Schiappa : elle boit pas, elle fume pas, mais… elle bouffe !

Publié le 28 mars 2019 - par - 49 commentaires - 2 550 vues
Share

Elle boit pas, elle fume pas, elle prend pas de café… mais elle bouffe. Et elle cause d’elle, sans cesse. Faut qu’on la voie, Marlène ; faut presque qu’on renifle sa chair chaude et pulpeuse,  celle qu’elle étale toute honte bue dans ses romans de gare ; faut qu’on comprenne sa sensualité et  faut qu’on mate ses seins et ses cuisses offerts aux regards, même dans les cérémonies officielles.

Marlène Marlène Marlène, tu nous fais quoi, là ? Tu n’aimes pas dormir, dis-tu, ma rondeur. Ah oui, j’oubliais, quand tu t’allonges, c’est pour autre chose. Cet autre chose que tu étales dans tes livres à quatre sous, payés par le contribuable : ta libido.

Évidemment, quand on a un président qui se fait photographier béat, tâtant les torses nus et suants de délinquants dans les îles, la chatte de Schiappa perd tout intérêt  pour  peu qu’elle en ait eu un jour. Et tout ça serait de bien peu d’intérêt si la greluche en question ne représentait pas notre pays. Quelle image lamentable l’équipe donne-t-elle de la France au monde entier ! Entre Macron amoureux des racailles  de préférence originaire d’ailleurs, Schiappa qui expose sa chair vibrante et impudique à tous les regards, la ministre « derrière lycée devant musée » aux longs cheveux que la Brigitte vient de convertir aux joies du Botox et qui a fait condamner 2 000 personnes qui ne revendiquaient que pour leur survie, le barbu mal rasé joueur de poker qui se fait prendre dans une boîte de nuit baisant à pleine bouche une pétasse quelconque tandis qu’il fait  tirer sur la foule, la grande asperge moralisatrice et barbue qui n’est d’aucun secours à son maître, on est mal barrés.

Peut-être comprendra-t-on mieux alors que le sexe omniprésent dans la vie – au moins littéraire, encore que ce mot convienne mal à son « œuvre – de la playmate du gouvernement ait quelque peu oblitéré son jugement. Et la question que l’on pourrait poser est la suivante : « son cerveau fonctionne-t-il aussi bien que sa libido ? ». Car comment interpréter ses allers-retours – je ne fais pas allusion à ses fantasmes sexuels  – entre des opinions contradictoires concernant le voile ?

Ainsi  en juillet 2014, Marlène Schiappa, dans une tribune du Huffington Post intitulée « Non, cher Manuel Valls, les quartiers populaires ne sont pas antisémites » (on appréciera le titre à sa juste valeur), dénonçait la loi de 2004 interdisant le port de signes religieux ostensibles à l’école  en ces termes :  « l’article 1er de la  loi de 1905 prévoit que la République  ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte. Ni plus ni moins. Interdire le voile c’est reconnaître le voile comme signe religieux, donc reconnaître une religion, interdire le voile à l’école est donc contraire à la loi de 1905. Interdire aux femmes voilées d’accompagner les sorties scolaires de leurs enfants relève ni plus ni moins de l’islamophobie. L’obligation de neutralité religieuse s’applique d’après la loi de 1905 aux fonctionnaires, représentants de l’État, pas aux parents d’élèves qui ne représentent qu’eux-mêmes ». Interprétation toute personnelle de la loi de 1905 sur laquelle avait travaillé de nombreux experts, mais Marlène Schiappa se pense plus experte que tous. Dans ce gouvernement d’orgueilleux et de narcissiques, ce n’est pas étonnant.

Idées qu’elle reprenait dans le  magazine Elle du 19 mai 17 : «  Je suis absolument pour l’application de la loi en vigueur sur le port du voile à l’école. Il n’est pas envisageable que des collégiennes ou lycéennes portent le voile au sein de l’école. En revanche, je pense qu’on ne doit pas interdire aux mamans qui portent le voile à la sortie de l’école ou lors d’une sortie scolaire de le faire » et elle ajoutait : « le voile est interdit pour les personnes représentant l’État. Quand vous êtes fonctionnaire, vous ne pouvez porter un signe religieux. En revanche, dans la rue, si vous souhaitez porter un voile, c’est votre choix », oubliant délibérément que le port du voile est un acte politico-religieux.

