Scandale du Stade de France : les policiers sont aussi coupables

23249960lpw-23250001-article-stade-france-heurts-debordements-liverpool-jpg_8786062_1250x625.jpg

Si certains en doutaient, les éléments qui suivent devraient suffire à prouver une chose : tant le pouvoir politique que judiciaire et policier sont les complices des voyous allogènes haineux.

L’affaire du stade de France est là pour le démontrer juridiquement.
Déjà le pouvoir politique aidé en cela par le pouvoir médiatique à sa botte qui lui sert de propagande a menti en portant la faute des événements sur les supporters anglais qui en réalité ont été les victimes d’une des plus grandes barbaresques organisée à ce jour en France : viols, vols, tabassages effectués en toute impunité devant des policiers qui ont laissé les crimes et délits se commettre tout en précisant aux victimes, selon certains témoignages, qu’ils ne pouvaient rien faire : un vrai scandale qui aurait dû conduire ces policiers devant les tribunaux pour non-assistance à personne en danger.

Les syndicats de police et autres peuvent bien essayer de reporter les fautes de l’inaction sur les ordres reçus, mais les policiers sont aussi coupables que leur hiérarchie complice de la racaille de banlieue : en effet, un policier qui refuse d’intervenir devant un ou plusieurs délits qui se commettent devant ses yeux devient complice actif et manque à sa déontologie et à la prestation de serment qu’il a faite devant les tribunaux lors de sa titularisation d’agir au nom du Peuple français. S’il n’intervient pas devant les crimes commis, il n’agit plus au nom du Peuple français mais agit, par son inaction, au nom de la voyoucratie : on appelle cela de la complicité dans le crime, et la nuance me parait de taille, sans préjudice des poursuites pour non-assistance en danger dont devraient faire l’objet nommément chacun des membres des forces de l’ordre présentes ce jour-là.
Le policier qui aurait reçu l’ordre de ne pas agir n’avait pas à obéir à cet ordre manifestement illégal puisqu’il participe alors au désordre sur voie publique dont l’une de ses missions dans une démocratie est justement de le combattre.

L’article 28 de la loi 83- 634 du 3 juillet 1983 permet à tout fonctionnaire de ne pas obéir à un ordre manifestement illégal qui met en péril l’ordre public : la police est en faute gravissime en ayant laissé un véritable pogrom se dérouler devant leurs yeux, nous ne sommes plus loin des rafles du vel’ d’hiv’ de juillet 1942 et du déshonneur qui s’ensuit.
Le Conseil d‘état réaffirme la condition supplémentaire, outre le caractère manifestement illégal, l’ordre doit également compromettre gravement un intérêt public : au Stade de France on y est plein pot par ces temps de médiatisation, les policiers ont gravement nuit à l’intérêt de l’image de la France devant 400 millions de téléspectateurs qui ont pu voir la police française se ranger du côté des voyous en laissant faire les tabassages, viols et vols. La France est ainsi devenue la risée du monde entier en se classant dans la catégorie des pays aux administrations régaliennes qui ne répondent plus et qui sont incapables d’assurer la sécurité publique et la sécurité du citoyen et des étrangers en villégiature sur son sol.

Il est clair que beaucoup de pays maintenant vont mettre en garde leurs ressortissants qui auraient l’intention de se rendre dans notre pays à l’occasion de quelque manifestation ou pour du tourisme.
https://www.jurisconsulte.net/fr/articles/id-1192-dans-quel-cas-un-fonctionnaire-peut-il-desobeir-a-un-ordre-qui-lui-est-donne-#:~:text=EN%20BREF%20%3A%20dans%20un%20arr%C3%AAt%20en%20date,de%20nature%20%C3%A0%20compromettre%20gravement%20un%20int%C3%A9r%C3%AAt%20public.
Ajoutons que tout policier qui tenterait de se retrancher derrière l’ordre de sa hiérarchie pour éviter les sanctions pénales agirait en vain selon les dispositions de l’article 112-4 du Code Pénal :
« N’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte prescrit ou autorisé par des dispositions législatives ou réglementaires.
N’est pas pénalement responsable la personne qui accomplit un acte commandé par l’autorité légitime, sauf si cet acte est manifestement illégal »,
culpabilité pénale que confirme la Cour de Cassation- Chambre Criminelle- 12 octobre 1993 – 92-81743 :
 » alors, d’autre part, que l’élément intentionnel de l’infraction prévu et réprimé par l’article 114 du Code pénal existe non seulement si le fonctionnaire a su, mais encore s’il a dû connaître l’illégalité de l’arrestation ou de la séquestration à laquelle il a procédé ; qu’une circulaire administrative n’ayant aucune valeur réglementaire ni contraignante, elle ne dispense pas chaque fonctionnaire, censé connaître la loi et chargé de l’appliquer, d’en vérifier la conformité et la légalité ; qu’en conséquence, l’existence d’une circulaire administrative donnant une interprétation contraire à la loi, et procédant, en matière de rétention, à une assimilation abusive de deux catégories d’étrangers, ne suffisait pas à caractériser l’absence d’intention délictueuse du fonctionnaire ayant ordonné cette rétention dans le cas où elle n’était pas légalement possible, la chambre d’accusation ne pouvant se dispenser de rechercher si ce fonctionnaire n’aurait pas dû, au-delà de la circulaire dont il devait nécessairement connaître le caractère non impératif, vérifier les textes applicables et le bien-fondé des instructions contenues dans ladite circulaire ; que l’arrêt attaqué se trouve ainsi privé de toute base légale «  ;

