère ! »

Résistance !

La fête battait son plein et l’insouciance régnait.
Un monde défilait. D’autres se défilaient.
Le pacifisme en réponse aux nazis.
L’inconscience oublieuse face aux fusils.

Ici, les chants et la fête ! Ailleurs, les chars.
Bientôt dans l’insouciance, il sera trop tard.
Bientôt, un monde allait s’effondrer dans le sang.
La folie des hommes. Un nouvel affrontement.

L’incompétent fuit ses responsabilités.
Sur les routes, les soldats, les civils fuyaient.
Comme le courage, l’audace et le désespoir.
L’insouciance se payait par ces heures noires.

Mais des voix, des hommes s’élèvent : Résistance !
Des hommes et des femmes franchissent la mer.
Et un général proclame l’éternelle France.
Unissant, regroupant les forces volontaires.

Ils n’étaient pas tous là. Et certains s’égaraient.
Dans l’Internationale et non dans la Patrie !
D’autres, dans un autre monde, collaboraient.
Notre France se déchirait à l’infini.

Mais un général proclame l’éternelle France. Unissant, regroupant des forces volontaires. Des hommes, des femmes rejoignent l’Angleterre Car la voix de la France crie : Résistance !

Ils n’étaient pas tous là, mais ils étaient nombreux.
Combattants pour l’honneur d’une France vaincue.
Sur mer, sur terre. En résistants courageux.
Soldats de l’ombre redressant l’honneur perdu.

Vous vous êtes bien battus. Vous avez résisté.
La France vous doit tant, soldats. La liberté !
Aujourd’hui, faisons face à l’adversité.
2019, résistons ! Pour notre liberté.

Contacté, le cabinet du maire d’Argenteuil plaide l’erreur de jeunesse. « C’est ce qui arrive quand on va chercher des textes sur Internet sans vérifier qui est l’auteur. Le conseil municipal des jeunes a fait des recherches et a trouvé ce texte. Bon, en lui-même, ce poème n’a rien de choquant. 

Ce qui est choquant tout de même, c’est qu’un militant socialiste, en 2019, s’étonne que le  patriote que je suis rende hommage à des résistants qui ont pris les armes en dépit de la volonté affichée des radicaux-socialistes, des membre du Front Populaire en 1940, et qui se sont montrés complices de  Pétain en plus d’avoir été des adeptes de la collaboration !

Je remercie ces enfants d’Argenteuil d’avoir choisi ce texte qui est un hommage respectueux à la résistance et que des petits esprits socialistes ont voulu salir !

Gérard Brazon (Libre Expression)

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Dorylée

Il est toujours désagréable pour celui qui à fait dans son pantalon d’être identifié à l’odeur. Ainsi en est-il des socialistes sitôt que l’on évoque les pleins pouvoirs de Pétain comme des Turcs à propos du génocide arménien Chapeau bas, Gérard, pour votre poème.

Loupgaulois

Le socialisme est une maladie mentale !

Anton

Et donné pour 5% le 26 mai ! Quasi éradiqué.

THE END

pire que cela !!!. c est un fléau !!! ou une pandémie.

bruno

Superbe poème. On devrait en faire un autre sur le nouveau fléau du monde et pire que le nazisme; l’islamisme

GAVIVA

Autre scandale, échanger deux commando d’élite contre deux pauvres connards qui vont faire du tourisme dans un shithole africain. Et la môman d’un de ceux là qui n’en a rien à foutre de la vie de ces militaires.
A vomir. Et que macrouille recoive tout ça en grande pompe pour en faire un coup de com avant les européenes  » non je ne vous méprise pas, je fais tout pour vous sauver la vie ». Beurk
https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/benin/c-est-un-choc-on-est-soulages-la-reaction-de-la-mere-d-un-des-otages-francais-liberes-au-benin_3437229.html

Joël

Les 2 connards en question : 2 enseignants de l’EN en voyage de noces et qui n’ont tenu aucun compte des consignes de sécurité de l’état sur la zone. Dommage que les djihadistes n’aient pas eu connaissance de leur « statut ».

Allobroge

Ils n’ont pas vérifié qui est l’auteur ? Et alors, cela enlève-t-il quelque chose à la qualité du texte ?ARAGON compagnon de route du communisme assassin est il ostracisé pour cela ? Quand les soldats meurent au combat ils sont rares ceux qui viennent voir si leur sang et rouge,vert ou bleu ?Ils meurent pour la France quelques soient leurs opinions politiques. Ce « merdeux socialiste » est pitoyable et bien dans la lignée des Boudarel et consorts !Et enfin ceux qui se réclament du RN sont ils des français comme les autres ? Et les socialistes le sont ils en fait… lire la suite

vikinglenormand

Je ne connaissait pas c’est un trés jolie texte m.Brazon,bien à vous.

incongru

c’est au moins l’intéret de cette polémique…merci, monsieur Brazon

POLYEUCTE

« Qu’importe les vrais cons pourvu qu’on ait l’ivresse » !
L’ivresse d’un poème glorieux face au sectarisme révélateur…