1

Commission Défense nationale : les traîtres devront payer

 

Resistants-collabos-une-lutte-a-mort24 députés de la Commission Défense et Forces armées ont voté contre la fermeture des mosquées salafistes. En tête de ces parlementaires, figurent la présidente Patricia Adam (madame OTAN pour la France), les vice-présidents Nicolas Bays et Philippe Nauche. La députée-maire, Edith Gueugneau, membre de cette commission, est par ailleurs, circonstance aggravante, l’un des 4 membres titulaires du Conseil supérieur de la Réserve militaire  https://www.nosdeputes.fr/edith-gueugneau

Des choix qui pourraient un jour prochain, amener ces élus du peuple à répondre de Haute trahison.

A noter que seulement 306 parlementaires ont pris part à ce vote capital  http://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/14/(num)/1316 ce qui n’exonère nullement les absents dans l’hémicycle.

Ainsi n’apparaissent pas les votes, qu’on aurait jugé utile de connaître, du vice-président de cette commission, Jean-Jacques Candelier et du secrétaire Philippe Folliot.

A noter aussi que les partisans du vote oui aux mosquées salafistes dépassent le cadre du groupe gauchiste, c’est ainsi que l’on retrouve de vieilles connaissances, telles les députées Sylvie Andrieux et Cécile Duflot

Il est un autre scandale connexe à la trahison des 24 salopards censés protéger les citoyens, celui du vote contre la fermeture des mosquées salafistes du député Sébastien Pietrasanta, rapporteur de la commission :  http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-enq/r3922-t2.asp,  Il s’agit du rapport  accablant qui révèle les horreurs que le gouvernement Valls – Cazeneuve a dissimulées après le 13 novembre au Bataclan. Tout comme il essaie de cacher la vérité de Nice.

Aucun des sinistres votants pour que continue la visée mortifère des propagateurs de l’islam en France ne doit échapper à l’action des patriotes français.

N’oublions pas que ces élus, grassement payés avec l’argent public, s’apprêtent à partir en vacances, bien vivants, avec leur famille. Et très souvent sous haute protection.

Jacques Chassaing