Schiappa, l’exhibitionniste de la Macronie

D’aucuns ont pu croire qu’après s’être fait admonester par Élisabeth Borne pour s’être (dé)roulée dans les pages de Playboy, Schiappa l’exhibitionniste de la Macronie allait se faire toute petite…

C’était naïf, la cheftaine ne lui a rien dit, Marlouna fait partie du plan de communication de Macron à la conquête de l’opinion publique par tous les moyens.

La voilà donc partout : sur Public Sénat, dans C à vous, au micro de RTL, faisant la Une de Causeur  : «La chipie. Après Playboy elle répond aux puritains » !

Chipie ?  Puritains ?

Que de termes dévoyés !

Chipie… Sans une once de dignité, elle répond à tout avec aplomb, mentant sans discontinuer. En bonne meneuse de revue, elle assure le show.

Quant aux puritains… Il s’agit de ceux qui osent trouver indécent qu’elle soit surpayée à ne travailler que pour son image et celle de Foutriquet, en ayant écrit à nos frais dix bouquins ineptes en six ans…

Déplaisant aux féministes, elle ne ravit que les propagandistes dont elle anime les plateaux. Si Schiappa est célèbre, elle n’est pas pour autant appréciée. Pour beaucoup c’est une vieille starlette de téléréalité égarée en politique, l’élément chevelu, embijouté-peinturluré-enrobé, du casting Macron.

Marlouna se veut une femme libre qui a « toujours parlé à tout le monde » : « Je suis allée à la convention annuelle de Valeurs actuelles aux universités d’été de La France insoumise, ça a toujours été ma ligne et je continuerai. » 

Interrogée sur le fonds Marianne lancé en avril 2021, lequel suscite  plus que des interrogations… Des investigations de l’Inspection générale de l’administration (IGA) sont en cours et des signalements sont maintenant entre les mains du Parquet national financier…

Elle s’enflamme sur cette affaire « montée en épingle », « du pain bénit pour tous ceux qui sont contre ma ligne sur la laïcité », Causeur la relance: « Vous ne pouvez pas accuser nos amis de Marianne de mener un combat contre la laïcité». Schiappa répond : « Je ne parle pas du tout de Marianne qui pose des questions légitimes sur l’utilisation des fonds par une des associations en divulguant des documents que je n’ai jamais eus en ma possession. »

C’est alors que ce magazine nous apprend que La Schiappa « se refuse à évoquer avec nous un fonds lancé par ses soins, doté de 2 millions d’euros dont la répartition entre associations s’est faite dans la plus grande des opacités ? »

Marlouna considérant donc enfin ces questions légitimes, le magazine lui en a posé cinq…

« 1. Vous déclarez à nos confrères de Causeur qu’il n’y a pas « de copinage » dans cette histoire, « en particulier avec Mohamed Sifaoui », ce journaliste spécialiste de l’islamisme, membre de l’association USEPPM (l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation militaire) qui a été lauréate de la plus grosse somme du fonds Marianne (355 000 euros, même si au final elle n’aura perçu « que » 266 250 euros). Vous ajoutez : « Monsieur Sifaoui a lui-même reconnu dans les médias qu’on se connaissait à peine. » Certes. Mais, dans un communiqué, le même Sifaoui affirme être « quelque peu scandalisé en constatant que [vous participez] gentiment au lynchage en feignant de ne pas [le] connaître ni de connaître l’association ». Or, il ajoute avoir été « encouragé par des représentants des pouvoirs publics, notamment par les membres [de votre] cabinet et par [vous]-même » à mener le projet iLaïc financé par ce fonds via l’USEPPM. Est-ce exact ?

 

  1. Dans ce cadre-là, Mohamed Sifaoui explique avoir « été reçu plusieurs fois dès la fin du mois de mars 2021 ». Sachant que l’appel à projets du fonds Marianne était lancé officiellement le 20 avril 2021, soit un mois plus tard, doit-on considérer que cet appel à projets n’en avait peut-être que le nom, que la compétition était quelque peu biaisée, que le projet iLaïc porté par Mohamed Sifaoui via l’USEPPM était certain de se voir subventionné ? Était-ce le cas pour d’autres associations ?

 

  1. Vous précisez que la deuxième association bénéficiaire du fonds, Reconstruire le commun, dont le nom a été dévoilé par Mediapart, ne serait pas pro-Macron comme les médias ont pu le dire. Dans ses productions, ajoutez-vous, cette association « critique un peu Anne Hidalgo, mais surtout Olivier Véran, Emmanuel Macron et votre servante ! » C’est juste : les opposants du Président n’étaient pas les seuls à être égratignés dans les programmes de Reconstruire le commun et les médias, étrangement, ne l’ont pas vraiment relevé. Néanmoins, l’erreur n’est-elle pas pour l’État d’avoir choisi de financer à un tel niveau (29 250 euros hors fonds Marianne puis 330 000 euros via le fonds Marianne) une association aussi jeune (elle naît fin 2020) et qui n’avait de facto encore rien produit ?