Pourtant en  octobre 2016,  dans une vidéo de la Fondation Jean-Jaurès, elle déclarait : « si la France lâche la laïcité, ce sont les droits des femmes qui vont s’effondrer ». Madame défendait le droit des femmes mais critiquait l’interdiction du port du voile. Intéressant, pour une donzelle qui aime à exhiber son propre corps.

Pourtant encore, le 16 mai 2018, au sujet de l’Unef, madame Schiappa affirmait  « comprendre qu’il y ait une forme d’interpellation car l’Unef est censée être un syndicat étudiant progressiste, féministe alors que le voile, c’est la preuve de l’emprise de la religion ». Elle reconnaissait enfin que le port du voile est un acte religieux ! D’ailleurs déclarait-elle : « J’y vois une forme de promotion de l’islam politique » . L’Unef publiant d’ailleurs un communiqué (retiré depuis) le 27 février dernier, à 14 h 44, « contre cette pratique qui enferme les femmes dans une situation de soumission par rapport aux hommes ».

En voyant dans le port du voile la promotion de l’islam politique, jamais la Schiappa n’aurait dû militer pour le port du voile des accompagnatrices scolaires. D’autant que la donzelle, qui se prétend un porte- drapeau de la laïcité, voulait interdire en novembre 2016 la messe et les cérémonies religieuses à la télévision publique,  dans une vidéo Youtube de la fondation Jean-Jaurès, comme étant une infraction à la laïcité.

Pourtant, Schiappa a encore ouvert dans le Huffpost  sa grande bouche le 27 février dernier dans le débat concernant  le hidjab de compétition de Decathlon, allant jusqu’à menacer ceux qui se déclarent outrés par cette promotion de l’Islam jusque dans le sport de deux ans de prison et de 30 000 euros d’amende, cela tout en affirmant  avec la plus belle autocontradiction être «  contre cette pratique qui enferme les femmes dans une situation de soumission par rapport aux hommes ».

Allez comprendre ! Si ce n’est pas de la masturbation cérébrale pour cette experte de la chose, qu’est-ce  donc ? Parce que quand on est capable de dire d’une part : « Je ne transigerai sur rien de ce qui fait la liberté des femmes en France […] Je ne crois pas que porter le voile soit un signe de liberté. Je ne crois pas que porter le voile soit un signe d’émancipation des femmes » ;  et d’autre part, qu’on soutient le port du hidjab de course et l’accompagnement des enfants des écoles laïques par des voilées, il y a quand même un sacré problème de comportement, de logique, et d’intelligence.

Marlène Marlène Marlène, fais-nous plaisir, retourne à tes conseils de fellation, « spécialité des rondes », toi qui en es une, et laisse la politique à des gens plus avertis que toi.

Louise Guersan

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
le Franc

1 ere au concours mondial de l’allégeance occidentale à l’islam et l’islamisme, nous vous présentons la Fraaaaance ! si en plus on peut vous offrir une bête de sexe en prime pour conclure ce deal, il n’y a aucune raison de se gêner.

DUFAITREZ

Un record de négatifs….Si ça vous intéresse encore ?

geronimo

le probleme de Marlene, c’est qu’elle n’a pas assimilé le concept de « langue de bois »…tous les autres politiques de metier savent la manier sans que le quidam ne s’en aperçoive, dire tout et son contraire c’est ça qu’on vous apprends à l’ENA.
elle, elle est un peu simplette, alors elle y va avec ses gros sabots…et elle ne se rend même pas compte qu’elle n’est pas credible….mais bon elle s’en fout, elle est bien payé, bien nourri, bien logé, bien protégé, bonne couverture sociale, voiture, essence, chauffeur….alors hein !!! pourquoi se gener tant que ça marche !!!!

Parlervrai

C’est marrant, les femmes s’en prennent à shiapa, jamais à beloubet.
Et pourtant !