Vu lesdits articles ;
Attendu, d’une part, que selon l’article 114 du Code pénal , l’ordre reçu d’un supérieur hiérarchique ne constitue, pour le fonctionnaire public auteur d’un acte attentatoire à la liberté individuelle, qu’une excuse absolutoire qui n’enlève pas à cet acte son caractère illicite et ne permet pas à son auteur d’échapper à une déclaration de culpabilité ;
Attendu, d’autre part, que l’erreur de droit ne peut faire disparaître, quelle que soit la cause dont elle résulte, la culpabilité de l’auteur d’un acte illicite volontairement accompli ;… ».

https://juricaf.org/arret/FRANCE-COURDECASSATION-19931012-9281743

Comme je n’hésite pas à classer la non intervention des policiers qui regardent des crimes et délits se commettre devant leurs yeux dans la catégorie des actes illicites volontairement accomplis, les policiers qui ont regardé les viols, vols et tabassages sans rien faire au Stade de France sont pénalement responsables, même s’ils ont reçu l’ordre de ne pas intervenir, puisque cet ordre de non intervention est par nature illégal et a gravement nuit à l’intérêt et l’ordre public de la Nation.

On devrait même pouvoir plaider la complicité aux termes de l’article 121-7 du Code Pénal :
« Est complice d’un crime ou d’un délit la personne qui sciemment, par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation.
Est également complice la personne qui par don, promesse, menace, ordre, abus d’autorité ou de pouvoir aura provoqué à une infraction ou donné des instructions pour la commettre ».
En n’agissant pas pour faire cesser les pogroms, ces policiers peuvent être vus comme avoir effectivement porté assistance aux racailles de banlieue dans leur barbaresque.

Espérons que les avocats britanniques et espagnols ne se feront pas faute de poursuivre individuellement tous les policiers qui ont laissé faire afin que cela serve enfin d’exemple à toutes les forces de l’ordre françaises pour les conduites futures à tenir : il est intolérable pour le contribuable-citoyen français de continuer à payer des policiers qui ne veulent plus assurer la sécurité publique, autant faire venir le groupe Wagner qui ne coûterait pas plus cher avec un risque de récidive ramené vers zéro s’ils éliminaient comme il le faudrait. On pourrait continuer dans l’ordre des économies en licenciant les juges laxistes dont nous n’aurions plus l’utilité faute de récidivistes, au bas mot 80 % de la magistrature, et ne se poserait alors plus le problème des places de prison.
Avec un bon effort on pourrait même à terme envisager de diminuer le nombre de gardiens de prison d’ailleurs, comme quoi quand une Nation enclenche un cycle vertueux les avantages collatéraux se cumulent à voler en escadrille comme disait l’autre.

Ajoutons en étendant les débats que les policiers qui laissent faire les rodéos sur ordre de leur hiérarchie devraient normalement être poursuivis pénalement par toutes les victimes que ces rodéos font, et il serait temps ici que les avocats des parties civiles fassent une attaque juridique en règle de tous les policiers qui auront participé au laxisme général en vigueur dans notre pays afin de les pousser à faire ce pourquoi ils sont normalement payés au lieu de laisser les chienlits s’installer partout dans l’espace public : assurer la sécurité publique et la sécurité du citoyen.
Je fais bien entendu ici allusion à ces circulaires pondues par une hiérarchie policière qui invite ses subordonnés à ne pas poursuivre les délinquants à moto, au risque de les laisser renverser des enfants, des personnes âgées ou des femmes enceintes ou tout pékin qui se croirait en sécurité sur un passage piéton.