 

  1. « Mon cabinet dites-vous, a demandé au CIPDR [l’organisme chargé de la gestion et du suivi du fonds Marianne, N.D.L.R.] de faire des propositions, de ventiler les sommes. » Doit-on comprendre que c’est l’administration qui a décidé de tout ? Doit-on considérer que lors de la réunion du « comité de sélection » du 21 mai 2021 auquel participaient trois membres de votre cabinet dont votre propre directeur de cabinet (une information de Mediapart que nous sommes en mesure de confirmer aujourd’hui), aucun d’entre eux n’a pris de décisions ni même la parole ? Les dix-sept associations financées par le fonds Marianne auraient-elles été sélectionnées seulement par les trois autres personnes apparemment présentes, le secrétaire général du CIPDR, Christian Gravel, et les deux membres de l’administration qui l’accompagnaient ?

 

  1. Vous déclarez enfin à Causeur avoir lancé cet appel à projets « après l’assassinat de Samuel Paty » pour « [réinterroger] les outils de lutte contre les discours de séparatistes ». Vous affirmez avoir alors voulu « que les subventions accordées soient inattaquables et qu’on puisse expliquer sur quelle base on a choisi tel projet et non tel autre ». Louable initiative. Mais dans ce cas, pourquoi avoir choisi de tenir secret et pendant de si longs mois les noms des dix-sept associations retenues et les montants accordés ? Pourquoi avoir choisi de faire disparaître les bénéficiaires du « jaune budgétaire », ce document utile aux citoyens et aux parlementaires pour veiller au bon usage des deniers publics ? S’agissait-il d’une décision de la politique Marlène Schiappa, de l’administration, et notamment du patron du CIPDR Christian Gravel, ou bien d’une décision conjointe ? N’est-ce pas d’abord cette décision, exceptionnelle dans l’histoire du CIPDR, qui a jeté la suspicion sur l’ensemble des associations, y compris celles qui ont œuvré sérieusement, plutôt que les enquêtes journalistiques portant sur le fonds Marianne ? »

Voici ses réponses :

«Les réactions se sont enflammées de manière disproportionnée et diffamante. Certains sont allés jusqu’à parler de scandale d’État, mais il n’y a ni complot politique, ni scandale, ni détournement»,

« J’ai demandé à mon avocate détudier un dépôt de plainte pour diffamation à l’encontre de plusieurs plateformes et individus », vient-elle de déclarer sur Twitter. »

Lesquelles se résument à courage fuyons !

 Daphné Rigobert

image_pdfimage_print
10

9 Commentaires

  1. Schiappa : elle fait ce qu’elle peut, avec les moyens qu’elle a.pour faire parler d’elle, ce qui est pour elle l’essentiel.

  2. ça fait partie de la révo-anale assenée par tous les q-i de bas étage instrumentalisés par les hauts étages dont on se demande vraiment s’ils ont atteint un q-i d’90…..diversions diversions diversions pendant’c’temps qu’on occupe les gueux (jusqu’aux 5000 e de retraite chacun) à des histoires de q pour qu’on ne fasse pas la chasse aux pédophiles pro et à la traite des gosses et des afwicains, on passe des lois en douce pour conforter notre position d’q-i d’90. devant être celui du niveau officiel du futur.

  3. Mariane, Causeur, les faux taquins qui surfent sur les droitards pour faire du buzz et qui volontairement ou non, roulent pour la Macronnie.

  4. c’est quand même la seule ministre qui fait quelque chose qui plait (à certains)

  5. Cette grosse pouffe n’a vraiment honte de rien !… Mais c’est une des caractéristiques de l’entourage du roitelet mythomane de n’avoir honte de rien, d’avoir tous les culots, comme leur mentor, Dard-ma-nain et le yéti en tête. Si Macronus-le-fourbe la garde en dépit de toutes ses frasques c’est forcément parce qu’elle lui est utile, à quoi ?!… ça je me le demande, mais les voies de Foutriquet-le-mégalo sont impénétrables, en tout cas pour moi !

  6. J’ai fait un rêve… Elle était là au fond de cette cave au sol de terre battue, nue, non pas alanguie sur un sofa, mais allongée sur un caillebotis de bois mal équaris… Il y avait un vilain courant d’air qui venait du soupirail du plafond. Elle se mit à hurler quand les 6 Sénégalais firent irruption dans la pièce. Ils ressemblaient à des harpies en overdose. La porte se referma sur eux. Alors le bal commença…

    • Alors la,……………Sublime. Excellent. Par contre 6 Sénégalais, je pense que ça lui est insuffisant. Elle est accroc au sexe.

Les commentaires sont fermés.