1

Schiappa veut revaloriser les déchets des clandestins !

Si France3 Hauts-de-France ne nous en avait pas avisés, nous n’aurions pu l’inventer. Donc, quand elle n’écrit pas de  bouquins salaces, stupides, ou ne tire pas sur Zemmour, Marlouna se distrait comme elle le peut, donnant dans plus idiot encore. À la demande de Moussa Darmanin, ce poids lourd du gouvernement est donc parti en villégiature à Calais « pour faire un état des lieux du volet humanitaire et constater l’engagement de l’État sur place » pour les clandestins.

Après avoir assisté à une distribution de repas, soit observer de loin, avec une pitié feinte, des pauvres se nourrissant…  elle a fait une « présentation du nouveau processus de valorisation et de récupération des biens abandonnés sur les sites faisant l’objet d’un démantèlement », alors que des associations bienveillantes  se révoltent de la lacération des tentes des clandestins lors des démantèlements. 

Schiappa s’est crue obligée de préciser « qu’aucune consigne » n’avait « jamais été donnée » aux forces de l’ordre de lacérer les tentes des migrants lors des évacuations de camps sur le littoral nord. « Au contraire, le ministre de l’Intérieur a redonné récemment une consigne très claire, via la préfet, (…) de ne pas lacérer les tentes », a-t-elle insisté.

 Comme si la police, agissant devant des caméras, s’amusait à détériorer les tentes… Il suffit de visionner quelques vidéos pour vérifier que les clandestins ne sont pas tendres entre eux et transforment le moindre terrain en un immonde dépotoir. Après eux, ce n’est pas le déluge mais un champ de ruines… Grâce à Anadingo, Paris nous en offre maints exemples, des plus photogéniques.

Valorisation et récupération des biens abandonnés sur les sites faisant l’objet d’un démantèlement, que voilà un ambitieux programme de recyclage qui devrait se terminer dans des incinérateurs.

Récemment, à Grande-Synthe, un terrain bétonné de 3 hectares avec un bâtiment de 6 000 m2 était occupé par 1500 clandestins, l’ayant évidemment métamorphosé en bidonville.

Après l’avoir fait évacuer, le sous-préfet a déclaré  que le meilleur moyen de faire cesser ces occupations illégales serait de « faire occuper le site par une activité, quelle qu’elle soit ». Ces neuf dernières années, le couple de propriétaires a proposé quatre projets d’activité à la mairie de Grande-Synthe, qui les a tous refusés… privilégiant le camping sauvage de non invités venus d’ailleurs…

Les dégâts et le recyclage des déchets viennent de coûter  40 000 euros de « revalorisation » et 6 000 euros de procédure aux propriétaires.

Non seulement, le gouvernement français oblige les contribuables à financer ces envahisseurs et à supporter leurs comportements de vandales, quand ils ne se font pas gravement agresser…

Au-delà du ridicule absolu de cette lamentable opération de revalorisation des déchets de Marlouna, Macron  devrait recycler ses idées et initiatives, pour  soutenir d’abord ses concitoyens subissant les méfaits de cette inacceptable invasion migratoire !

Daphné Rigobert