Il en va de même de toutes les zones de non droit et des points de deal devant les maternelles et les collèges, il serait temps que des centaines de milliers de plaintes soient déposées par les citoyens nommément contre tous les policiers, nationaux ou municipaux, qui laissent faire, et contre les maires, les députés et les sénateurs qui protègent les voyous.
Déposer systématiquement des centaines de milliers de plaintes pénales serait finalement un moyen pour le citoyen de base et de la rue de se réapproprier, avec haine peut-être mais sans violence, les outils de la démocratie pour faire rétablir l’ordre dans le pays.

Dès lors que plusieurs centaines de policiers auront été condamnés pénalement pour complicité de voyoucratie et pour non intervention, et seront astreints à des dommages et intérêts envers les victimes qui les obligeront leur vie durant à indemnisation, on peut gager que les forces de l’ordre restantes auront à cœur, devant des peines exemplaires, pour intervenir à toute réquisition du pékin de la rue.
Ajoutons que le législateur n’est pas innocent dans l’affaire qui devra être poussé à modifier l’échelle des peines afin que le multirécidiviste ne puisse plus jamais récidiver, quitte à rouvrir de multiples bagnes et goulags où ils resteront à vie.

Outre la responsabilité pénale dans la commission des viols, vols et tabassages, une grande partie de l’appareil politique, judiciaire et policier français encourt également une autre responsabilité pénale, la dissimulation de preuves réprimée à l’article 434-4 du Code Pénal :
« Est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende le fait, en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité :
1° De modifier l’état des lieux d’un crime ou d’un délit soit par l’altération, la falsification ou l’effacement des traces ou indices, soit par l’apport, le déplacement ou la suppression d’objets quelconques ;
2° De détruire, soustraire, receler ou altérer un document public ou privé ou un objet de nature à faciliter la découverte d’un crime ou d’un délit, la recherche des preuves ou la condamnation des coupables.
Lorsque les faits prévus au présent article sont commis par une personne qui, par ses fonctions, est appelée à concourir à la manifestation de la vérité, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende ».

Tant Emmanuel Macron qu’Elisabeth Borne que Monsieur Darmanin ou Mr Dupont-Moretti qui n’ont pris aucune disposition pour conserver les images du stade de France et de la RATP doivent être considérés comme ayant détruit ou laissé détruire des documents publics ou privés de nature à faciliter la recherche de preuves ou la condamnation de coupables.

Il en va de même des juges de la circonscription dont relève le Stade de France ainsi que de toutes les forces de police qui y sont affectées : la recherche de preuve aurait dû être immédiate, par inaction tout ce petit monde a fait obstacle à la manifestation de la vérité et par là s’est donc rendu complice de la racaille de banlieue en laissant effacer des traces des crimes et délits commis.
Tout concourt à conclure que, loin de la faute impardonnable, tout l’appareil politico-judiciaro-médiatico-policier français a tout fait pour tout dissimuler et effacer les traces des crimes et délits.

Déjà comme il est dit dans l’arrêt de la Cour de Cassation, les fonctionnaires policiers ou de la magistrature, pire encore, le ministre de la justice et le procureur de la République ne pouvaient ignorer la loi sur la durée de conservation des images : ils ont donc sciemment laissé s’écouler le temps.
La presse britannique nous informe en outre qu’ils ont également fait pression sur les instances de l’UEFA pour qu’aucune mention de la racaille colorée-muslim ne soit faite dans les communiqués pour mieux faire reposer la responsabilité des événements sur les supporters.

https://www.fdesouche.com/2022/06/11/le-daily-mail-revele-que-les-autorites-francaises-auraient-fait-pression-sur-luefa-pour-que-les-faits-de-delinquance-survenus-autour-du-stade-de-france-ne-soient-pas-mentionnes-dans-la-communication/

Manque de bol, quand les événements se passent uniquement entre ressortissants français, quand des dizaines de blancs se font tabasser-violer-voler par des méridionaux colorés, la clique politique peut facilement museler la presse nationale pour taire les événements comme cela se passe toutes les semaines, ce qui lui permet de poursuivre dans le mensonge du bien-vivre ensemble.