Michel

C’est assez marrant en effet. Mais la shiappa n’est rien qu’une grosse qui en veut à la terre entière d’être devenue une énormité sans cerveau et l’autre n’est qu’un chose immonde dans un marécage infâme. Pas de quoi en faire un roman. Elles retomberont dans l’oubli et ne laisseront qu’une trace nauséabonde vite effacée dans l’histoire.

ADLER

Elle bouffe et suce. Il faut la jeter au milieu d’une foule de migrants ayant les bourses pleines. Si elle aime la jouissance, elle va être gâtée.

Sniper83

Cette connasse est juste bonne à servir de pute à migrants à Calais !!!

TourN

Comme disent les Bretons
 » Y ‘a à manger dans les pattes  » comme les grosses pinces de crabes

pernar

Attaquez là sur ses idées (souvent comme vous le montrez) ,contradictoires d’accord…. mais être et rester PRUDENT sur des mots qui sont quelques fois… insultes… J’espère que vous me comprenez !!!

Jeanpeuplus

Les idées de cette imposture, c’est justement le rond, la fellation, l’exhibition, la confusion conceptuelle à tous les niveaux, et la bouffe compensatoire. Y’a rien d’autre: c’est ce qu’on appelle une fin de race.

Carole

L’article est cru dans la première partie mais c’est le sujet de l’article, Schiappa, qui est d’une vulgarité incroyable. Difficile de parler d’une créature aussi vulgaire qu’hypocrite avec élégance.

Ivan Greindl

Cet article n’est-il pas un peu cruel ? Certes, l’intelligence politique de Mme Schiappa pourrait parfois être plus cohérente, son élocution plus châtiée, son maintien moins ordinaire. Mais *juger* est si facile !
Ne l’oublions pas, cette mère de famille a posé des ACTES, nombreux, utiles et a eu de bonnes idées (par exemple, son blog ‘Maman Travaille’).
Cette libido si décriée, ne semble pas comme pour d’autres, l’écarter du gouvernement, après bientôt deux ans…

Eric des Monteils

Elle ne mache pas : elle avale ! Cette répugnante chose commence à nous taper sur les nerfs.

kabout

on a dit sur les moqueries pas les habits ni la coupe de cheveux ! bon,schiappa c’est mieux que la belloubet….

Margaux

Vous préférez qu’on n’en parle pas, de la Marlène ? Vous voudriez la cacher ? Manque de pot, c’est elle qui s’exhibe. Et une femme comme ça au gouvernement, ça déshonore les femmes de France. Que n’a t elle suivi Loiseau Griveaux et compagnie vers la sortie!

René

Vous trouvez vraiment que la France va bien ? Vous portez des oeilleres grand taille !

Pierre C.

Pour moi la personne vulgaire c’est plutôt celle qui est décrite, non ? Ne confondez pas l’auteur et le personnage ! Non, il n’y a rien de vulgaire dans cette description, c’est plutôt bien écrit, avec des mots choisis et très justes

Lionel

C’est vrai que parler de « la chatte de Schiappa » et mettre une photo de poupée gonflable, c’est la classe.

Carole

Ce n’est pas classe mais cette poupée avec sa bouche grande ouverte illustre très bien une des œuvres littéraires de miss Schiappa ! Il y a des femmes qui inspirent le respect, d’autres non.

astrid

Non ce n’est pas classe. Mais, malheureusement, c’est la vérité : cette femme est ministre et il faut non seulement payer son salaire mais lui payer tous les avantages qui vont avec. Mais, il est certain que cette créature n’a rien d’un Boticelli. On n’y peut rien si elle n’est qu’une grosse bouse.
Même le pois chiche qui lui sert de cerveau baigne dedans !

a.hourquetted'are

Bien d’accord avec vous Squaw. Malheureusement sur RL, lorsque l’on ne fait pas de dénigrement on reçoit un grand nombre de pouces en bas!

Eric des Monteils

Hé bien changez de journal : c’est autorisé. …pour l’instant.

