Scandale d’État : le gouvernement socialiste passe sous silence une prise d’otages à l’hôpital Nord de Marseille

Publié le 5 septembre 2013 - par - 2 781 vues
Share

Mercredi 4 septembre à 22 h 08, le site internet du quotidien La Provence révèle un scoop : « Marseille : une prise d’otage à l’Hôpital Nord passée sous silence »

« Dans la nuit du 12 au 13 août dernier, vers 2 heures du matin, « un patient est sorti de sa chambre et a fait irruption dans les couloirs du service, un revolver à la main, raconte Pr Pascal Thomas, l’un des plus grands spécialistes français de la greffe pulmonaire. Il interdisait à quiconque d’entrer ou de sortir de l’unité, menaçant de buter le premier qui désobéirait ou qui donnerait l’alerte. » »

http://www.laprovence.com/article/actualites/2515578/marseille-une-prise-dotage-a-lhopital-nord-passee-sous-silence.html

« « Les soignants qui ont été victimes de l’agression n’ont pas porté plainte car ils ne voulaient pas donner leur identité par peur des représailles », assure l’AP-HM. »

HôpitalNordIl aura donc fallu plus de trois semaines pour que ce « fait divers » gravissime soit connu du public !

Contrairement aux hôpitaux Sud, à la Timone et à la Conception, l’hôpital Nord, « ça craint », bien qu’on y soit très bien soigné : une majorité de clients et de visiteurs « difficiles » dans un quartier « sensible »… Même pour s’y rendre ce n’est pas rassurant. Il faut prendre des bus mal fréquentés, ou alors y aller en voiture mais il n’y a pas beaucoup de parkings donc il faut se garer loin à ses risques et périls.

L’affaire commence à se répandre sur les sites d’information dans la nuit.

Lefigaro.fr titre : « Marseille : une prise d’otages dans un hôpital passée sous silence ».

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/09/05/01016-20130905ARTFIG00291-marseille-une-prise-d-otages-dans-un-hopital-passee-sous-silence.php

Effectivement, si le personnel hospitalier n’ose pas porter plainte, on est en droit de se demander pourquoi la direction de l’AP-HM (Assistance publique – Hôpitaux de Marseille) ne l’a pas fait !

Et toujours d’après le Figaro, non seulement il n’y a pas eu de plaintes, mais même pas d’enquête ! « Dans ces conditions, il n’y a eu ni enquête, ni poursuites engagées », précise une source proche de l’enquête. » (On se demande d’ailleurs comment une « source » peut être « proche de l’enquête » s’il n’y a pas eu d’enquête, mais passons…)

Et comment se fait-il qu’on ait relâché cet individu dans la nature après un tel délit ? C’est extraordinaire, c’est insensé mais peut-être que les ordres devaient venir de très haut…

hopitalnord2

Interrogations partagées par Patrick Mennucci, candidat à la primaire socialiste pour la mairie de Marseille : « Je suis absolument stupéfait que la direction des hôpitaux n’ait pas porté plainte ».

http://www.boursorama.com/actualites/patrick-mennucci-je-suis-absolument-stupefait-que-la-direction-des-hopitaux-n-ait-pas-porte-plainte-08518a6b177465fd20035ae07182e244

Quant au maire UMP de Marseille Jean-Claude Gaudin, il feint l’étonnement : « Je n’en avais pas eu connaissance. » « Patrick Mennucci est en campagne électorale et il dit n’importe quoi ».

http://www.bfmtv.com/societe/marseille-un-homme-sort-libre-apres-avoir-pris-infirmieres-otage-595950.html

Mais c’est la ministre socialiste Marie-Arlette Carlotti, elle aussi candidate à la candidature pour être maire de Marseille, qui vend la mèche dans un communiqué publié… immédiatement après le scoop de La Provence :

« Le grave incident survenu dans la nuit du 12 au 13 août à l’hôpital nord de Marseille était connu des services de police et de l’AP-HM. »

« Le directeur de l’AP-HM en a fait état devant le Premier Ministre le 20 août lors d’une réunion au service des urgences de l’hôpital de la conception. L’affaire était donc connue de tous, à l’exception semble-t-il de certains parlementaires qui étaient pourtant représentés à cette réunion. »

http://www.macarlotti.com/2013/09/04/incident-ap-hm-reaction-marie-arlette-carlotti/

Et Jean-Claude Gaudin, UMP, maire de Marseille n’était pas au courant ? Mon œil !

La grande gueule Manuel Valls a fait silence sur cette affaire, comme tous les six ministres qui se sont déplacés à Marseille le 20 août. Néanmoins, avec sa collègue Marisol Touraine, il publiait sur le site du ministère de l’Intérieur dans la journée du 4 septembre un long communiqué intitulé « Condamnation des violences à l’encontre des professionnels de santé ».

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Condamnation-des-violences-a-l-encontre-des-professionnels-de-sante

Manuel Valls a sans doute eu vent que La Provence allait balancer le scoop dans la journée.

Le communiqué ne fait aucune allusion à la prise d’otages de la mi-août, mais ça sent bon l’ouverture de parapluie. En effet, si le Premier ministre savait, Manuel Valls qui l’accompagnait et qui est ministre de l’Intérieur, et Christiane Taubira qui faisait aussi partie du voyage étaient également dans la confidence dès le 20 août. La garde des sceaux n’a pas jugé pertinent de demander à un procureur ou à un juge d’ouvrir une enquête. Ils ont joué l’omerta comme tout le gouvernement, comme le maire Jean-Claude Gaudin président du Conseil de surveillance des Hôpitaux de Marseille.

VallsTaubiraAyrault

Il s’agit tout simplement d’un nouveau scandale d’État : les autorités (UMP comme PS) ont tout simplement décidé de taire cette affaire pour que les Français ne se rendent pas compte une fois de plus de la gravité de la situation sécuritaire dans notre pays.

Roger Heurtebise

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.