Mais ici, les personnes agressées ont été des ressortissants étrangers qui ne vont pas se faire faute de médiatiser l’affaire dans leurs pays respectifs, et il y avait plusieurs centaines de millions de téléspectateurs qui ont pu voir le supposé bien-vivre ensemble renvoyé au rang de mythe mensonger. Le monde entier a pu voir l’ethnicité des attaquants et conclure qu’un importé d’une tribu d’origine largement plus au sud que la Loire française ou un coranique quelle que soit son origine géographique ne sont pas nécessairement solubles dans une civilisation blanche évoluée : cela devrait donner à réfléchir sur les submersions migratoires et les Grands Remplacements dans tous les pays d’occident, déjà les médias espagnols s’alarment sur les conséquences Fukushima pour la France de ces masses allogéniques de telle taille critique largement dépassée qu’elles sont devenues incontrôlables et dont les remous provoqués tous les jours maintenant s’apparentent désormais à des tsunamis :

https://www.fdesouche.com/2022/05/29/le-journal-espagnol-marca-il-y-a-un-grave-probleme-dimmigration-en-france/

Comme vous pouvez le voir, les avocats espagnols ou anglais, s’ils ont la bonne intention de poursuivre sans faille et sans en oublier toute la chaine politico-administrative française qui s’est rendue complice de viols, vols et tabassages histoire de donner une leçon ont du grain à moudre avec les seules dispositions du droit français.

On pourrait même envisager que les juridictions britanniques ou espagnoles soient saisies si les Ibères et les british n’avaient plus confiance dans les juridictions françaises, ce qui se comprend aisément vu leur propension à protéger les voyous, l’affaire de destruction des preuves en témoigne abondamment.
J’attends alors déjà avec impatience les premières convocations devant les juridictions britanniques de Liverpool des politiciens et de fonctionnaires français de tout grade avec peut-être à la clef une petite préventive pour s’assurer des impétrants sur le sol d’Albion le temps de l’instruction.

Le plus marrant, pour les récalcitrants, bien souvent les politiques, à se rendre dans les pays concernés, serait de faire exécuter une demande d’extradition internationale par Interpol basée à Lyon.
Les cadors lyonnais auront-ils les nougats pour aller chercher par la peau des fesses les coupables à Matignon, à l’Elysée, place Beauvau ou Place Vendôme, dans les commissariats, préfectures et dans les tribunaux français concernés ?

Jean d’Acre

image_pdfimage_print
11

7 Commentaires

  1. il me semble que la police et crs sont equipe depuis les gilets jaunes de camera portable personnelle qui filme non stop?
    ou sont les videos ?

  2. d après des témoignages en provenance de militaires de l opération « SENTINELLE « , il existe en région parisienne des zones et des itinéraires interdits aux militaires et a la police , peut etre pour ne pas « provoquer « , et ne pas troubler les activités deshabitants !

  3. et avec tout ça ! Darmanin et Dupond-Moretti encore et toujours ministres
    le premier flic de France et le premier magistrat encore et toujours
    aux manettes du pouvoir judiciaire et policier
    alors que ces deux ordures devraient croupir en prison
    avec les cafards, les rats et leurs puces comme compagnons de cellule

  4. « autant faire venir le groupe Wagner qui ne coûterait pas plus cher »
    Une idée géniale !

  5. attention au vocabulaire; policier= qui peut se sacrifier pour nous protéger, sbire pour crs ou gendarme mobile, qui sont payés pour nous en ficher plein la gueule

    • Il serait peut-être bon, certainement d’ailleurs, de redéfinir les missions qui échoient aux FdO. Les policiers, les compagnies républicaines de sécurité et les gendarmes ; chaque corps à l’origine avait une mission bien distincte mais au fil du temps et par corruption les missions dévolues à chacune se sont retrouvé amalgamées. Il ne manque plus que l’armée pour y confondre le tout et en faire des milices au seul profit des gouvernements, a condition que ce dernier oeuvre et travaille pour la nation et son peuple, ce qui n’est plus les cas depuis plusieurs décennies.

  6. La police sous Macron est devenue cette espèce de milice qui se réjouit à taper sur des civils blancs désarmés !
    A tous ces policiers, on leur couperait bien les couil.les, mais par bonheur (pour eux) ils n’en ont pas !

Les commentaires sont fermés.