Gégé

Et est ce qu’elle suce ?……les glaces à l’anis….je voulais dire bien sûr

Lionel

Attaques sur le physique la sexualité: niveau primaire, et encore.

Comment Louise Guersan, qui prétend défendre la liberté individuelle dans sa bio (sans photo), peut-elle s’offusquer de ce que Schiappa écrive ou dise ce qu’elle veut?

Ah mais oui, j’avais oublié.. Schiappa est une femme, et une femme qui parle de sexualité ça fait peur aux frustrés. Vous rendez-vous compte!? Elle a écrit un livre où elle parle de sexe! Quel scandale! Vite le retour de Martine et Claudine pour tous!

Eric des Monteils

Schiappa ne parle pas de sexualité, mais de pornographie.

Lionel

Vous avez donc lu ses livres? Coquin, va!
Vous faites comme si ça vous choquait, mais vous en savez visiblement plus que beaucoup sur le sujet!

Parlervrai

Vous voulez dire qu’il en sait plus que beaucoup qui pourtant n’ont pas peur d’en parler ?

Carole

Schiappa, Une pornographe qui considère que de simples regards constituent un harcèlement. Du jamais vu ! Elle tient des propos graveleux et suggestifs,(y compris dans un livre prétendument destiné à ses filles !) tout à fait déplacés de la part d’ une ministre (surtout à l’égalité femmes/hommes) , elle parle de son vagin, montre largement ses seins dans des réunions de travail (c’est bien pour qu’on la regarde, non ?) et s’offusque si on le fait ? Schiappa, La tartuferie faite femme ! Une allumeuse de première !

Lionel

Mais dites donc Carole, vous ne cessez de parler de sexe!
A tartufferie, tartuferrie et demi…

Carole

Mais non Lionel, je ne parle pas que de sexe, pas du tout. Tout dépend de la personne évoquée : quand il s’agit de Schiappa, c’est incontournable de parler de sexe, c’est son fonds de commerce. Livres, propos, comédie vaginale, etc. tout tourne autour du sexe avec elle.

Lionel

ça vous a soulagée, d’écrire le mot « vaginale »?

Michel

Cette « femme » n’est rien de plus qu’une vile insulte à l’humanisme. Allumeuse ? Certes non. Comment un tel tas peut-il provoquer le moindre soupçon de désir ? Tout homme normal s’en écarterait très vite.

Lionel

Et bien au vu de l’ardeur de certains commentateurs, je suis prêt à parier qu’elle suscite bien plus de désirs (plus ou moins avoués) que vous ne voulez le faire croire…

Patrick Granville

Schiapeta est avant tout une femme politique, Une ministre d’un gouvernement j’espere Provisoire et éphémère. C’est en tant que femme politique débridée que Louise lui taille un costard car à ses yeux elle ne représente pas la dignité de sa fonction. Tout se perd mon cher môssieur, surtout chez les gauchistes vous l’aurez remarquer à coup sûr.

Lionel

Vous dites qu’il faut la voir « avant tout » commme une femme politique, mais vous ne pouvez vous empêcher de rajouter « débridée ». Une femme doit donc être « bridée »? Que veut dire ce mot politiquement? Pourquoi ne l’utilisez-vous pas pour parler d’Asselineau, par exemple?
On juge une sexualité ou des actes politiques? Je n’ai aucun problème avec le fait qu’on critique Schiappa politiquement, mais les références systématiques à la sexualité sont hors sujet et révèlent selon moi le sexisme, la frustration, la jalousie et la peur.

Et croire que les « droitiers » sont plus sages en la matière est une preuve de votre grande naïveté…

Carole

Schiappa, la deuxième poupée du gouvernement. (après Belloubet, la poupée maléfique qui nous envoie des égorgeurs). Schiappa, c’est celle qui dit non non non non (comme dans la chanson de Polnareff) : non je n’avale pas, les filles bien n’avalent pas. On a vu plus classe pour parler sexualité ! C’est du porno, pas de la sexualité.

Lionel

Le problème, Carole, c’est que cet article prétend parler de politique… Mais en réalité son auteur, vous et beaucoup d’autres ne peuvent s’empêcher de parler de son supposé rapport au sexe. C’est toujours le même livre, et même la même petite phrase, qui revient…

On l’accuse d’être obsédée, mais en réalité qui parle le plus de sexe ici?

Carole

Lionel, le problème, c’est qu’elle a tenu des propos, eu des écrits absolument incompatibles avec la fonction qu’elle occupe actuellement (égalité femmes/hommes), elle a parlé des femmes comme si elles étaient des objets sexuels et il paraît difficile d’en faire abstraction. Cela ne poserait pas de problème si elle était restée écrivain pornographe et seulement écrivain pornographe mais de la part d’une ministre à l’égalité f/h c’est totalement inadmissible, elle a déjà livré le vrai fond de sa pensée et il n’a vraiment rien à voir avec les valeurs qu’elle prétend défendre officiellement.

Lionel

Ne mélangez pas sa « vie littéraire » comme dit Louise Guersant elle-même et ses actes politiques: la fiction et la réalité peuvent être bien différentes!

« elle a parlé des femmes comme si elles étaient des objets sexuels »: de quoi parlez-vous exactement? Lequel de ses actes politiques est marqué par, à vous croire, sa personnalité pornographe et misogyne? Parlons faits, pas fantasmes.

Carole

A moins qu’elle ne soit schizophrène – ce qui est ma foi possible – il n’y a pas deux personnes différentes, une schiappa littéraire et une schiappa ministre. Elles sont une seule et même personne avec un seul cerveau … Les idées, l’imagination de la pornographe sont également celles de la ministre.

Jeanpeuplus

Des femmes qui discourent sur la sexualité, parlent de sexe à longueur de livre, d’article, d’émission de radio ou de télé et disent ce qu’elles veulent, c’est tout ce qu’il y a de plus banal et ce depuis des décennies. Rien de scandaleux là-dedans depuis des lustres; bien au contraire, c’est la banalité même, le poncif, le ringard, l’académique, le convenu, l’ennui à perte de vue… C’est un peu comme le transgressif dans l’Art Contemporain; c’est devenu une tradition, un tique, un truc à faire pour les gens qui n’ont rien d’autre à faire. Vous étiez où durant toutes ces… lire la suite

Lionel

Je suis d’accord avec vous: rien de scandaleux… mais apparemment bcp ici ne sont pas de cet avis et ne peuvent s’empêcher de tout ramener en dessous de la ceinture. Ce sont eux qui ne veulent pas sortir de leur grotte!

Ne vous trompez pas d’adversaire! Ce n’est pas le féminisme, mais bien plutôt la misogynie et la réaction.

Carole

Oui, mais quand on est ministre pour l’égalité femmes/hommes, on n’est pas n’importe quelle femme et il est donc très important, pour rester crédible, d’ être cohérente et de s’abstenir de certains propos et de certaines attitudes qui vont complètement à contre-courant de ce qu’elle prétend défendre.

Lionel

Pourriez-vous préciser? De quelles « attitudes » parlez-vous? Porter des décolletés?
Depuis le début de cette discussion, Carole, vous n’avez pas avancé la moindre preuve de ce que vous avancez…

Prométhée

Ce n’est pas l’article qui est vulgaire ce sont les représentants de ce gvt qui le sont. Vous inversez les rôles comme d’habitude pauvre squaw.

Le Blob

Marlène ça va…on t’as reconnue !

Eric des Monteils

Excellent !

ebw

Très bon portrait réaliste. Personnage au rabais, vulgaire, tue l’amour. Une vache sans un soupçon d’intelligence et encore moins d’érotisme.

Dupond

C’est vrai qu’elle n’a rien de commun avec christine boutin (mdr) et je n’ose meme pas la comparer a tante yvonne . Il n’y a plus de frontieres et les jardins secrets n’ont plus rien de secret . En parlant de murs !!! j’espere que belle ou bete n’y a pas logé ses amis islamistes
https://actupenit.com/2019/03/28/urgent-le-mur-denceinte-de-la-prison-de-poissy-vient-de-seffondrer/